Nouveau communiqué des prisonniers en lutte du centre de rétention de Mesnil 2 !

Depuis début janvier, des luttes reprennent dans les prisons pour étrangèr.e.s, différentes pratiques et modes de luttes sont utilisés par les prisonnier.e.s enfermé.e.s ! La semaine dernière, des retenus du Mesnil-Amelot 2 ont continué leurs reflexions sur leurs conditions d’enfermements, sur ce système qui construit prisons, cra, hp et enferment le plus possible..

Bref nous relayons ici un communiqué du Mesnil Amelot 2, écrit le vendredi 25.01.2019.


Ici à Mesnil Amelot 2, nous les retenus nous plaignons des problèmes suivants :

1. Le tribunal et les avocats

Ici il y a l’annexe du TGI de Meaux. Le centre de rétention a un tribunal à l’intérieur, c’est tellement facile comme ça ! Dès que tu es resté un jour ici, tu es sûr que tu vas rester pour au moins 28 jours. Quand on te ramène au tribunal le premier jour, la juge des libertés et des détentions n’écoute personne, donne à tout le monde 28 jours de rétention. Elle regarde même pas que tu as une carte de séjour en cours de validité d’un pays d’Europe, le but c’est de te renvoyer au pays. L’avocat d’office, dans une journée il aura dix cas, il ne sert à rien. Parfois on te donne à signer des papiers, tu comprends même pas ce que c’est, et ils ne donnent pas à tout le monde les interprètes dont ils auraient besoin. De toute façon, l’avocat d’office, le juge, les flics ils sont tous pareils, ils manigancent tout à l’intérieur juste pour que tu restes enfermé et que tu sois déporté après.

Les retenus qui ont la possibilité de payer un bon avocat sont vite libérés, parce que si tu as un vrai avocat il va signaler un vice de procédure. Dans quasiment tout les cas il y a des vices de procédure, ils respectent pas leurs propres règlements. Si on regarde chaque détenu, au cas par cas, la procédure n’est jamais vraiment respectée. Souvent l’administration fait des magouilles avec les papiers, change les dates et les déclarations comme ça les arrange. Mais la plupart des détenus n’ont pas du tout les moyens d’avoir un avocat, alors ils vont rester enfermés ici à attendre l’expulsion. Ce n’est pas du tout les détails de ta situation qui comptent après tout, c’est juste l’argent qui fait la différence.

En plus, les retenus qui sont là, quand ils ont rendez-vous au tribunal à 8h ils peuvent rester là-bas jusqu’à 22h, juste à attendre une décision pour être libérés ou faire 28 jours ici – et la plupart du temps c’est 28 jours. La nourriture qu’on te donne là c’est juste 2 petits pains, un yaourt, une petite bouteille d’eau, une petite salade, et aussi dégueulasse qu’en CRA.

Aussi, il arrive tout le temps que l’audience au tribunal et le vol soit programmés le même jour, alors parfois on pense aller voir le juge et en fait on est ramené à l’aéroport !

2. Les papiers d’autres pays européens et les visas ne sont pas pris en compte.

Il y a tout le temps des gens qui ont des titres de séjours européens qu’on veut pas prendre en compte. Juste ces derniers jours, des personnes qui ont montré de titres italiens ou hongrois, on a quand même essayé de les renvoyer direct dans leur pays d’origine, alors que selon la loi ils devraient pouvoir rester en Europe. Soit on calcule pas ces titres de séjour, soit parfois les flics te les prennent et on te les rend plus jamais.

Aussi, il y a des gens qui arrivent à l’aéroport avec un visa français, pourtant ils sont mis en ZAPI [1] et après envoyé en CRA. Alors, ça veut dire quoi ? Que la France ne reconnaît pas les papiers délivrés par ses propres représentants à l’étranger ? Qu’elle révoque ses ambassadeurs dans ce cas-là !

Les gens qui arrivent avec un visa et veulent faire une demande d’asile, on leur donne pas le droit de le faire en liberté. Et en plus ici, quand on fait la demande d’asile en CRA on devrait avoir cinq jours pour pouvoir compléter son dossier et apporter les éléments. Mais maintenant on ne respecte plus du tout ça, on déporte des gens qui viennent tout juste de faire leur demande.

Et quand tu veux voir la Cimade, c’est juste une heure par jour et ils font rentrer deux ou trois personnes, pas plus, c’est pas assez vu les situations compliquées de chacun !

3. Les intimidations et les provocations

Les flics nous provoquent tout le temps, ils cherchent tous les prétextes pour nous faire réagir, pour ensuite invoquer n’importe quel règlement et nous sanctionner. Les règles changent tout le temps, et à l’intérieur et pour les parloirs, rien n’est clair, c’est fait exprès pour que tu pètes les plombs. Tu leur dis bonjour, ils t’appellent « madame » alors que t’es un homme, juste pour t’énerver. Ils font des fouilles pour nous intimider, et nous obligent à rester dehors dans le froid. Aujourd’hui, sous prétexte de nettoyage, on nous a fait sortir de nos chambres dehors, sous la neige, pendant presque une heure. Et on n’a même pas vraiment nettoyé – tes draps ne sont jamais changés pendant tout le temps que tu passes en CRA !

