Midinettes et grèves des ouvrières durant la Grande Guerre

Pendant la 1e guerre mondiale les femmes sont encouragées à travailler et à remplacer les hommes partis au front dans les champs, les usines, les sociétés de transport etc. Pour le même travail elles sont moins bien payées et traitées que leurs collègues masculins et peu soutenues par les syndicats qui s’inquiètent du fait que la place des ouvriers ne leur soit pas rendue à leur retour des tranchées. Elles s’organisent pourtant pendant la guerre et mènent plusieurs mouvements sociaux et grèves revendiquant la revalorisation de leurs salaires et l’amélioration de leurs conditions de travail.

JPEG - 35.2 ko

On en compte une centaine en 1915, 300 en 1916 et 17 depuis le début de l’année 1917 où le secteur du textile est en pointe lorsque se déclare la grève des midinettes en mai 1917. Ces ouvrières des ateliers de couture, surnommées « midinettes » du fait de leur repas de midi pris sur le pouce (contraction de midi et dînette) travaillent 10h par jour 6 jours sur 7 pour les grandes maisons de couture parisiennes.

En juillet 1915, dans la CGT, une fraction minoritaire, autour de Louise Saumoneau, Hélène Brion et Pierre Monatte, directeur du journal La Vie Ouvrière, forme un « Comité intersyndical d’action contre l’exploitation des femmes » ; cette instance encourage les ouvrières à se défendre, en particulier contre « l’avilissement des salaires ». L’écart salarial entre hommes et femmes pour un même poste est alors de 20% à 30% en défaveur des femmes. Le travail des femmes inquiète les syndicats et les propos d’Alphonse Merrheim, secrétaire des métaux CGT, en décembre 1916, sont révélateurs de l’état d’esprit dans la CGT : "Quelle que soit l’issue de la guerre, l’emploi des femmes constitue un grave danger pour la classe ouvrière. Lorsque les hommes reviendront du front, il leur faudra lutter contre ces dernières qui auront acquis une certaine habileté et toucheront des salaires différents. "

JPEG - 272.1 ko

Mal payée, peu soutenues par leurs camarades syndicalistes, souvent abandonnées par leurs collègues masculin soit par mépris soit par peur d’être renvoyés au front s’ils osent contester, les femmes au travail s’organisent seules pour se défendre.

JPEG - 56.7 ko

Ce sont donc les ouvrières qui, seules, déclenchent la première grève à Paris : 10 000 couturières grévistes. L’Humanité décrit ces milliers d’ouvrières, derrière leurs pancartes improvisées : « Les corsetières arborent fièrement une jarretelle en soie bleue ; une plume d’autruche indique le groupe des plumassières ; les employées de banque ont collé sur un carton l’affiche du dernier emprunt. […] Nos vingt sous ! La semaine anglaise ! Rendez-nous nos poilus, scandent les manifestants. On voit les cochers de fiacre et les chauffeurs de taxi faire monter les grévistes pour les amener à la Grange-aux-Belles, le siège de la CGT, qui n’a jamais tant mérité son nom. Des soldats en permission accompagnent leurs petites amies et les gars du bâtiment descendent de leur échafaudage pour applaudir ces jolies filles. »

Un document pdf de la Bibliothèque historique des postes et télécommunications décrit ce mouvement ainsi :
"A l’atelier Jenny, sur les Champs-Élysées, les ouvrières apprennent que leur semaine sera amputée du samedi après-midi faute de commandes. La guerre ralentissant l’activité en France, les 250 ouvrières vont ainsi perdre une demi-journée de salaire alors qu’en Grande-Bretagne les ouvrières bénéficient de leur samedi après-midi avec maintien de la rémunération. Les débrayages de couturières commencent dès le 11 mai pour protester contre les salaires de misère. Les petites apprenties commencent à 1 franc par jour ce qui leur permet seulement d’acheter un litre de lait par soir ; les autres plafonnent à entre 3 et 5 francs.
Le 12 mai, les couturières de « Jenny » débauchent leurs consœurs des autres ateliers parisiens et décident la grève. Les mots d’ordre sont : « paiement intégral du samedi » et « indemnité de vie chère de un franc par jour ». Toutes les petites mains, modistes, brodeuses, couturières, passementières, etc. scandent dans les rues de Paris « Nous voulons nos vingt sous » et réclament la semaine anglaise.

Le président de la chambre syndicale de la couture - Ainé-Montaillé, appartenant à la droite catholique et sociale - leur accorde le 19 mai, une augmentation de 0,75 franc pour la branche et le principe de la semaine anglaise. Ses collègues, apprenant ces concessions lors d’une assemblée générale, le désavouent et refusent catégoriquement le samedi après-midi chômé et payé. Ce refus provoque l’élargissement du conflit, rapidement hors de contrôle. Les patrons de la couture finissent par se soumettre le 23 mai.

