syndicalisme jaune

À lire ailleurs

De la genèse d’un syndicat Jaune durant la Belle Époque aux vitres brisées de la CFDT, son dernier avatar ad hoc.

Le 8 novembre 1899, lors d’un arrêt de travail massif dans les puits de Montceau-les-Mines (Saône-et-Loire), un petit groupe de mineurs se constitue avec le soutien du patronat local pour empêcher l’extension du mouvement. Apprenant que ces anti-grévistes appointés se réunissent au Café de la Mairie, un cortège de manifestants se rend sur place.

À lire ailleurs

Un exemple de syndicaliste jaune qui a réussi

Alors que les négociations continuent autour de la loi travail, souvenons nous que la bourgeoisie sait récompenser celles et ceux qui la servent bien. Ainsi, une tradition veut que certains dirigeants syndicaux jaunes (c’est à dire refusant la confrontation avec le patronat) disposent après leur mandat syndical d’une véritable retraite dorée. Petit tour d’horizon de quelques figures marquantes des dernières batailles sociales, en forme de « que sont-ils devenus » ? Aujourd’hui, Nicole Notat.

| 1 | 2 | 3 |

Suivre tous les articles "syndicalisme jaune"