Amérique du Nord

À lire ailleurs

Donald Trump, la gauche et le vote ouvrier

« Les discours de la gauche et de la gauche radicale à ce propos se résument à deux positions symétriquement opposées, et qui ne font qu’essentialiser la classe ouvrière. D’une part le mode du mépris de classe pur et simple, le même qu’on a pu observer pour le Brexit, qui consiste à dire que ces gens-là sont totalement incultes, désorientés, fondamentalement racistes, misogynes, etc., et que la gauche a pour mission de les civiliser et de leur donner le goût du progrès ; position qui prend des nuances plus paternalistes dans la gauche électorale type Mélenchon. D’autre part la gauche radicale, des trotskistes aux anarcho-communistes, qui optent pour le déni pur et simple : la classe ouvrière n’est pas comme ça, le vote réactionnaire ouvrier est un mythe lui-même réactionnaire : c’est bel et bien la classe moyenne et la petite bourgeoisie qui incarnent le fascisme trumpien, la classe ouvrière n’a rien à voir avec ça, elle est pure en son essence. »

À lire ailleurs

Il n’y aura pas de transition pacifique

Trump à peine élu, des manifestations agitent déjà le territoire américain : d’abord confinées aux villes étudiantes de la côte ouest (Portland, Oakland, San Francisco), elles se multiplient, s’amplifient, s’organisent. Une marche monstrueuse a eu lieu samedi à Los Angeles. Comme en matière de cérémonial, on ne s’y prend jamais assez tôt, de nombreux groupes américains appellent à empêcher l’intronisation de Donald le 20 janvier prochain.

Mémoire

Oaxaca 2006 : entretien avec L., activiste autonome

Dans cet entretien extrait du livre ¡ Duro Compañer@s ! Récits d'une insurrection mexicaine de Pauline Rosen-Cros, paru en 2010 aux éditions Tahin-Party, L. nous raconte ce qu’il a vécu pendant ces mois d’insurrection. Ce qui nous intéresse dans ses propos, ce n’est pas le récit d’une révolution exotique. C’est au contraire ce qui nous concerne directement, ce en quoi nous pouvons nous reconnaître, et ce qui pourra enrichir nos pratiques de lutte.

Analyse et réflexion

Lettre ouverte d’Occupy Wall Street à Nuit Debout : Nuit Debout, méfiez-vous !

Les réseaux sociaux sont un moyen de représentation très puissant. Ceux qui les manient façonnent l’avenir du mouvement... Sachant qu'il avait été explicitement question d'Occupy Wall Street à Nuit Debout, j'ai éprouvé le besoin de venir voir par moi-même ce qui se passait à Paris. Chaque mouvement se produit dans un contexte qui lui est propre. Toutefois, j'ai remarqué des similitudes, surtout en ce qui concerne la propriété et la gestion des réseaux sociaux... Battez-vous pour garder un canal d’expression qui vous représente vraiment.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 |

Suivre tous les articles "Amérique du Nord"