Je ne voterai pas Macron

Il est vrai qu’au sein des milieux militants de gauche, réformistes ou révolutionnaires, la question semble tranchée depuis longtemps. Si quelques personnes issues de ces milieux voteront Macron pour faire barrage à Marine Le Pen, l’immense majorité ne votera pas pour lui. Au sein de la population de gauche non militante, la question divise plus. Nombreux sont les gens à hésiter entre le vote blanc, le vote nul, l’abstention ou le vote Macron.

Pour ma part, je ne voterai pas Macron, c’est une évidence et ça l’a toujours été, je n’ai jamais pu ne serait-ce qu’envisager de voter pour ce type, cela ne m’a jamais traversé l’esprit. Qu’il soit face à Le Pen comme ce sera le cas le 7 mai prochain ou face à quelqu’un d’autre, je ne voterai jamais pour lui. Je n’aurai d’ailleurs pas voté Fillon non plus face à Le Pen, comme je n’aurai pas voté Macron face à Fillon, je n’aurai pas non plus voté Hollande face à Le Pen ou Fillon comme je n’aurai pas non plus voté pour Valls.

Non, je n’ai pas manifesté pendant des mois contre la loi travail pour ensuite déposer dans l’urne un bulletin au nom de son inspirateur, je n’ai pas manifesté pendant des mois contre la politique économique de Hollande pour voter en suite en faveur de son ministre de l’économie.
Evidemment, dans ces circonstances, le doute est légitime, le trouble est logique.
Pour la deuxième fois en quinze ans, l’extrême droite est au second tour des élections présidentielles en France. En 2002, Jean Marie Le Pen avait obtenu 4.8 millions de voix au premier tour et 5.5 millions au second. Cette année, Marine Le Pen a obtenu 7.6 millions de voix dès le premier tour et elle avait déjà battu le record historique de son père au premier tour en 2012 avec 6 millions de voix. Inexorablement, le Front National gagne des voix, par centaines de milliers, par millions, années après années.
Bien évidemment, cette situation est alarmante et pousse des millions d’électeurs de gauche comme de droite à voter pour « le moins pire » à faire le « front républicain » pour empêcher le FN d’accéder au pouvoir. Cette réaction est compréhensible mais elle doit à mon sens être combattue.

Le Front Républicain, carburant du FN

En effet, si on observe les politiques menées par les différents gouvernements depuis 2002 et la systématique stratégie du front républicain, on observe bien que, certes, cette stratégie empêche, pour l’instant, le Front National d’accéder au pouvoir, mais elle ne l’empêche pas de monter petit à petit, élection après élection, d’obtenir des mairies, des sièges de député, de sénateur, des conseillers municipaux, départementaux, régionaux et surtout d’imposer ses idées dans le débat public.
En surfant sur les thèses du Front National pour en récupérer les électeurs comme l’a fait Sarkozy en 2007 et 2012 et comme l’ont fait nombre de membres du gouvernement Hollande depuis le virage libéral-autoritaire de 2014, les gouvernements successifs ne font que banaliser les idées du Front National et le Front National lui même. En reprenant certaines propositions du FN comme la déchéance de nationalité ou l’extension de la légitime défense pour les policiers, en utilisant des méthodes de répression et de surveillance telles que l’état d’urgence ou la loi renseignement dignes de ce que ferait le FN une fois au pouvoir, en tenant des discours tels que « expliquer c’est excuser » comme l’a dit Manuel Valls après les attentats du 13 novembre, en disant que les problèmes sociaux, les inégalités et le racisme n’étaient pas un facteur d’explication des émeutes comme l’a dit Nicolas Sarkozy en 2007 suite aux évènements de Villiers-Le-Bel ou encore en disant qu’il faut nettoyer les banlieues au Karcher comme il l’avait fait plus tôt, en 2005, en parlant du « bruit et de l’odeur » des familles d’origine africaine comme l’a fait Chirac en 1991, les présidents et gouvernements successifs n’ont fait que porter sur le devant de la scène les idées du Front National, ils n’ont fait que banaliser son discours. Bien évidemment, cela est loin d’être fini et ça se vérifie encore quand Manuel Valls affirme ne pas être opposé à l’interdiction du voile à l’université.
Ainsi, cette banalisation progressive du Front National et de ses idées permet à ce parti de s’imposer petit à petit dans le débat public et dans le paysage politique au point d’être désormais une des principales forces politiques du pays. En choisissant perpétuellement de « voter utile » pour faire barrage au FN, nous donnons des arguments au FN pour se victimiser et nous légitimons les gouvernements qui, par leur politique, contribuent à faire monter le FN. Depuis des années, le Front National se nourri de la stratégie du front républicain pour se prétendre encore et toujours être un parti anti système car combattu par les principaux acteurs du système.