C’est les mêmes personnes qui nous donnent à manger et qui nettoient, alors que normalement c’est des entreprises différentes. Nous on pense qu’il y a anguille sous roche, parce que ces gens aussi cherchent à nous provoquer et balancent tout aux flics. Il y a quelques jours, pendant la grève de la faim, on a fouillé dans les cellules et on a confisqué tous les petits bouts de pain que certains cachaient (ils en avaient besoin pour prendre certains médicaments), pour les obliger de prendre le repas à la cantine.

Pourquoi ils interdisent les smartphones ? La seule raison c’est la peur de la vérité ! Les flics ont peur que, si on filme, tout le monde va savoir ce qui se passe à l’intérieur. Les smartphones c’est notre seul moyen de nous défendre contre les abus et les provocations, ils veulent pas nous laisser cette défense !

4. Il y a plus de gens que des places

On arrête pas de ramener de nouvelles personnes, alors il n’y a même plus assez de nourriture. Les retenus ne mangent pas tous le même repas. La nourriture pour un repas n’est pas suffisante, alors les derniers qui arrivent reçoivent de la nourriture moins bonne. Le CRA reçoit toujours la même quantité de nourriture, mais à l’intérieur il y a plus de gens que le nombre maximum de places.

A ce moment même, ils sont en train de chercher des matelas pour les nouveaux parce qu’il y en a plus assez. Déjà depuis un moment il n’y a plus assez de lits, des gens dorment par terre sur un matelas, sans même un oreiller. Maintenant même les matelas vont manquer.

5. Les conditions de vie inhumaines

La bouffe qu’on nous donne ici est dégueulasse, et même si tu veux en acheter aux machines, elles sont cassées depuis longtemps et on les répare jamais. Et maintenant, souvent, on n’autorise plus les colis de nourriture et boisson qu’on nous apporte de l’extérieur.

On n’a rien à faire toute la journée, ils nous laissent même pas le droit d’avoir un ballon pour jouer au foot dans la cour ; ils nous ont donné des balles en mousse pour bébé, on nous respecte vraiment pas ! Les télés sont cassées, pareil on les répare pas.

Il fait tout le temps très froid, surtout chez les femmes, alors qu’il y a souvent des femmes enceintes en CRA. C’est inhumain de leur faire subir ça ! Et les couvertures, en plus d’être sales, ne sont pas suffisantes pour l’hiver.

6. L’acharnement des autorités

Ici, tous les gens sont différents mais les autorités s’en fichent de leur histoire et ne cherchent pas à comprendre les problèmes ou la vie de chacun. La seule chose qu’on a en commun, pourquoi on est mis là, c’est qu’on veut se débarrasser de nous et nous déporter. Au lieu d’essayer d’aider chaque personne dans sa situation, on essaie de nous bloquer pour qu’on sorte plus jamais avant qu’on soit déportés. Déjà c’est inacceptable que beaucoup d’entre nous enchaînent les séjours en CRA, ou le CRA direct après la prison. Parfois tu as fait tes 45 jours de CRA et on a pas réussi à te déporter, alors on invente quelque chose pour te mettre en garde à vue et te renvoyer à nouveau en CRA après. Même il y a des fois où ça leur sert à rien, ton consul ne veut pas donner le laisser passer, mais eux ils veulent te garder enfermé quand même ! Pour ceux qui sortent de prison, ils ont déjà payé pour ce qu’ils ont fait, alors pourquoi les enfermer à nouveau ? Et en plus, parfois tu penses sortir de la prison et ils te ramènent au CRA sans même te prévenir à l’avance, alors que tu croyais être libre !

Nous voulons que les gens sachent que ce qui se passe ici ce n’est pas juste notre problème, c’est un problème de toute la société. Il faut comprendre que si aujourd’hui en France on accepte que des personnes soit traitées comme ça, c’est toute la société qui devrait être transformée !

Le 25.01.2019


Ce vendredi 25 un des copains enfermés a Mesnil a appelé l’Envolée pour parler avec nous de ces trois dernières semaines de lutte ! Dans ce même temps de parloirs en direct deux copains du CRA de Plaisir et plusieurs prisonnières de Mesnil appelent pour dénoncer et raconter.
C’est dispo ici : http://lenvolee.net/emission-du-25-janvier-2019/

Pour rappel tous les mercredi a 18h rdv à l’Écharde au 19 rue garibaldi Montreuil (ligne 9, arret robespierre) pour s’organiser depuis l’extérieur !
On met en PDF les quelques affiches déjà dispo, à coller partout !

A bas les cra !

Affiche Mesnil Amelot
Affiche Oissel
Affiche Vincennes

Note

La lutte continue au centre de rétention de Vincennes, hier soir une quinzaine de prisonniers se sont mis en grève de la faim ! LIBERTE POUR TOUTES !
Plus d’infos sur : https://abaslescra.noblogs.org

Notes

[1Zone d’attente pour personnes en instance

Localisation : région parisienne

À lire également...