idéologie du travail

Analyse et réflexion

Fin de partie ou pandémie éternelle ? Pour que soient abattus les fétiches du travail et de la reconduction marchande

Il s'agit ici d'une réécriture d'un article publié mi-janvier sur Paris-luttes. Cette réécriture met d'avantage l'accent sur le fétichisme du travail qui pousse en premier lieu à délaisser la lutte contre la pandémie, et qui s'affirme finalement comme mode ultime de représentation du « monde d'avant ». Ce point de vue semble pertinent à développer compte tenu des dernières politiques gouvernementales sur la « gestion » de la pandémie de Covid-19. Elle est également assortie de références bibliographiques intéressantes pour développer le sujet de l'aliénation et du fétichisme. Il s'agit d'un acte d'écriture synthétique qui se propose d'autopsier nos imaginaires, que le complotisme autant que la résignation contribuent à aliéner à l'ordre économique et politique existant. C'est un enjeu central pour prendre la mesure de ce qui, même dans l'action « contestataire » se rapporte toujours plus au fétiche de la reconduction marchande et des formes sociales qui en sont dérivées.

Analyse et réflexion

Penser notre rapport au salariat : fiche sur le courant de la « Critique de la valeur »

Vu la tronche du monde du travail depuis des années, et particulièrement depuis le début de la pandémie dans un contexte ultralibéral-autoritaire, il devient de plus en plus urgent de remettre sur la scène du monde militant une critique du travail marchand. Cette critique est d’autant plus minoritaire que le néolibéralisme façonne nos manières de penser le monde, nous mêmes, et nos luttes. Il s’agirait donc de commencer, ou de continuer à penser nos vies au-delà de nos tafs de merde à 40 h par semaine payés une misère. En clair, ce texte veut s’inscrire dans l’ensemble d’idées selon lesquelles « il faut s’organiser pour ne plus jamais travailler ».

Analyse et réflexion

Fin de partie ou pandémie éternelle : pour que se réactive durablement la haine du travail et du capitalisme

Ce tract relaye un appel à l’autogestion sanitaire formulé par quelques forces politiques et camarades dès le début de cette pandémie, mais propose de la compléter d’une remarque : il ne peut y avoir d’autogestion sanitaire sans autogestion de la société dans son ensemble et, donc, sans réflexion approfondie sur la nocivité de l’État et sur la morphologie de sa gestion virtuelle de la société, donc sans une réflexion sur l’abstraction marchande qui vient entraver toutes les initiatives collectives logiques et spontanées (donc immédiatement réalisables !) pour parer la propagation de ce virus, préserver nos vies au pluriel et en réinventer les formes.

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 15 |

Suivre tous les articles "idéologie du travail"