Booba/Kaaris : des prévenus pas si OKLM

L’affaire qui secoue la France entière cet été 2018, éclipsant très opportunément l’affaire Benalla-Macron, n’en finit pas de défrayer la chronique. Mais derrière le caractère rocambolesque de ce qui est présenté comme le nouveau feuilleton de l’été, intéressons-nous de plus près au traitement médiatique et judiciaire de cette affaire.

JPEG - 333.7 ko

Pour les personnes qui vivent dans une grotte depuis 4 jours, petit rappel des faits : mercredi 1er août, à l’aéroport d’Orly, une bagarre éclate entre les rappeurs Booba, Kaaris et leurs amis respectifs et se poursuit jusque dans une boutique de parfums en duty free. L’affaire buzze sur les réseaux sociaux, le hall de l’aéroport est brièvement fermé (entraînant quelques retards) et les protagonistes sont appréhendés par la police et placés en garde-à-vue.

Voilà pour le décor. Seulement, tandis que certain•e•s envisageaient un traitement judiciaire privilégié pour les deux (riches) personnalités de l’industrie de la musique, la comparution immédiate des rappeurs et leurs amis ce vendredi 3 août a abouti à une mise en détention provisoire en l’attente d’un procès le 6 septembre.

« Je suis bon qu’à pé-ra, à causer du tort au code pénal »

Si le rap a désormais relativement bonne presse et peut s’offrir des colonnes élogieuses dans les Inrocks ou Télérama ; les rappeurs, beaucoup moins. À s’attarder sur le champ lexical drainé par les articles de presse et les commentaires cités çà et là, on peut remarquer que les protagonistes de l’affaire qui nous intéresse sont dépeints en premier lieu comme des sortes de voyous imbéciles, animés par la seule violence crapuleuse. Le Parisien parle ainsi de « clans » [1] quand Le Monde évoque la « bande à Booba », la « bande à Kaaris » et ses « sbires » [2]. Le grand intellectuel Michaël Youn se fend d’un : « et si vous utilisiez plutôt toute cette « belle » énergie pour… lire un livre ? », entre autres enfoncements de portes ouvertes, façon culture légitime, qui ont fleuri sur les réseaux sociaux. Et le procureur n’oublie pas de souligner que cet événement a terni l’image de la France, puisqu’Orly en est selon lui « la vitrine ».

22 ans après l’affaire NTM, 16 ans après l’affaire La Rumeur, 2 ans après l’affaire Jo le Phéno (liste non-exhaustive), la France continue de régler ses comptes avec les rappeurs. Car il ne faut pas s’y tromper, si les uns ont connu des déboires judiciaires directement liés à leurs paroles jugées trop hardcores, trop anti-état, trop anti-flics – contrairement aux protagonistes de l’affaire Booba/Kaaris ; c’est avant tout le sous-prolétariat des périphéries urbaines et issu de l’immigration qui est jugé dans un même mouvement.

« Jugé à cause de ma couleur, j’ai fait les choses dans la douleur »

Si le rap a meilleur presse aujourd’hui, c’est souvent à condition qu’il soit blanc (Orelsan, Nekfeu ou Vald pour ne citer qu’eux) et selon certains standards de respectabilité. Les rappeurs business d’aujourd’hui, parce qu’ils sont restés hardcores, ont détrôné les rappeurs "conscients" d’hier comme bêtes noires des institutions médiatiques et judiciaires. Leur ascension économique ne les extirpe jamais de la figure du malfrat, parvenu ostentatoire, semi-mafieux vulgaire et violent.


Ironie du sort, un des avocats de Kaaris est lui-même un bagarreur patenté : Arash Derambarsh, élu Les Républicains à Courbevoie, avait participé avec deux de ses collègues à une rixe à la sortie du Mabillon, comme relaté dans les colonnes du Parisien en février 2017 [3]. Témoins et employés du Mabillon livraient alors : « Ce sont les élus qui ont cherché le petit jeune de banlieue. Ils ont un peu fait les kékés. Sortis leur carte d’élu. Et étaient à trois sur lui ». Mais contrairement à son client d’aujourd’hui, il n’a connu ni garde-à-vue, ni détention provisoire et à rebours des déclarations des témoins, il a même réussi à faire condamner son « agresseur »… à 4 mois de prison ferme !

Il ne suffit donc pas d’avoir une Lamborghini à 6 vitesses pour ne pas subir une justice à double-standard.
Quand on est un business-man, il est préférable de ne pas être un rappeur noir.
Lorsqu’on n’est pas blanc, il est préférable d’être un élu municipal ou un chargé de mission à l’Élysée.

David-Olivier Kaminski, représentant de Kaaris, pour lequel nous n’avons évidemment aucune sympathie, n’oublie pourtant pas de faire une pique en référence à l’affaire Benalla : « Il n’y aurait qu’une seule façon de sortir libre d’ici, ce serait d’avoir un ami policier, un casque, et un quelconque passe-droit… Il y aurait donc deux justices en France ? ».

Ce soir Kaaris sera à Fresnes et Booba à Fleury, tous deux à l’isolement.

#FreeElieYaffa #FreeOkouArmandGnakouri, liberté pour tou•te•s les prisonier•re•s et crève la taule.

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}