Paroles de flics

Suite au slogan « suicidez-vous » lancé à la face des flics, lors de l’acte XXIII, nos camarades de Nantes révoltée ont monté une vidéo où sont capturées insultes et autres menaces proférées par les flics

« Vieille truie », « gros lard », « j’dégoupille », « faut tirer », « on va vous brûler la gueule », etc.

Lors de l’acte XXIII (20 avril), à Paris, place de la République, agacé·e·s, réprimé·e·s, chargé·e·s et blessé·e·s, des manifestant·e·s commencent par crier « Suicidez-vous ! » aux flics.

Aussitôt, l’ensemble de la bourgeoise fait front commun pour défendre leurs chiens de garde. Les images passent en boucle, tandis que les « experts » font état de la « violence » des propos de ces Gilets jaunes, rabaissé·e·s au rang de bête menaçant la civilisation bourgeoise.

Mais les vidéos au contact des flics apportent une tout autre vision. Ils insultent, menacent de mutilation, voire même de meurtre, exultent de joie lorsqu’ils blessent une foule désarmée.

Autant de paroles qui montrent l’état d’esprit qui règne dans le corps policier : racisme, virilisme, certain de son impunité, qui mène une véritable guerre contre la population.

FACE À LA POLÉMIQUE : PAROLES DE POLICIERS

FACE À LA POLÉMIQUE : PAROLES DE POLICIERS - « vieille truie », « gros lard », « j'dégoupille », « faut tirer », « on va vous brûler la gueule » - C'est LA polémique de ce week-end. Quelques manifestants auraient crié « suicidez vous » aux policiers lors de l'Acte 23. Après avoir subi d'innombrables charges, et de nombreuses blessures sur la Place de la République. Pour occulter les violences policières inouïes à Paris contre les Gilets Jaunes, et les nombreuses arrestations et agressions commises contre les journalistes – des événements impensables dans n'importe quel autre pays européen – les médias fabriquent un écran de fumée. Un prétexte pour détourner l'attention. Les images passent en boucle sur toutes les chaînes. On invite des policiers en colère. Les commentateurs commentent, les éditorialistes s'indignent. La polémique est évidemment relayée et instrumentalisée par le gouvernement. Tout aussi importantes que les images de violences en elles-mêmes, voici donc un florilège de paroles de policiers pour répondre à la polémique. Puisqu'on reproche un slogan à des Gilets Jaunes, voyons ce que peuvent dire les agents assermentés sur le terrain. Ils menacent de « dégoupiller » et de « brûler la gueule » des manifestants. D'autres appellent à « tirer » à balles réelles sur une foule désarmée. D'autres encore insultent une passante de « vieille truie », ou de « connasse ». Ou, pire, tirent en hurlant de joie « bouyaka », « fils de pute » ou « allumez les ! ». Autant de paroles qui montrent l'état d'esprit qui règne dans le corps policier : celui d'un corps au dessus des lois, certain de son impunité, qui mène une véritable guerre contre la population. Quel est le plus grave : un slogan malheureux crié sous le coup de la colère, ou des menaces et des insultes répétées sur tout le territoire, émanant d'un corps armé, payé par l'Etat, et assermenté ? Mais personne ne condamnera ces dernières. Policiers : ne vous suicidez pas. Démissionnez !

Posted by Nantes Révoltée on Sunday, April 21, 2019

À lire également...