Repas de soutien NoTav

SOUTIENS LASISTANCE EN VALLE DI SUSA !

Contre la criminalisation des mouvements territoriaux et sociaux.
Contre l’utilisation du chef d’accusation de terrorisme pour quelconque forme de résistance.
Parce que la liberté se gagne par la lutte.
Liberté pour Chiara, Claudio, Mattia, Niccolo’ et tou* les autres inculpé*s NoTav !

Samedi 8 mars
Polenta de soutien No Tav
Cantine des Pyrénées - 12h30
331 rue des Pyrénées, Paris 20e, métro Jourdain

notavparis.wordpress.com


Environ 600 inculpés, plus d’un millier d’accusés, des dizaines de personnes soumises à des régimes de restriction de liberté, des fogli di via (interdictions d’accès à un territoire) que l’on n’arrive même plus à compter, un maxi procès contre 53 No Tav dans une salle de tribunal-bunker, une criminalisation médiatique quotidienne, c’est dans ce climat d’acharnement contre le mouvement No Tav que la manifestation du 16 novembre 2013 avait rappelé à toutes et tous l’unité et la force de la lutte en rassemblant 40 000 personnes à Susa. Trois semaines plus tard, le 9 décembre, 4 No Tav sont arrêtés et incarcérés avec le chef d’accusation “d’attentat à finalité terroriste”. Ils sont en fait accusés d’avoir participé à une manifestation nocturne au chantier de la Clarea entre le 13 et le 14 mai 2013 durant laquelle de l’outillage à été endommagé. Une promenade nocturne parmi tant d’autres.

Alors que les 4 No Tav incarcérés subissent l’isolement (pour Claudio), des réductions du temps de promenade et interdictions de communication (pour Niccolò e Mattia), des retards et censure de courrier, l’interdiction de visites, ont été récemment séparés sur différentes maisons d’arrêt, la répression judiciaire continue sur d’autres fronts. Procès pour diffamation, chefs d’accusation contre des mineurs, et dernière nouveauté, les amendes rédhibitoires : 3 No Tav ont été condamnés à payer une amende de 214 000€ sans délai à LTF pour un blocage en 2010. Là où les arrestations et mesures de restriction de liberté ne fonctionnent pas, le pouvoir tente de détruire la lutte en tapant au portefeuille.

Le mouvement No Tav continue à revendiquer le droit à la résistance par tous les moyens : du sabotage et dégradation de matériel, aux pratiques de dérangement des militaires présents en Val de Suse, à la préparation des listes civiques No Tav pour les élections communales de ce printemps.
Comité No Tav Paris

Mots-clefs : no-TAV
Localisation : 20e arrondissement

À lire également...