À Notre-Dame-des-Landes, un défenseur de la ZAD mutilé par une grenade

Alors que les opérations de destruction menées par la gendarmerie se poursuivent, un homme a eu la main arrachée par une grenade GLI-F4 ce mardi 22 mai. Compilations d’infos trouvé chez nos camarades.

  • Appel à propos de la diffusion de l’image non floutée de la victime

    « Nous avons besoin de vous tou.te.s : une photo non floutée circule de la victime de ce matin, qui a dû se faire amputer de la main. Pouvez-vous copier-coller ce message partout où vous la verrez : »merci de ne pas propager une photo non floutée sans l’accord de la victime.« On passe sur l’aspect illégal de cette pratique issue du besoin sensationnaliste, on comprend que certain.e.s pensent aider en faisant ça, mais tant qu’on dépassera le consentement d’un.e humain.e, particulièrement d’une victime, nous n’avancerons pas dans cette société... Au dernières nouvelles le copain va... comme c’est possible après une amputation, et il est »gardé" par la police : en plus d’années de galères médicales, c’est un long chemin de croix judiciaire qui l’attend, comme toutes les victimes de la police. On rappelle qu’il a été plaqué au sol AVANT que la grenade n’explose (donc AVANT qu’il puisse la relancer, ce qui explique les plaies sur son torse) (et avant de râler, demande toi quel réflexe tu aurais si une grenade tombait à tes pieds à proximité de copaines) /.../ Merci à tou.te.s...

  • La personne amputée de la main l’aurait été suite à un plaquage au sol par la gendarmerie.

    Le récit de la gendarmerie, qui consiste à dire que l’homme se serait blessé en tentant de renvoyer la grenade vers ses lignes, est contesté par des opposant-es présent-es sur place. D’après des témoignages recueillis par Radio Klaxon, la radio des habitant-es de la ZAD, « la personne qui a été blessée à la main a voulu ramasser la grenade pour la repousser et laisser passer ses camarades et elle a été plaquée au sol par la gendarmerie, c’est à ce moment exact que la grenade a explosé »
    Publié dans le suivi d’indymedia Nantes

Alors que les opérations de destruction menées par la gendarmerie se poursuivent, un homme a eu la main arrachée par une grenade GLI-F4 ce mardi 22 mai.

Dès l’aube, une cinquantaine de fourgons de gendarmes mobiles et deux blindés étaient sur la zone pour sécuriser les opérations de destruction d’habitations et de déblayage des routes. Vers midi, aux alentours de la Châteigne — dont les bâtiments ont été détruits la semaine dernière —, un homme a été blessé à la main par une grenade utilisée par les gendarmes. Il a été évacué en ambulance. En début de soirée, on apprenait qu’il avait dû être amputé.

Lire la suite sur La rotative

Suite à l’annonce d’un blessé grave ce matin - Communiqué de l’équipe médic et du groupe de soignant.e.s de la zad

Aux alentours de midi ce matin, une personne aurait été blessée gravement suite à une charge impliquant des tirs venant de la gendarmerie. La présence policière nous ayant empêché de porter secoursà cette personne, nous ignorons ce qu’elle est devenue et la nature exacte de ses blessures. Depuis plusieurs semaines, nous alertons de la dangerosité avec laquelle sont utilisées les armes de la police. Nous déplorons la situation dramatique d’aujourd’hui mais n’en sommes pas surpris. Nous avons déjà dû prendre en charge plus de 300 blessés lors de ces dernières semaines suite, entre autre, à des tirs de grenades GLI-F4, grenades de désencerclements et flah-balls. Nous réaffirmons que ce que le gouvernement met en oeuvre pour réprimer la zad est susceptible chaque jour de provoquer un mort, tout cela pour continuer à détruire des maisons et lieux de vie. Nous aimerions pouvoir dire que toute la lumière sera faite sur cette affaire mais, le classement sans suite de toutes les plaintes déposées suites aux violences policières du printemps 2016 à Nantes montre bien qu’il n’y a pas de justice à attendre pour ces victimes. La situation d’aujourd’hui repose plus que jamais la question suivante : jusqu’où l’État est-il prêt à aller pour combattre les formes de vie collectives qui ne rentrent pas dans leurs cases ? Il faut que le dispositif policier se retire enfin de la zad et cesse ses attaques.

Lu sur Zad.nadir.org

On peut également en lire plus sur les GLI-F4 ici

et ici la chronologie des faits par radio Klaxon et retranscrite par A L’ouest

Enfin sur les violences policières on peut lire aussi ceci

et cela

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}