mineurs isolés

À lire ailleurs

On achève bien les mineur·es isolé·es étranger·es

L'État français a un problème avec les mineur·es isolé·es étranger·es. Avant d'être des étranger·es, ce sont des mineur·es, à ce titre protégé·es par la Convention internationale des droits de l'enfant que la France a promulguée il y a maintenant 28 ans. Alors, pour faire de ces enfants des sans-papiers comme les autres, l'État n'hésite plus, depuis juillet dernier, à les enfermer dans des centres, les DDAEOMIE, où des éducateur·ices zélé·es ont pour mission de déclarer majeur·es au moins 80% d'entre elleux. Et pour cela, toutes les méthodes sont bonnes : interrogatoires, menaces, humiliations, comptage de dents, test osseux... Si bien que ces jeunes, qui ont survécu à l'enfer de la traversée, deviennent en France des candidat-es au suicide. Jean, 16 ans, originaire du Cameroun, a accepté de témoigner.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 |

Suivre tous les articles "mineurs isolés"