Le CRA du Mesnil en feu, 7 révoltés en procès : soutien à la « rébellion en réunion » !

Le vendredi 5 mars, 7 personnes passent en procès pour l’incendie de deux bâtiments du Centre de Rétention Administrative (CRA) du Mesnil-Amelot et pour « rébellion en réunion ». Appel à venir les soutenir au tribunal de grande instance de Meaux à partir de 12h30.

Depuis plusieurs mois la situation dans les Centres de Rétention Administrative (CRA, prisons pour sans-papiers) est encore plus pourrie que d’habitude. Les centres sont blindés, tous les jours les personnes enfermées risquent de tomber malades, alors que le suivi médical est inexistant. Si moins de personnes sont expulsées actuellement, c’est notamment grâce à des pratiques de résistance massive : pour être expulsé.e vers un certain nombre de pays, il faut faire un test covid, ce que les retenu.e.s refusent souvent.

Pour punir celleux qui n’acceptent pas de se faire tester, les flics les emmènent presque systématiquement en garde-à-vue, et les juges les condamnent souvent à des peines de prison. Il est aussi de plus en plus fréquent qu’une personne qui a passé 90 jours en rétention (le maximum légal) soit mise en Garde à Vue (GAV), condamnée à une nouvelle mesure d’éloignement, puis de nouveau placée en rétention : dans le CRA de Mesnil-Amelot, des prisonnier.e.s sont en train de redoubler leurs 90 jours. Six mois enfermé.e.s, pour ne pas avoir les « bons » papiers et pour refuser de se faire expulser 

Pour lutter contre cette situation, mercredi 20 janvier les retenus du CRA 3 de Mesnil-Amelot se sont révoltés. Deux bâtiments ont cramé ! Les flics ont dû appeler les renforts, certains prisonniers ont été hospitalisés et une dizaine d’autres ont été interpellés. Au total, 44 places en cellule sont aujourd’hui inutilisables : bravo à eux !
 
Bien sûr, ces révoltes amènent aussi leur lot de répression de la part des flics et de l’État : au Mesnil-Amelot, suite à l’incendie 6 personnes sont aujourd’hui en détention provisoire et une personne est sous contrôle judiciaire en attente d’un procès qui aura lieu le 5 mars. 7 personnes comparaitront pour « rébellion en réunion », dont 4 aussi pour « destruction d’un bien par incendie, une substance explosive ou un moyen de nature à créer un danger pour les personnes ».
 
Soyons solidaires avec les prisonniers et les prisonnières qui se rebellent 

Pour montrer que la machine à expulser et à enfermer ne peut pas tourner en toute tranquilité,
Pour montrer aux révoltés qu’ils ne sont pas seuls face à la répression,
Parce que la destruction des CRA est la seule revendication possible, et la révolte des prisonniers la seule façon efficace de faire fermer des bâtiments,

Nous appelons à un rassemblement devant le TGI de Meaux le 5 mars à 12 h30, pour le procès des 7 révoltés du Mesnil Amelot.

Soyons nombreux.euses et deter.e.s !

Localisation : Meaux

À lire également...