Zbeul les JO ! Zga aux sponsors !

Rendez-vous pour une action festive et déguisée contre les JO.

  • Action festive contre les JO : Dernières infos techniques pour se joindre à l’action

    L’action à laquelle on te propose de participer aujourd’hui est une action plutôt tranquille. Il s’agit d’aller perturber un peu le fonctionnement d’une boîte partenaire des JO. On ne dira pas laquelle ni où pour ne pas être attendu. L’idée est de réussir à se regrouper pour aller ensemble sur les lieux de l’action, qui ne doit pas durer très longtemps, avant d’essayer d’en repartir tous ensemble sans se faire choper par les flics et pouvoir se disperser dans un endroit plus sûr.

    Dans l’idée, c’est plutôt simple, mais il n’est pas exceptionnel de se faire nasser avant de faire quoi que ce soit en ce moment. On a donc pensé à un plan. Ca peut marcher, en tous les cas ça vaut le coup d’essayer, mais il faut réussir à être bien à l’heure.

    L’idée est de se retrouver tous progressivement dans la même rame du RER B avant la station Saint-Michel Notre-Dame en direction du nord (Aéroport Charles-de-Gaulle, Mitry-Claye). Chacun aura pu monter dans la rame à différentes stations en amont (Cité Universitaire, Denfert-Rochereau, Port Royal ou Luxembourg, pour ce qui est des stations parisiennes).

    La rame dans laquelle on doit monter s’appelle ERIC, et voici les horaires de passage aux différentes stations (Samedi 15 juin !) :
    10:52 Arcueil - Cachan
    10:54 Laplace
    10:56 Gentilly
    10:57 Cité universitaire
    11:00 Denfert Rochereau
    11:02 Port Royal
    11:03 Luxembourg
    Voilà pourquoi il faut être bien à l’heure pour ne pas rater le coche.

    Si pour une raison ou pour une autre, le train est annulé, on se reportera simplement sur le suivant.

    Dans tous les cas, les dernières personnes personnes devront être montées à Luxembourg. À partir de ce moment là, on sera au complet dans l’ensemble de la rame. Un masque ou un déguisement renforceront notre anonymat. On pourra se retrouver, se manifester, chanter. Il faudra alors être attentifs aux consignes de différentes personnes réparties dans les wagons, qui donneront le signal de la descente au dernier moment pour avoir un temps d’avance sur les civils qui ne manqueront pas de nous suivre. Pour plus de fluidité, un mot sera alors distribué pour expliquer les modalités de l’action, mais il est aussi possible d’en parler de vive voix sur le trajet. A la sortie des transports en commun, on marchera à bon rythme pour parvenir à rentrer dans le bâtiment.

    Voilà à peu près ce qu’on peut dire pour le moment !

    A bientôt !

    PS 1 : Même si on fait tout pour l’éviter, un contrôle collectif avant ou après est toujours possible. Et même si c’est une action tranquille aux risques limités, ne pas avoir de papier d’identité ou de carte navigo sur soi c’est la possibilité de refuser collectivement de donner son nom. Ne pas avoir de téléphone, c’est aussi s’éviter de trimballer un mouchard. Il s’agit juste de conseils, après tu fais comme tu veux évidemment !

    PS 2 : Les journalistes sont priés de s’abstenir de venir. Quant aux autres : pas de photo, ni de vidéo de gens. Ni visage, ni pieds ! Merci.

Depuis l’arrivée de la flamme olympique à Marseille, les JO font encore plus l’effet d’un rouleau compresseur… On se sent écrasé.e.s par leurs cérémonies démesurées et l’ampleur de la com’, avec en prime Jul pour servir de packaging… Et puis on constate un peu plus le côté consensuel des JO, en apparence du moins, mobilisant les nobles « valeurs du sport » d’un côté et l’excitation de la compétition de l’autre. Voir des foules applaudir le passage de leur foutue flamme, ça crève le coeur !

Heureusement, malgré tout, la contestation des JO est toujours bien vivante ! Récemment on a pu voir des manifs et rassemblements anti-JO (Marseille, Montreuil, Angers, Strasbourg), des tags et banderolles sur le chemin de la flamme (Mayenne, Sisteron, Rennes), une kermesse pour éteindre la flamme et chambouler leur fête (Paris), des boules puantes dans les concerts pro-JO (Rennes), un appel à zbeuler le parcours de la flamme (Saint-Etienne), des concerts et une vélorution anti-JO (Paris). Bref, tout ça, ça réchauffe le coeur !

Pour contribuer à cet élan et le poursuivre, on propose d’aller taquiner collectivement l’un des sponsors des jeux. Les JO et leurs sponsors sont partout, nous aussi ! Alors, pour toutes celles et ceux qui ont envie de s’amuser à aller les faire chier tout en expliquant autour de nous pourquoi on rêve de gâcher leur fête, RDV le samedi 15 juin en fin de matinée.

L’action à laquelle on te propose de participer est une action plutôt tranquille. Il s’agit d’aller perturber un peu le fonctionnement d’une boîte partenaire des JO. On ne dira pas laquelle ni où pour ne pas être attendu. L’idée est de réussir à se regrouper pour aller ensemble sur les lieux de l’action, qui ne doit pas durer très longtemps, avant d’essayer d’en repartir tous ensemble sans se faire choper par les flics et pouvoir se disperser dans un endroit plus sûr.

Dans l’idée, c’est plutôt simple, mais il n’est pas exceptionnel de se faire nasser avant de faire quoi que ce soit en ce moment. On a donc pensé à un plan. Ca peut marcher, en tous les cas ça vaut le coup d’essayer, mais il faut réussir à être bien à l’heure.

L’idée est de se retrouver tous progressivement dans le même train grâce à son numéro et son heure de passage dans chaque station. Chacun pourra donc monter dans la rame à différentes stations et en même temps que d’autres voyageurs. Quand tout le monde sera monté, l’action pourra commencer...

Des infos plus précises seront publiées jeudi 13 juin au soir sur Paris Luttes Infos.
Tiens-toi au jus !
Et réserve ton samedi 15 juin en fin de matinée !

Mots-clefs : action directe | JO 2024
Localisation : région parisienne

À lire également...