JPEG - 93.5 ko

La démocratie représentative, un système à bout de souffle, en perte de légitimité

Néanmoins, pointer du doigt l’absurdité et l’inefficacité de la stratégie du front républicain pour affirmer mon refus de voter Macron ne suffit pas.
Si je refuse de voter Macron, c’est aussi car je n’accorde pas de crédit au système de démocratie représentative tel qu’en place en France. Factuellement, l’industrie médiatique et sondagière nous pousse dans nos retranchements et nous pousse au « vote utile » toujours en utilisant l’épouvantail du Front National, du parti de la haine.
La démocratie représentative consistant à demander une fois tous les cinq ans à des millions de personnes de voter pour un individu qui sera leur président n’a rien de légitime à mes yeux. Les principaux candidats sont tous issus du même milieu social et les plus petits, non issus pour certains de ce milieu comme Jean Lassalle, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud, sont occultés des médias et présentés immédiatement comme des petits candidats lorsqu’ils ne sont pas carrément décrit comme dangereux comme l’a fait Christophe Barbier, éditorialiste de l’Express à propos de Philippe Poutou, ouvrier à l’usine Ford de Blanquefort. Lorsqu’un candidat, issu du milieu politico médiatique et de la classe supérieure propose néanmoins de changer un certain nombre de choses dans le système, il est immédiatement diabolisé et devient l’ennemi public numéro un des médias, bien avant le traditionnel épouvantail qu’est le Front National mais qui ne sert en réalité que de garde fou de la politique française. Ainsi, Jean-Luc Mélenchon qui, certes, est loin d’être un révolutionnaire, mais avait des propositions réellement de gauche, a été considéré comme un communiste fou dangereux, un ami des dictateurs, il a été comparé maintes et maintes fois à Marine Le Pen à tel point qu’il a fini par perdre, malgré un score honorable pour un candidat tant diabolisé. Mais diaboliser un candidat ne suffit pas pour les médias de masse tels que Le Monde, Libération, TF1, BFM TV, Cnews (ex I-Télé) et consorts.
Non, ces médias, tous détenus par des multimiliardaires (Bouygues pour TF1, Bolloré pour Cnews, Bergé, Niel et Pigasse pour Le Monde, Drahi et Weill pour Libération et BFM TV) doivent choisir un candidat, leur candidat. Ainsi, lorsqu’ils ne sont pas en train de dépeindre Poutou en ouvrier syndicaliste fou qui veut égorger des patrons, Arthaud en trostkyste acharnée qui veut rouvrir les goulags ou Mélenchon en nostalgique de Staline, ces médias dominants prennent le temps de présenter Macron comme le seul candidat ayant un programme cohérent, comme le candidat de la modernité, du dynamisme, incarnant le renouveau. Avec un marketing bien huilé, on arrive à nous vendre un candidat ultra libéral, c’est à dire prônant une doctrine vieille du 18e siècle et depuis longtemps dans les instances de pouvoir, de la banque Rothschild au ministère de l’économie en passant par l’inspection des finances, la commission Attali ou encore le secrétariat de l’Élysée. Il suffit de faire quelques rapides recherches pour trouver quel grand patron de presse soutient quel candidat, ainsi, Bernard Arnault, Vincent Bolloré, Xavier Niel, Pierre Bergé, Mathieu Pigasse et Patrick Drahi soutiennent tous Emmanuel Macron, il est donc logique que la ligne éditoriale de leurs médias respectifs soit pour le moins conciliante avec le candidat et probable futur président.
Avec un marketing bien huilé, on arrive à faire en sorte que les français, rejetant massivement la politique économique de Hollande, votent pour son ancien ministre de l’économie. Avec un marketing bien huilé, on arrive à faire passer un ultra libéral pour un candidat en dehors du clivage gauche droite. Avec un marketing bien huilé on arrive à faire passer des idées anciennes pour modernes, avec un marketing bien huilé, on arrive à faire oublier les échecs du CICE, du pacte de responsabilité, de la loi Macron et les dangers de la loi travail au profit de l’inspirateur de ces mesures.
Avec un marketing bien huilé, on arrive à faire passer du mépris de classe pour du franc parler d’un candidat « sans langue de bois » qui peut pourtant parler des heures sans rien dire en sortant des phrases bateau telles que « je veux un président qui préside et un gouvernement qui gouverne » (discours de Bercy).
Ainsi, quand Macron dit à des ouvriers se levant à 6h du matin que « le meilleur moyen de se payer un costard c’est de travailler » et qu’ils ne lui font pas peur avec leurs t-shirts, ce n’est pas du mépris de classe mais bien du franc parler d’un homme politique n’ayant pas peur de dire ce qu’il pense. Quand il dit qu’il préfère que les jeunes de cité soient payés au SMIC pour 70 heures par semaine en travaillant pour Uber plutôt que de vendre du shit, ce ne sont pas les propos d’un candidat plein de stéréotypes et de mépris mais ceux d’un homme décidé à s’attaquer aux problèmes d’une génération.

