Hommage à Mohammed depuis l’intérieur du CRA

Vendredi 8 novembre, un prisonnier est décédé au centre de rétention de Vincennes. Il avait 19 ans, il était enfermé depuis 28 jours. Au matin, ses co-détenus l’ont découvert entre la vie et la mort dans son lit. Deux jours plus tard, un hommage lui a été rendu avec et par les prisonniers dans la cour du CRA.

Après avoir témoigné sur la mort de Mohammed, les prisonniers rapportent cette fois le moment d’hommage qu’ils lui ont rendu :

Quand on a su pour le jeune Mohammed, on a voulu lui faire un hommage, un genre une prière avec tout le monde. Au début, on a demandé le pardon tout ça comme le veut la tradition islamique, et après on est allés voir tout le monde de toutes les religions et ceux qui n’ont pas de religion.

On a dit : on va faire un hommage symbolique dans la cour et l’on a vu que tous les prisonniers étaient d’accord, c’était avec plaisir pour eux. On a dit à midi tout le monde va chercher son ticket pour le restaurant et avant qu’il parte au restaurant pour manger il faut qu’il monte vers la cour comme ça il vient pour faire une prière, un hommage symbolique pour lui.

Comme ça fait un message pour les responsables ici, parce que cette histoire elle pourrait arriver à n’importe lequel d’entre nous. On a fait une petite prière debout, il y a un gars qui a lu un peu du Coran et après il y a un qui a demandé à un monsieur âgé de 65 ans, il est d’origine de Russie, il est là, il est chrétien, il a fait un peu de prières avec la Bible.

La police ils ont remarqué, ils sont venus ils ont dit « qu’est ce que vous préparez ? Qu’est-ce que vous préparez ? » Ils voyaient qu’on va faire quelque chose, mais c’était juste un symbole pour le jeune tunisien et ça s’est passé tranquille après on a repris la normale.

À l’extérieur aussi, il était important de faire quelque chose. Vendredi, nous étions plusieurs à vouloir nous rendre ensemble derrière le CRA de Vincennes pour faire un parloir sauvage (se rapprocher le plus possible des grilles et se faire entendre des retenus), crier notre solidarité aux personnes à l’intérieur et notre colère contre les CRA et les frontières qui tuent.

Mais les RG avaient visiblement intercepté l’info puisque 3 camions de flics étaient stationnés devant le CRA, et des flics en civil nous attendaient au RER et nous ont empêchés de faire le parloir, confisquant au passage notre banderole.

On a donc décidé de remettre ça au dimanche soir : cette fois-ci on a pu se rapprocher du CRA et crier, les gens de l’intérieur nous ont entendus et ont répondu ; deux minutes après, 3 camions de flics ont débarqué et nous ont nassé·e·s pendant quelques minutes, avant de nous raccompagner jusqu’au RER – nous on a crié nos slogans jusque dans le wagon.

Tout cela montre quand même que les flics et la préfecture sont sur les dents en ce moment : ils savent qu’une mort en CRA ne reste pas sans réactions ; ils ont peur des révoltes de prisonnier·ère·s et ils ont peur des liens qui peuvent être faits entre intérieur et extérieur, et accentuent donc la surveillance et la répression des deux côtés.

Mais les camarades qui ont entendu le parloir depuis l’intérieur du CRA appellent à la solidarité et à la mobilisation : « Il faut faire beaucoup de manifs ! Tous les jours si c’est possible ! Ce n’est pas croyable ce qu’il se passe ici. » Nous on est toujours plus déterminé·e·s : on reviendra !

Pour Mohammed et tou·te·s les autres, ni oubli ni pardon.

Liberté pour tou·te·s !

À bas les CRA !

Localisation : 12e arrondissement

À lire également...