capitalisme vert

À lire ailleurs

Le vert est la couleur du dollar. À propos de Greta et de la transition technologique

Peut-on parler de « croissance verte » et de « développement durable » ? Et de quoi s'agit-il ? La destruction des milieux naturels met-elle en danger le capitalisme, ou seulement les populations ? Quelles sont les raisons de l'échec de toutes les négociations sur le climat ? Que seront les « luttes climatiques » à venir ? Autant de questions auxquelles ce texte tente d'apporter un début de réponse.

Analyse et réflexion

« Pour le capitalisme, toutes les ressources naturelles ont la couleur de l’or. Plus il les exploite rapidement, plus le flux d’or s’accélère. »

Ce qui suit aurait tout aussi bien être écrit en cette période caniculaire. Mais 110 ans avant les tièdes introspections de Nicolas Hulot, l'un des théoriciens du communisme de conseils, Anton Pannekoek, analysait déjà la responsabilité de la bourgeoisie, par sa soif de profit immédiat, dans la mise à sac de l'environnement et l'impossibilité d'y mettre fin dans le capitalisme.

| 1 | 2 | 3 | 4 |

Suivre tous les articles "capitalisme vert"