4 au 11 octobre 1917 : un procès pour la presse Libertaire

Du 4 au 11 octobre 1917, à Paris, a lieu le procès des anarchistes accusés d’avoir fait paraître en juin un numéro clandestin du journal « Le Libertaire ». Audace qui leur vaut de très lourdes condamnations (de 1 à 3 ans de prison).

À partir de 1881 l’action directe est mise en avant et favorisée au sein du mouvement anarchiste.

Mis à part quelques faits isolés, c’est en 1892 que commence la véritable période des attentats qui visent à déstabiliser le pouvoir en attaquant directement ses détenteurs. C’est une série d’attentats à la bombe perpétrés par François Koënigstein, dit « Ravachol », à partir du 11 mars 1892 qui déclenche la vague de terrorisme anarchiste. Il sera condamné à mort et guillotiné le 11 juillet 1892 pour avoir fait exploser les domiciles de deux juristes parisiens, ainsi qu’une caserne. Avant de mourir il crie : « vive l’anarchie ». Le 9 décembre 1893, Auguste Vaillant lance de la tribune à la chambre des députés une bombe chargée de clous qui fera un blessé ; lors de son procès il justifiera cet acte par la volonté de venger Ravachol.

Il est exécuté le 4 février 1894. Le 24 juin 1894 le président de la République Marie François Sadi Carnot est assassiné à Lyon par un jeune anarchiste italien.

Les 11 et 15 décembre 1893 et le 28 juillet 1894 sont votées dans l’urgence et à la suite de ces événements, une série de lois réprimant le mouvement anarchiste et lui interdisant tout type de propagande.

Les anarchistes s’emparent alors du mot libertaire - néologisme créé en 1857 par Joseph Déjacque - pour s’identifier et poursuivre leurs activités éditoriales. Ces lois « anti-anarchistes » et limitant la liberté de la presse ne seront abrogées qu’en 1992.

Joseph Déjacque fonde en 1858 le journal Le Libertaire à New York.

Il est poursuivi en France pour « excitations à la haine et au mépris du gouvernement de la République, à la haine et au mépris des citoyens les uns contre les autres, enfin l’apologie de faits qualifiés de crimes par la loi pénale » par le gouvernement de Louis-Napoléon Bonaparte.

Le titre disparaît en 1861. Il reparaît en 1892 à Alger, puis de 1893 à 1894 à Saint-Josse-ten-Noode, en Belgique. Le 16 novembre 1895, Sébastien Faure lance Le Libertaire, hebdomadaire qui deviendra l’un des titres principaux de la presse anarchiste de l’époque avec Les Temps nouveaux et La Sociale. Le journal paraît de 1895 à 1914, avec une parenthèse de février à décembre 1899, période où l’hebdomadaire est remplacé par le quotidien Le Journal du peuple. À partir d’août 1899, paraît Le Libertaire « illustré » en supplément du quotidien. Il continuera sa vie jusqu’à l’arrêt de ce dernier, en août 1914, quand ses positions antimilitaristes l’obligent à cesser sa parution, après 960 numéros.

JPEG - 100.6 ko

Le 15 juin 1917 paraît un numéro clandestin du Libertaire. Le tirage à 12 000 exemplaires et la distribution de ce numéro clandestin du Libertaire titrant à une : « Exigeons la paix ». Le journal lançait également un appel « Femmes, aidez-nous ! », et exaltait la Révolution russe. En représailles, vers le 19 juin, la police opéra un coup de filet. Claude Content, Jules Lepetit, Lucien Grossin, Pierre Le Meillour, Alphonse Barbé, Marie Thimotée et l’imprimeur Eugène Clauss furent arrêtés.
Tous, sauf Marie Thimotée, comparurent du 4 au 11 octobre devant la 10e chambre du Tribunal correctionnel, avec en plus Pierre Ruff, ajouté au dossier. Selon Le Temps, Jules Lepetit fut condamné à deux ans de prison en tant que gérant ; Barbé à dix-huit mois ; Content, Pierre Ruff et Le Meillour à quinze mois ; Grossin à quatre mois avec sursis ; Clauss à 3 000 francs avec sursis.

PNG - 53.1 ko

Au moment où Claude Content sortait de prison, les anarchistes parisiens regroupaient leurs forces. En décembre fut formée la Fédération anarchiste, et Content en fut élu secrétaire. Le 26 janvier 1919, Le Libertaire reparaissait.

JPEG - 41.6 ko

sources :
https://bianco.ficedl.info/article1317.html
http://maitron-en-ligne.univ-paris1.fr/spip.php?article153873
http://www.wikiwand.com/fr/Le_Libertaire

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}