Capitalisme et fascisme, deux faces d’une même pièce

Pourtant, l’histoire nous a enseigné que capitalisme et fascisme ne sont que les deux faces d’une même pièce, qu’ils se nourrissent mutuellement et que choisir l’un c’est toujours renforcer l’autre. Ainsi, lorsqu’il s’est agi de combattre les forces de gauche en Espagne, en France, en Italie, en Allemagne, en Russie ou encore au Mexique, fascistes et capitalistes ont toujours été les meilleurs alliés du Monde. Cela se vérifiera sûrement dans les mois et années qui viennent au Rojava lorsque les États-Unis s’allieront sans problème au gouvernement fasciste d’Erdogan pour lutter contre les révolutionnaires des YPG/YPJ et du bataillon international de libération qui ont déjà libéré tout le nord de la Syrie de l’État islamique, au grand désarroi de la Turquie.
Je pose alors la question : pourquoi ainsi préférer le capitalisme au fascisme alors qu’il favorise toujours à terme le fascisme ? Voter pour Macron aujourd’hui c’est non seulement légitimer sa politique ultra libérale pendant cinq ans mais également dérouler le tapis rouge pour Marine Le Pen en 2022, ou même avant.

JPEG - 76 ko

Refuser de voter Macron, c’est ne pas céder au chantage politico médiatique qui tend à culpabiliser tous ceux qui refusent de voter Macron au motif qu’ils favorisent Le Pen.
Il est vrai, Le Pen est la candidate de la haine, elle est la candidate du sexisme, du racisme, de la xénophobie, de l’islamophobie, de l’antisémitisme, des LGBTphobies etc. Mais qu’en est-il de Macron ? N’est-il pas lui aussi le candidat de la haine ?
La haine des salariés, la haine des classes populaires. Un homme suintant le mépris et n’hésitant pas à culpabiliser les chômeurs jusque dans son programme en proposant de supprimer les allocations au bout de deux offres d’emploi refusées.
Marine Le Pen n’a pas le monopole de la haine et des propos honteux. Lorsque Macron déclare que les anti mariage gay ont été humiliés, il n’est pas à son coup d’essai, mais il légitime à coup sûr les idées de sens commun, de la manif pour tous, de François Fillon et de toute une partie de la droite et de l’extrême droite qui ont fait de la lutte contre les droits des minorités sexuelles leur cheval de bataille.

