Après 87 jours de lutte, les grévistes du Hyatt l’emportent et font la nique aux ordonnances Macron

Les femmes de chambres, équipiers et gouvernantes, employé.e.s en sous-traitance au palace Hyatt Vendôme, avec plusieurs salarié.e.s de l’hôtel, avaient commencé leur grève le 25 septembre, pendant la Fashion Week. Après 87 jours de piquets quotidiens, de répression tant de la direction que des flics, de pression des commerces bourges voisins, illes n’ont rien lâché et sortent victorieux.ses de ce conflit.

Communiqué de la CGT HPE et de la CGT Commerce Paris :

À l’issue d’une lutte de 87 jours, les grévistes du PARK HYATT VENDOME remportent une victoire éclatante qui leur permet :

  1. De garantir aux salarié-e-s de la sous-traitance un statut collectif largement supérieur aux minima conventionnels de l’hôtellerie et de la propreté, transférable en cas de changement de prestataire.
  2. D’obtenir des représentants du personnel pour les salarié-e-s de la sous-traitance. Cela constitue un véritable pied de nez aux ordonnances Macron qui ont exclu ces salarié-e-s de leur droit à être représenté-e-s dans les entreprises utilisatrices. C’est aussi un exemple à suivre pour l’ensemble des salarié-e-s de la sous-traitance en France et un pas vers la reconstitution de la communauté de travail dans les entreprises.
  3. Un alignement des salaires de l’hôtel sur les salaires les plus élevés du Groupe. C’est un pas important pour mettre fin à des différences de traitement injustifiées dans les grands hôtels parisiens.

Cette lutte longue consacre la victoire de la dignité face au mépris des employeurs, soutenus tout le long du conflit par une répression policière constante.

Localisation : 8e arrondissement

À lire également...