Précaires de l’Éducation, tou.te.s en grève les 3 mai et 22 mai 2018

Appel de l’Assemblée des précaires de l’éducation à la grève les 3 et 22 mai 2018

La première journée de grève nationale contre la précarité dans l’Éducation nationale du 5 avril dernier a été un véritable succès : des manifestations et assemblées de grève ont été organisées dans plus de 20 villes en France. À Paris, malgré les vexations policières arbitraires lors de la manifestation de l’après-midi, l’assemblée générale des grévistes d’IDF a décidé d’appeler à deux nouvelles journées de grève les jeudi 3 mai et mardi 22 mai 2018.

Sous prétexte d’austérité budgétaire et de libéralisation de l’économie, le gouvernement ne fait qu’accroître la précarisation du personnel contractuel et non-titulaire de l’éducation nationale. Cette précarité toujours plus intense et générale concerne l’Éducation nationale, mais également la fonction publique dans son ensemble : après avoir privatisé France telecom, la poste et edf, après avoir cassé l’hôpital public, c’est aujourd’hui au tour des cheminots de subir les accusations d’être des privilégiés, afin de mieux les isoler et délégitimer leurs revendications.

Ainsi le gouvernement essaie de casser la mobilisation par l’isolement et la répression. Nous l’avons vu et subi le 5 avril, lorsque la préfecture nous a imposé un parcours de son choix la veille au soir et que nous avons été nassé.e.s pendant plus d’une heure de manière complètement arbitraire. Nous continuons de le voir lorsque la police rentre dans les facs, à Nanterre et à Lille 2, et déloge avec violence les étudiant.e.s qui se mobilisent contre le projet de loi Vidal-Blanquer (sélection à l’entrée à l’Université, réforme du bac et du lycée).

Parce que nous considérons qu’il n’est pas besoin d’attendre les attaques contre l’Éducation nationale (déjà en cours par ailleurs) pour se battre et que seule la lutte nous permettra d’obtenir la satisfaction de nos revendications, nous appelons l’ensemble des personnels, titulaires et non-titulaires (AVS, AESH, AED, contractuels), à se joindre à nous les 3 et 22 mai, en grève pour soutenir les cheminots, et affirmer notre volonté d’obtenir une amélioration de nos conditions de travail, de meilleurs salaires et la fin des statuts précaires !

Parce que la solidarité est notre force,
Parce que ce sont nos luttes qui construisent nos droits,

Tou.tes en grève le 3 mai : grève de l’Éducation nationale
Tou.tes en grève le 22 mai : grève de la fonction publique

Titularisation sans condition de tou.te.s les précaires de l’Éducation !

• Rejoignez le cortège des précaires de l’Éducation dans les manifestations des 1er, 3 et 22 mai (Pour le 2 mai : Rendez-vous du cortège éducation en lutte devant le cirque d’hiver (métro Filles du Calvaire) ).

• Prochaine assemblée des précaires de l’Éducation d’IDF mercredi 9 mai à 18h30 à l’annexe de la bourse du travail, 67 rue de Turbigo métro République.

Mail : precaires.education@riseup.net
Facebook : Assemblée des précaires de l’éducation - IDF
Twitter : @Precaires_Educ

Faire grève j’ai le droit ?
Eh oui ! Tou.te.s les personnes travaillant avec un contrat de travail ont le droit de faire grève. Dans la fonction publique il suffit qu’un syndicat ai déposé un préavis de grève couvrant tous les personnels, ce qui est fait ! Ensuite pas d’obligation de prévenir, il n’y a pas de service minimum ni de délai de prévenance (seulement pour les enseignant.e.s chargé.e.s de classe du 1er degré)

Mais faire grève ça coûte cher !
C’est pour ça que nous avons mis en place une caisse de grève : chacun.e peut contribuer en solidarité puis l’argent est redistribuée aux grévistes égalitairement. Nous organisons des repas de soutien régulièrement pour l’alimenter (voir sur notre page fb) et avons mis en place un pot commun sur internet.

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}