La tournée des usagers, en soutien à la grève des postiers

La tournée des usagers de la Poste, en soutien aux postiers en grève continue !
D’autres visites sont à prévoir !

Mercredi 9 juillet

En fin d’après-midi, un groupe d’usagers s’est rendu au bureau de poste au 56 rue René Boulanger.

Après une rapide distribution de tracts aux deux queues devant les guichets (et aux agents qui y faisaient face), nous avons demandé à rencontrer une responsable. La réponse – désormais habituelle – est qu’à cette heure il n’y en avait pas. Mais quelques minutes après, nous avons vu les deux guichetiers quitter leurs postes au même moment et ayant l’air de se parler dans leurs portables avec des sourires entendus.

Nous étions à l’entrée du bureau, juste pour nous protéger de la pluie, tout en continuant notre diff’ à ceux qui rentraient, quand une jeune femme à lunettes avec un air de première de la classe s’est manifestée pour nous interdire toute distribution dans son bureau (elle s’est présentée comme étant la responsable) et nous menaçant, si nous n’obtempérions pas, d’appeler la sécurité.

Face à notre enthousiasme – « oui, oui, appelez-la car sinon nous pensons qu’on ne nous prend pas au sérieux ! » - elle a semblé moins sûre d’elle et nous avons attendu inutilement l’arrivée de la sécurité promise.

À peu près à la même heure un autre groupe d’usagers s’est présenté au grand bureau du 38 boulevard de Strasbourg. Là aussi il y a eu une rapide distribution aux personnes présentes, suivi d’une demande de rencontre du responsable, lequel était déjà parti. Une guichetière a tout de même accepté d’alerter une dame plus gradée qu’elle, se trouvant dans un bureau à côté. Un conciliabule entre trois agents a suivi cette alerte, d’abord avec la porte ouverte du bureau, qui
a été ensuite fermée. La politesse ne semblait pas de mise dans la réception des usagers.

Nos chargés de mission ont continué leur travail d’information des usagers, jusqu’au moment où trois exemplaires du tract ont été passés sous la porte de ce bureau toujours fermée. Quelques minutes après une dame assez crispée a accepté de nous rencontrer. Nous lui avons demandé d’abord de transmettre à sa hiérarchie l’expression de notre mécontentement, expliqué ensuite notre point de vue et exprimé notre solidarité à l’égard des grévistes. Et là, oh miracle, la dame non seulement s’est décrispée mais semblait carrément acquise à notre argumentation. Elle a donc assuré que l’information sur notre présence remontera jusqu’à son chef, et plus si possible.

Cela a renforcé notre détermination et nous a donné envie de ne pas nous arrêter en si bon chemin.

Note

Compte-rendus des visites de solidarité précédentes :

Localisation : 10e arrondissement

À lire également...