anti-électoralisme

Analyse et réflexion

Je ne voterai pas Macron

Il est vrai qu'au sein des milieux militants de gauche, réformistes ou révolutionnaires, la question semble tranchée depuis longtemps. Si quelques personnes issues de ces milieux voteront Macron pour faire barrage à Marine Le Pen, l'immense majorité ne votera pas pour lui. Au sein de la population de gauche non militante, la question divise plus. Nombreux sont les gens à hésiter entre le vote blanc, le vote nul, l'abstention ou le vote Macron.

Infos locales

Récit et réflexions à propos de la soirée du 1er tour, « ni Le Pen ni Macron, ni patrie ni patron »

Dimanche soir, à l'annonce des résultats du 1er tour des présidentielles, entre la reine des racistes et le roi des capitalistes, notre coeur n'a eu qu'une envie : vomir. Pourtant, en abstentionnistes revendiqué-e-s, on aurait pu décider de se désintéresser complètement du cirque électoral. On a préféré exprimer notre rage dans les rues de Paris...

À lire ailleurs

L’hypothèse Mélenchon (ou les malheurs de la vertu)

Depuis qu’il nourrit des ambitions présidentielles, il doit en permanence assumer des contradictions a priori difficilement conciliables, en premier lieu celle qui consiste à se décrire comme le candidat de la VI° République tout en se présentant à l’élection en portant fièrement sur soi le tissu usé de la V°, parfois à grand renfort de références gaullistes. Mais surtout, il y a cette question qui paraissait insoluble à tous les ambitieux de gauche avant lui ; comment concilier leur narcissisme caverneux avec la prétention de représenter la voix du peuple ?

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 11 |

Suivre tous les articles "anti-électoralisme"