Repas et bal autogérés de soutien à la ZAD

Le 21 Mai, midi, Square Louise Michel

Pour casser la croûte ensemble (chacun amène à boire et à manger et on partage), se donner du baume au cœur en dansant et chantant en choeur, partager les dernières infos, les analyses...

Et pour, encore et toujours, là-bas, ici, et maintenant, s’organiser : 147 ans quasi jour pour jour jour après l’écrasement sanglant de la commune de Paris, aidons les initiatives et communes qui refleurissent à tenir tête aux grenades, aux matraquages, à la répression.

La Fanfare invisible sera de la partie !

Rdv :
lundi 21/05 à midi
Partie haute du Square Louise Michel

Et si vous voulez nous aider à préparer tout ça, on sera samedi et dimanche à la Gare XP (18 blvd Sérurier) où a lieu Maelström (garexp.org/maelstrom)

ZAD PAR TOUS, PAR TOUTES ET PARTOUT

L’État à décidé depuis le lundi 9 avril d’éradiquer la Zone à Défendre de Notre Dame des Landes. Pour maintenir son ordre et son monde il s’attaque à toutes formes de luttes qui défendent les intérêts collectifs.

Comme les quartiers populaires et précarisés, comme dans les « jungles » de migrants, la ZAD est devenue le laboratoire d’expérimentation de ces violences policières. Cette opération militaire rend visible le vrai visage de l’État : depuis le début des opérations, 2 500 militaires déployés sur la zone, plus d’un millier de grenades tirées chaque jour, soit environ un tir par minute. On compte déjà plus de300 civilEs blesséEs.

Par cette violence, l’État s’attaque à toutes les alternatives. Alors qu’il coupe les budgets de tous les services publics et sociaux et casse les solidarités, il est prêt à dépenser des millions d’euros dans cette opération.

La Zone à Défendre de Notre Dame des Landes n’est pas que le résultat de la lutte contre un grand projet inutile et imposé. Cette Zone c’est aussi, presque 150 ans après celle de Paris, écrasée dans le sang, une commune : un dessein alternatif , un lieu de co-construction , un espace ouvert , des systèmes d’autogestion , en lutte contre toute forme de subordination, de rapport de domination, de marchandisation de nos vies... Des lieux de vie ouverts à touTEs.
CheminotEs, EtudiantEs, ChomeurEs, PrécairEs, PostierEs, AgriculteurEs, HospitalierEs, FonctionnairEs, UniversitairEs, ExiléEs, RetraitéEs... C’est pour une autre vision du monde que nous nous battons.

TouTEs ensemble, occupons l’espace pour que refleurissent les communEs.

Mots-clefs : ZAD
Localisation : 18e arrondissement

À lire également...