Pour une banale querelle de voisinage, un flic hors service sort son gun, tire et blesse un jeune

Quand il s’agit de la police, la presse mainstream est prête à tout pour rendre service. Même quand ça devrait interroger tout le monde, même quand ça fait écho à une stat inquiétante, récente et tout à fait officielle sur l’explosion des tirs par armes à feu par les flics et les gendarmes.

Fin juin, fête du bac à Cormaranche, petit village du Bugey. Deux jeunes se posent dans un jardin à côté de la salle communale. La personne qui habite là sort de chez elle et demande qu’ils partent. Le ton monte. Il est flic, met son brassard et sort son gun. Là, un être humain lambda devrait tilter, se dire « Attends, y’a un souci. » Non, les journalistes de la presse tendance néofasciste, du « Progrès » au « Dauphiné libéré » en passant par l’AFP, trouvent tout à fait normal qu’un flic hors service déboule avec son flingue pour une affaire de voisinage. Il est flic, il a le droit. Il tire. À quatre reprises. Un jeune est blessé à la jambe. Heureusement, le policier se fait désarmer par les fêtards avant de commettre un drame.

La soirée aurait pu leur coûter la vie. Elle va bien leur gâcher : quatre jeunes sont poursuivis pour cette affaire. L’un d’eux a même été écroué vendredi. Aucun des articles ne s’interroge évidemment sur le traumatisme des jeunes qui sont passés à deux doigts de se prendre une balle. Aucun ne se pose de question sur le fait qu’un flic sorte un flingue, pour une affaire de voisinage, et devant des gamins fêtant le bac. Pire, la légitime défense n’est retenue qu’en cas de port de brassard. Dès le départ le policier prévoyait la possibilité de tirer.

L’autorisation d’un flic à porter une arme hors service est récente. Elle date de l’état d’urgence. Dans un article de Libération qui dresse un bilan catastrophique de cette mesure, un syndicat policier indique que 25 à 30 % des policiers ont fait la demande de port d’arme hors service. Soit 25 à 30 000 flics qui se baladent tranquillement 24 h/24 et 7 j/7 avec leur flingue dans la poche. Dans la rue, au bar, au volant… Et même dans les villages les plus tranquilles.

Lire la suite sur Rebellyon.info

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}