Mémoire

Salariat - précariat

Décembre 1995 : c’est « tous ensemble » qu’on peut gagner

ll y a plus de vingt ans, en décembre 1995, un important mouvement de grèves et de manifestations contre le "plan Juppé" (réforme de la sécurité sociale et des régimes publics de retraite, entre autres) a secoué le pays pendant trois semaines. C’est à cette occasion qu’est né à Paris le collectif interprofessionnel du 18e, qui a donné naissance à l’émission « Vive la sociale » sur FPP.

Salariat - précariat

Grèves novembre-décembre 1995 : « savoir s’appuyer sur nos expériences, mémoires et acquis collectifs »

Le 15 novembre 1995, un peu plus de 6 mois après l'élection de Jacques Chirac, commençait chez les cheminot·e·s, puis dans toute la fonction publique, un mouvement social d'ampleur : les grèves de novembre-décembre en opposition au Plan Juppé qui proposait d'aligner le fonctionnement des retraites du public sur celui du privé. Malgré la trahison des syndicats, ce mouvement a été combattif et victorieux. Article initialement paru sur le site Critique sociale.info

Salariat - précariat

Midinettes et grèves des ouvrières durant la Grande Guerre

Pendant la 1e guerre mondiale les femmes sont encouragées à travailler et à remplacer les hommes partis au front dans les champs, les usines, les sociétés de transport etc. Pour le même travail elles sont moins bien payées et traitées que leurs collègues masculins et peu soutenues par les syndicats qui s'inquiètent du fait que la place des ouvriers ne leur soit pas rendue à leur retour des tranchées. Elles s'organisent pourtant pendant la guerre et mènent plusieurs mouvements sociaux et grèves revendiquant la revalorisation de leurs salaires et l'amélioration de leurs conditions de travail.

Salariat - précariat

Le 25 septembre 1886 : comparution pour « provocation au meurtre et au pillage »

Decazeville... En 1886 ce nom ne dit rien à personne. Et pourtant ! Bien rapidement, il va délivrer le mouvement ouvrier du poids de la démocratie parlementaire. Paul Lafargue, Jules Guesde et le docteur Susini tous poursuivis pour « provocation au meurtre et au pillage » ont fait appel de leur condamnation à 4 mois de prison ferme pour avoir soutenu une grève de mineurs avec Louise Michel.

Salariat - précariat

[Radio] Contre-histoire des grèves de 1936 et du Front populaire

Alors qu’une offensive historique du capital est en préparation, une histoire des grèves de mai-juin 1936 et une critique du Front populaire – avec Charles Jacquier, historien, ancien responsable de collection (« Mémoires sociales ») aux éditions Agone, éditeur de Front populaire, révolution manquée de Daniel Guérin aux éditions Agone en 2013, de Grèves et joie pure de Simone Weil aux éditions Libertalia en 2016 et de Tout est possible ! Les gauchistes français (1929-1945) de Jean Rabaut aux éditions Libertalia en mai-juin 2017.

Salariat - précariat

[Radio] La grande révolte politique et existentielle de mai-juin 1968 – avec Ludivine Bantigny

À l’occasion du plus long mouvement social depuis Mai 68, une émission autour du grand mouvement de révolte politique et existentiel de mai-juin 1968, à partir de 1968. De grands soirs en petits matins, Seuil, 2018 – avec l’autrice, Ludivine Bantigny, historienne, maîtresse de conférences à l’université de Rouen, également codirectrice sur ce sujet de « Prolétaires de tous les pays, qui lave vos chaussettes ? » Le genre de l’engagement dans les années 1968, Presses universitaires de Rennes, 2017.

Salariat - précariat

Le 5 mai 1790, les canuts décident « de se gouverner par eux-mêmes » ! ... C’est à Lyon que s’est fondé le syndicalisme

« La classe des maîtres-ouvriers lyonnais est, par l'esprit de résistance et d'organisation, ou même par la netteté de certaines formules sociales, en avance sur la classe ouvrière du XVIIIe siècle. » C'est ainsi que Jean Jaurès entrevoit la lutte des canuts, qui se sont soulevés dès 1744, puis en 1786, 1789, 1790 c'est-à-dire bien avant les révoltes des canuts de 1831 et 1834.

Salariat - précariat

27-28 avril 1789 : les émeutes prérévolutionnaires à Paris

Si la prise de la Bastille le 14 juillet 1789 demeure l'événement symbolique retenu comme point de départ de la Révolution française, quelques semaines plus tôt les habitant·e·s des faubourgs s'étaient déjà soulevé·e·s. Une des principales raisons de ce soulèvement réside notamment dans le fait que quelques riches industriels se soient plaints publiquement de ce que les patrons d'aujourd'hui nomment « coût du travail ». Retour sur ces journées d'avril et « l'affaire Réveillon », du nom du manufacturier qui vit ses propriétés pillées et incendiées.

| 1 | 2 | 3 |

Suivre tous les articles "Mémoire"