état d’urgence - vigipirate

Suite aux attentats de Paris de novembre 2015 a été mis en place un état d’urgence qui se prolonge depuis. Depuis et à de multiple reprises, l’état d’urgence a servi à la répression des mouvements sociaux en dehors de tout cadre légal comme lors de la COP21 et du mouvement contre la loi Travail.

À lire ailleurs

Casser la loi anti-casseurs

Depuis le printemps de révolte contre la Loi Travail en 2016, le pouvoir a suivi une stratégie continue de répression et de criminalisation des mouvements sociaux, cherchant à en recouvrir les revendications et les contenus politiques pour répondre au conflit sur un terrain purement sécuritaire. La République se défend contre ceux qui veulent la détruire et abattre les institutions. « L’État de droit » contre la « foule haineuse ». Ainsi la stratégie gouvernementale est-elle relayée par une propagande médiatique de tous les instants.

Infos locales

Alerte Attentat-Intrusion dans les écoles parisiennes : le grand n’importe quoi

Ce jeudi 22 novembre le Rectorat et la Mairie de Paris devraient organiser une expérience grandeur nature d'alerte attentat sur les élèves de maternelle et de primaire. Il s'agit de coller au « plus proche de la réalité », avec confinement et descente dans les caves au mépris de toutes valeurs pédagogiques et des dangers traumatiques. Dans un communiqué, Sud éducation Paris rappelle que le syndicat soutiendra tous les enseignant.e.s qui dérogeront au secret de cette opération.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 31 |

Suivre tous les articles "état d’urgence - vigipirate"