Mémoire

Répression - prisons

Système pénal : système racial, patriarcal et du capital ? La justice en procès de Mai 68 à nos jours [Radio]

Une présentation et une discussion des critiques et des débats dans l’extrême gauche (féministe, maoïste et homosexuelle) autour de l’institution judiciaire (et carcérale) au cours des années 1968 (et jusqu’à nos jours) autour de La Justice en procès. Les mouvements de contestation face au système pénal (Presses de Sciences-Po, 2013) – avec l’auteur, Jean Bérard, historien, maître de conférences à l’ENS Cachan, et également (co)auteur avec Gilles Chantraine sur ce sujet de 80 000 détenus en 2017 ? Réforme et dérive de l’institution pénitentiaire (Amsterdam, 2008) et de Bastille Nation : French Penal Politics and the Punitive Turn (Red Quill Books, 2013).

Salariat - précariat

[Radio] Contre-histoire des grèves de 1936 et du Front populaire

Alors qu’une offensive historique du capital est en préparation, une histoire des grèves de mai-juin 1936 et une critique du Front populaire – avec Charles Jacquier, historien, ancien responsable de collection (« Mémoires sociales ») aux éditions Agone, éditeur de Front populaire, révolution manquée de Daniel Guérin aux éditions Agone en 2013, de Grèves et joie pure de Simone Weil aux éditions Libertalia en 2016 et de Tout est possible ! Les gauchistes français (1929-1945) de Jean Rabaut aux éditions Libertalia en mai-juin 2017.

Salariat - précariat

[Radio] La grande révolte politique et existentielle de mai-juin 1968 – avec Ludivine Bantigny

À l’occasion du plus long mouvement social depuis Mai 68, une émission autour du grand mouvement de révolte politique et existentiel de mai-juin 1968, à partir de 1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, 2018 – avec l’autrice, Ludivine Bantigny, historienne, maîtresse de conférences à l’université de Rouen, également codirectrice sur ce sujet de « Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ? » Le genre de l’engagement dans les années 1968, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Résistances et solidarités internationales

8 mai 1945-8 mai 2015 : la lutte antiraciste, c’est la lutte contre le fascisme, l’antisémitisme ET le colonialisme.

Le 8 mai 1945 marque la défaite de l’Allemagne nazie, un immense soulagement pour les groupes qu’elle a persécuté. Pour les minorités nationales juives et rroms, cette défaite met fin à l’entreprise génocidaire perpétrée par les nazis et permet la survie d’un certain nombre de déporté·e·s grâce à la libération des camps de concentration et d’extermination. Cette victoire contre le fascisme est décisive, même si comme l’a dit Berthold Brecht, « le ventre de la bête immonde est encore fécond », et que la grande bourgeoisie et les collaborateurs qui ont soutenu les mouvements fascistes parviennent en grande partie à tirer leur épingle du jeu.

Résistances et solidarités internationales

[audio] Enfants de militant.es latino américain.nes en exil

Porque el corazón no quiere… Série documentaire sur les enfants d'exilé.es latino-américain.es, impliqué.es dans des organisations bien différentes mais qui avaient un ennemi commun de taille : des juntes militaires, décidées à mettre en place une nouvelle phase du capitalisme, le modèle néolibéral, à coup de mort et de terreur appliquées par l’État.

Salariat - précariat

La guerre sociale en France. Les luttes des classes populaires à la « Belle Époque » (1905-1914) [Radio]

Une histoire des luttes des classes populaires en France à la « Belle Époque » à partir de Le Temps des révoltes. Une histoire en cartes postales des luttes sociales à la « Belle Époque » (L’Échappée, 2015) et de Le goût de l’émeute. Manifestations et violences de rue dans Paris et sa banlieue à la « Belle Époque » (L’Échappée, 2012) – avec l’auteure, Anne Steiner, maître de conférences à l’Université Paris 10 Nanterre, également auteure sur ce sujet de Les En-Dehors. Anarchistes individualistes et illégalistes à la Belle Époque (L’Échappée, 2008) et de Rirette l’insoumise (Mille Sources, 2013).

Salariat - précariat

La révolution qui vient. De l’imaginaire du Grand Soir à la grève générale de 1906 [Radio]

La révolution qui vient. De l’imaginaire du Grand Soir à la grève générale de 1906 [1re partie] Avec une présentation du « Grand Soir » comme idée d’une destruction spontanée, violente et fulgurante du capitalisme, à rebours du réformisme progressiste des socialistes du milieu du 19e siècle ; comme produit des luttes de classe et de la misère sociale ; comme héritage des moments révolutionnaires de 1792, de 1848 et de 1871 ; comme appropriation révolutionnaire de l’idée bourgeoise « fin-de-siècle » d’une (...)

Expression - Contre culture

Filmer la lutte : « Dell’arte della guerra »

Qu'est-ce qu'un cinéma politique aujourd'hui ? Comment filmer une lutte contemporaine ? L'expérience de la lutte est-elle transmissible ? A travers le film documentaire « Dell'arte della guerra » (L'art de la guerre), en 2012, Silvia Luzi et Luca Bellino, deux jeunes réalisateurs italiens répondent partiellement à ces questions et reviennent sur les 17 mois d'occupation de l'usine INNSE, à Milan en 2008-2009 et plus particulièrement sur les huit derniers jours de cette lutte avant la victoire des ouvriers. Article publié pour la 1re fois en janvier 2014.

Résistances et solidarités internationales

Kobanê : mémoire d’une combattante des YPJ

Le 1er novembre a été déclaré journée mondiale pour Kobanê, afin de revendiquer la résistance du peuple Kurde face à l’ennemi, ISIS. Aujourd’hui, Kobanê signifie lutter pour la libération d’Afrin, la libération d’Abdullah Ocalan, de tou.te.s les détenu.e.s politiques ainsi que garder en mémoire les martyres qui ont donné leur vie pour la résistance. A l’occasion de cette journée la Brigata Maddaléna (délégation de femmes) a donné la parole à Rojin Evrim, commandante des YPJ qui a elle même vécu la libération de Kobane.

Économie

Les petits-commerçants « étouffés par les taxes » : le mouvement Poujade

Avec la couverture médiatique envahissante et très complaisante du mouvement dit des « gilets jaunes », il parait important de rappeler que les mouvements « indépendants » de petits commerçants contre les taxes, soutenus de la gauche à l'extrême-droite, ont un triste précédent historique qui n'avait certainement pas pour objectif une quelconque avancée sociale et portait les bases d'un réel projet fasciste.

| 1 | ... | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | ... | 13 |

Suivre tous les articles "Mémoire"