anti-militarisme


Analyse et réflexion

La Gazette des confiné·es #7 - Guerre, cocarde et propagande

Les soignant·es du Kremlin-Bicêtre ont-iels applaudi Macron, ou est-ce l'Élysée qui pratique la propagande des temps de guerre ? La guerre, ce n'est pas nous qui en parlons c'est l'État qui la nomme, la fait aux Zad et veut nous y habituer (par le SNU). Quelques réflexions et un tour d'horizon dans une gazette qui essaye de se détacher de la rumeur des bottes et du bruit des grenades.

À lire ailleurs

« Union nationale » et patriotisme au menu du confinement : la militarisation de la santé contre l’épidémie

Depuis une quinzaine de jours, des mesures restrictives sont appliquées par le président de la République par rapport à la « crise sanitaire » que traverse la France. La réduction des déplacements au « strict nécessaire » constitue la décision phare annoncée par le chef de l’État dans son allocution du 16 mars dernier. Le patriotisme et le nationalisme sont également largement mis en avant par le chef des forces armées qui ne manque jamais une occasion de réaffirmer son autorité.

Mémoire

11 novembre, la guerre de 1914-1918 : le creuset des totalitarismes

Les commémorations du 11 novembre 1918 occultent toujours le souvenir du carnage et préfèrent exalter le martyre des soldats en sacralisant leurs combats. Elles fabriquent le mythe de la guerre nationale, la mémoire des combats est déformée, le culte du soldat est quasi religieux et s’incarne dans les monuments aux morts et les cérémonies. La République, et avec elle le pouvoir en place (quelle que soit son étiquette politique), profite de ces moments pour s’autocélébrer, sans se soucier de véracité historique.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |

Suivre tous les articles "anti-militarisme
"