Analyse et réflexion

Salariat - précariat

Le travail ne fera pas sa loi

Devoir trimer et en plus sourire Si aujourd’hui pour la grande majorité d’entre nous travail ne rime pas avec usine et chaîne de montage, ce n’est pas pour autant qu’il est devenu une activité émancipatrice à laquelle on se rend gaiement. Les conditions de travail aliénantes n’ont pas disparu. Au contraire, elles se sont largement étendues aux métiers dit « de service » : passer des articles 8 heures d’affilée sur une caisse de supermarché, servir des assiettes brûlantes à des clients avec le sourire, (...)

Salariat - précariat

Qu’on bosse ou pas, la loi travail on n’en veut pas

Nous voilà enfin plein dans la rue. Des années qu’on attendait, des années qu’on essayait. On en a vu passer des trucs auxquels s’opposer. De l’impunité policière organisée à l’État d’urgence permanent, du greenwashing hypocrite de la COP21 à la loi Macron en passant par les menaces d’expulsion de la ZAD de Notre-Dame des Landes, ça n’a pas manqué. On a arpenté les manifs de long en large, souvent trop seul.es ; et parfois même qu’on y était pas, fatigués ou assignés à résidence. Hé bien voilà, puisque nous sommes enfin nombreux.es, réveillé.es, au même endroit et au même moment, on ne va pas se priver de foutre un maximum de bordel.

Salariat - précariat

Sur l’actualité sociale et les grèves contre la loi travail, à l’attention des migrant.es / refugié.es

La violence de « l'accueil » en France des migrant.e.s, demandeurs d'asiles ou non, se double de celle de ne pas considérer ces femmes et ces hommes, quittant ou fuyant leur pays pour diverses raisons, comme des sujets politiques. La réforme sur le code du travail touche en premier lieu les plus précaires, les femmes, les immigré.e.s. La question du travail des sans-papiers est centrale : chantage au chômage, injonction à la peur de l'étranger. Parce que la langue ne devrait pas être une barrière à nos luttes, ce texte est traduit en quatre langues. Pour informer les personnes arrivées en France depuis peu.

Salariat - précariat

Appel au sabotage et à la vie

La décision s'est prise vite ; on avait déjà abordé la question lors des nombreuses prises de paroles qui ont eu lieu pendant l'AG, mais les discours se succédaient sans que rien de précis ne soit définit. Puis on commencent à fatiguer, à gigoter sur nos chaises comme des enfants attendant la sonnerie de 16h30. On a envie de lier la parole aux actes, de ne pas toutes et tous s'être rassemblées ce soir juste pour lancer des appels vagues et des discussions sur l'hypocrisie des syndicats. « Bon alors, on part en manif ?! »

Salariat - précariat

La Loi du travail... #OnVautMieuxQueCa ? Vraiment ?

La Loi Travail, succédant aux nombreuses lois sécuritaires et libérales du « gouvernement de gauche », semble être l'occasion d'une rupture entre celui-ci, « la jeunesse » et les « militants de gauche ». Ce texte (tiré du site Labyrinthe) propose cinq points de réflexions sur le mouvement qui s'ammorce, afin qu'il ne soit pas seulement un « mouvement de la jeunesse » et de ses syndicats sociaux-démocrates, qui comme toujours, visent une victoire absconse : le maintien du statu-quo.

Salariat - précariat

Pas de droit du travail sans droit au chômage !

Texte de la Coordination Intermittents Précaire d'Ile-de-France (CIP IDF). Dissipons un malentendu. Ni tout à fait imbéciles ni tout à fait naïfs, nous n’avions pourtant pas compris ce « Notre ennemi c’est la finance » adressé peu avant la dernière alternance politique à un électorat populaire alors instamment sollicité. Ce n’est qu’avec les actes qui ont suivi ces paroles que l’énoncé a pris sens. Il fallait simplement prolonger la phrase : l’ennemi dont il était question, c’était « la finance »… des pauvres, des précaires et des salariés. Eh oui, le « changement » c’était ça, et pas autre chose :

Salariat - précariat

Après le 09 mars ?

J'ai les nerfs contre ce qu’il se passe. J'ai l'impression qu'il y a moyen de faire quelque chose de grand mais j'ai aussi l'impression que tout le monde s'en branle. Je savais pas quoi faire alors j'ai écrit ça. Ça se voulait un appel à se réveiller, à quitter son clavier et à aller cramer le Medef, le parlement puis l’Élysée. Ça se voulait un appel à poser des barricades et à y rester discuter. Bon j'ai merdé il n'y a rien de ça dans mon texte... Maintenant je sais plus quoi en faire alors je vous le transmets.

Salariat - précariat

Redonner aux syndicats leur capacité offensive

Structures de classe par excellence, organisations réunissant encore plusieurs centaines de milliers de travailleurs et de travailleuses, les syndicats constituent les outils privilégiés pour la construction d'une mobilisation d'ampleur du monde du travail. Mais face à des directions frileuses et aux enjeux bureaucratiques, il est urgent pour nous, syndiqués, d'apprendre à passer outre leurs directives, pour mieux se réapproprier nos organisations et les réengager sur le terrain de la lutte concrète, aux expressions radicales.

| 1 | ... | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 |

Suivre tous les articles "Analyse et réflexion"