Médias : quand les violences conjugales se muent en pièges à clics

La masse de témoignages publiés sur Twitter à la suite du hashtag « BalanceTonPorc » et de l’affaire Weinstein a contraint médias et journalistes à rendre visibles les violences faites aux femmes, cependant les mêmes médias continuent à survoler et à « mal-traiter » les cas de violences sexuelles et de féminicides émergeant dans l’actualité

Comme nous l’écrivions dans un précédent article, « la masse de témoignages [publiés sur Twitter à la suite du hashtag « BalanceTonPorc » et de l’affaire Weinstein] – ciblant l’espace public, les lieux de travail, la sphère privée ainsi que tous les milieux sociaux et professionnels – a poussé et contraint médias et journalistes à rendre visibles les violences faites aux femmes comme un phénomène structurel et politique. »

Cette « prise de conscience » mérite cependant d’être interrogée. Car si les plaintes et les témoignages visant des hommes issus des classes dominantes et des sphères de pouvoir (Weinstein, Ramadan, Lassalle, etc.) ont eu un retentissement médiatique certain, les mêmes médias continuent dans le même temps à survoler et à « mal-traiter » les cas de violences sexuelles et de féminicides émergeant dans l’actualité, abordés comme des faits divers et déformés selon des biais langagiers trop bien connus. La permanence de ces travers, alors même que progresse, parallèlement, l’appréhension de la question comme un fait social montre la résistance des clichés sexistes au sein des rédactions. Des clichés sexistes hérités d’une méconnaissance sur le sujet, et des travers accentués par des logiques professionnelles et des conditions de travail néfastes à l’information en général (manque de temps et de moyens pour enquêter, bâtonnage de dépêches AFP sans recherches complémentaires, racolage du lecteur, etc.). [1]

Cet article, originalement titré "Violences faites aux femmes : la mémoire courte des journalistes" a été publié sur acrimed.org par Pauline Perrenot le lundi 12 février 2018.

Le 13 novembre, un cas de violences conjugales est entraperçu dans la presse nationale et régionale. Seulement entraperçu, car la mort d’une femme suite aux coups de son conjoint est reléguée au rang d’information secondaire dans nombre de médias, au profit d’une autre information : celle du suicide du conjoint, survenant deux jours plus tard. Comment, en plein débat sur les violences multiformes subies par les femmes, un tel glissement a-t-il pu se produire ?

Lire la suite sur Renversé

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}