L’Élysée, les médias et les flics annoncent des morts pour ce week-end

Alors que ces derniers jours les flics ont tiré au LBD-40 en pleine tête sur des lycéen.ne.s, et que l’on ne compte plus les blessé.e.s et mutilé.e.s parmi les gilets jaunes, le nouveau plan de com’ est de préparer l’opinion à de nouveaux morts par la police.
En effet, déjà samedi dernier, une personne est décédée à Marseille suite à un tir tendu de grenade lacrymogène. Ces derniers jours, les flics et le gouvernement, n’ont eu de cesse de monter dans la surenchère répressive :

on apprend dans un article de mediapart que des syndicats policiers demandent, non seulement de commander des grenades GLI-F4, mais en plus selon leurs dires, "il faudrait tirer principalement que ça".
Pour une description de cette arme effrayante qui contient 25g de TNT :

Et ça ne s’arrête pas là. Un CRS prévient (on ne sait pas s’il jubile en disant cela) :

Qu’il n’y ait pas eu de morts samedi, c’est miraculeux. Si on continue comme ça, il y aura des morts, c’est certain. Si la violence continue crescendo, on aura un carnage, c’est sûr.

Cela rappelle la préparation psychologique à l’expulsion violente de la ZAD de Notre-Dame-des-Landes, où un dirigeant de la gendarmerie, cité avec complaisance par le JDD, prévenait :

Il y aura des blessés des deux côtés, voire des morts.

Heureusement il n’y en a pas eu de mort, en revanche il y a eu de nombreux blessés, et une personne a eu sa main arrachée par une GLI-F4.
Cette campagne fait donc craindre le pire pour samedi. Castaner, aux abois, n’a pas d’autres choix que de céder à des revendications anciennes des policiers chargés du maintient de l’ordre. Tout le monde sait que le "corps à corps", réclamé par les syndicats policiers, au moins depuis la loi travail, est plus dangereux.

Dans un article du Parisien, on apprend que 100 % des policiers parisiens ont été « rappelés » pour la journée du samedi 8 décembre. En conclusion de l’article, il est froidement rapporté les propos d’un policier de la BAC qui indique "que s’il se retrouve acculé à la merci de casseurs,

« il ne me restera que mon 9 mm de service »".

Macron prend ainsi toute la responsabilité d’un tragique événement possible ce samedi.

ACAB
Faites donc gaffe à vous :

À lire également...