Le vote Macron, ou le reniement de nos combats passés et futurs

Nous sommes des millions en France à critiquer, légitimement le bilan de François Hollande, nous sommes des millions à avoir manifesté contre sa politique, notamment économique. A l’époque, son ministre de l’économie s’appelait justement Emmanuel Macron. Cet homme, Emmanuel Macron, entré au gouvernement en 2014, en porte le bilan. Si la politique menée par Hollande et Valls ne lui plaisait pas, il pouvait démissionner. Il ne l’a fait que pour se présenter à la présidentielle et non pour contester les orientations du gouvernement, et pour cause, il les partage et veut même aller plus loin. Il ne s’est pas opposé à la déchéance de nationalité, il ne s’est pas opposé à la loi travail, il en est même l’inspirateur, il ne s’est pas opposé à la répression des manifestations, il ne s’est pas opposé à l’état d’urgence permanent et ses dérives, il ne s’est pas opposé à la loi renseignement et il propose même dans son programme d’aller plus loin en obligeant les messageries cryptées à livrer leurs informations.
Il est d’ailleurs très à cheval sur certaines idées de droite voir d’extrême droite sur les questions sécuritaires. Il propose ainsi de faire exécuter toute peine prononcée, revenant ainsi dans les tourments du tout carcéral et remettant en cause la réforme Taubira développant les peines alternatives dont il est prouvé qu’elles sont plus efficaces contre la récidive. Il propose aussi de donner le droit aux policiers et aux gendarmes d’interdire à une personne de fréquenter un quartier où elle a commis un délit. Pratique dans la vie quotidienne si on a commis un délit dans un quartier proche de chez nous.

Finalement, en surfant toujours plus sur les thèses du Front National, ce dernier pourra bientôt disparaître car les autres candidats et partis appliqueront son programme à sa place au nom de cette fameuse lutte contre l’extrême droite et au nom du front républicain.
Aujourd’hui, voter Macron c’est bel et bien céder au chantage du front républicain qui ne fait que faire monter le FN depuis des années, c’est choisir le capitalisme face au fascisme alors que le capitalisme est le carburant du fascisme et que le fascisme est le carburant du capitalisme. Voter Macron c’est oublier la loi Macron, la loi travail, l’état d’urgence, la loi renseignement, la déchéance de nationalité, les coups de matraque, les grenades lacrymogènes, les tirs de flashball, les incarcérations, c’est renier nos convictions pour choisir encore et toujours le moins pire alors qu’on pourrait choisir le meilleur, par la rue.
Voter Macron c’est donner raison aux sondages, donner raison aux grands patrons de presse qui grâce à un marketing bien huilé ont réussi à imprégner dans les têtes qu’il n’y a pas d’alternative au capitalisme, au libéralisme et que Macron défendra pour le mieux nous intérêts. Voter Macron c’est choisir un candidat pris dans des dizaines de conflits d’intérêts à tel point qu’il refuse de dévoiler l’identité des donateurs de son mouvement.
Voter Macron c’est afficher notre mépris pour des millions de salariés qui vont souffrir du démantèlement annoncé du code du travail. Voter Macron c’est ne pas penser aux coursiers Deliveroo, Foodora, Uber Eats ou encore aux chauffeurs Uber qui souffrent tant de l’ubérisation de l’économie que Macron veut encore et toujours pousser au lieu de permettre la requalification en CDI de toutes ces nouvelles formes de travail aliénantes et précaires.
Voter Macron c’est, finalement, dérouler le tapis rouge au FN et à toutes les idées d’extrême droite qui prospèrent sur la pauvreté et la précarité mais aussi grâce à la mise sur le devant de la scène de thématiques identitaires et racistes tel que l’ont fait les gouvernements successifs depuis des années.

Pour toutes ces raisons, je ne voterai pas Macron, jamais, en toute hypothèse.

#NiMacronNiLePen
#NiCapitalismeNiFascisme
#SansMoiLe7Mai

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}