Cependant l’exemple des couturières s’étend à de nombreuses autres professions, débordant syndicats et pouvoirs publics. Après les modistes, les ouvrières du caoutchouc, du corset, de la plume, de la lingerie, de la soierie, de l’équipement militaire, les employées de banque, les vendeuses de l’épicerie Félix Potin, les filles de salle, les bijoutières, les dactylographes… emboîtent le pas. La grève n’est pas générale mais « généralisée », fonctionnant par vagues ininterrompues d’inégale ampleur. Ainsi on compte 41 000 grévistes dans l’habillement, 7 000 dans le commerce, une cinquantaine dans le gaz et l’électricité et seulement 178 dans les Postes. Sur 197 grèves, 5 seulement sont à l’initiative des syndicats et dans 20 % des cas, peu d’hommes suivent le mouvement ; en effet, les ouvriers mobilisés dans les usines ont trop peur d’être envoyés sur le front s’ils osent contester quoi que ce soit.
Les cortèges sont presque entièrement féminins et se déroulent dans la joie et la bonne humeur. Les femmes arborent des rubans tricolores à leur corsage et chantent « On s’en fout / On aura la semaine anglaise / On s’en fout / On aura nos vingt sous ». Il n’y a pas d’incidents et dès le début, l’opinion est favorable aux femmes ou du moins indulgente. Les grévistes sont déclarées « charmantes » et leur combat « sympathique ». Même l’Action française qui n’aime pas les mouvements sociaux, parle d’une « jolie » grève ; on comprend et on approuve les couturières, leur révolte contre les trop maigres salaires et les patrons rapaces. Qualifiées de « midinettes » les grévistes ne font pas peur, la censure n’ayant pas bougé.
Le tournant a lieu le 29 mai où, pour la première fois, le mouvement déborde dans les usines de guerre. Les débrayages commencent à Billancourt, chez les fabricants d’avions et dans l’entreprise Renault qui produit obus, camions et chars d’assaut. Le mouvement ne dure pas. Les 2 500 ouvrières de Renault quittent leur travail le 30 mai pour réintégrer leurs postes le lendemain avec la satisfaction d’avoir obtenu 10 centimes d’augmentation par heure. Ce jour-là, le mouvement est à son apogée avec 26 350 grévistes recensées.
Un rapport des renseignements généraux sonne l’alerte affirmant que le mouvement pourrait prendre « un caractère grave suite à l’adhésion générale du personnel féminin des usines de guerre - les munitionnettes » En effet, la grève se propage et les autorités s’inquiètent, redoutant que la situation dérape et rende impossible la poursuite de la guerre.

Le ministre de l’Intérieur, Jean Malvy, avec son habileté traditionnelle, enraye le mécontentement en réunissant patrons et déléguées des grévistes dans son bureau. Lorsque le patronat refuse de céder, il menace de réquisitionner les entreprises, un argument qui fait mouche et fait ainsi ouvrir le porte-monnaie des plus réticents. Toutes n’ont pas obtenu leur 1 franc, mais au moins 50 centimes. Malvy fait également voter la semaine anglaise à la Chambre le 11 juin. Dès lors, le mouvement reflue et le travail reprend."

JPEG - 235.7 ko

La syndicalisation féminine était restée très faible jusqu’alors, au début de la grève des midinettes les syndicats sont totalement absents. Bientôt, les grévistes se réunissent à la Bourse du travail et des délégués syndicaux négocient.

Les effectifs féminins de la CGT connaissent une flambée après cette grève. Ainsi, en fin d’année 1917, la fédération des Métaux CGT compte 37,5 % de femmes syndiquées dans ses rangs.

JPEG - 320.1 ko

Par ses revendications défensives (refus de perdre une demi-journée de travail) et offensives (week-end payé d’une journée et demie ; indemnité de vie chère de 1 franc pour les ouvrières et de 0,50 franc pour les apprenties.). Mais aussi par ses manifestations régulières qui gagnent un écho public, cassant la censure habituelle concernant les conflits du travail. Et grâce à la victoire obtenue ce mouvement de femmes reste un exemple et un signal du réveil ouvrier au début du XXe siècle. En effet, le patronat du secteur lâche l’indemnité de vie chère et s’engage, en attendant le vote d’une loi, à faire un « essai loyal » de semaine anglaise.

Mais c’est surtout par son rôle de détonateur des luttes ouvrières féminines que la grève des midinettes est essentielle : les unes après les autres, toutes les professions féminines de Paris reprennent les revendications des midinettes. Les confectionneuses, les caoutchoutières, les brodeuses, les lingères, les ouvrières de l’usine de lampes Iris, à Issy-les-Moulineaux, les fleuristes-plumassières, puis les employées des Établissements militaires, les employées des banques, notamment celles de la Société générale, les confectionneuses de la Belle jardinière et les ouvrières de Renault qui fabriquent alors des obus et des chars pour le gouvernement français.

Elle a également touché à deux points décisifs dans l’histoire des revendications ouvrières : celui du repos en week-end, celui des accords de branche qui plus tard donneront les conventions collectives

Durant l’année 1917, 694 grèves affectent l’économie de guerre ; elles sont menées essentiellement par des femmes et des jeunes hommes : 300 000 grévistes en 1917, 565 succès ou accords collectifs et en 1918, le nombre de grèves dépasse celui de 1906 et de 1910.

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}