L’incendie est loin d’être éteint...Macron nous enfume !

Premier retour sur les annonces pas annoncées, mais qui seront peut-être annoncées plus tard. Et surtout de quoi motiver tout le monde pour un 20 avril ensoleillé... ACTE XXIII !

  • Ça se calme un peu

    Les keufs ont fait leur marché mais ça se tasse, et ça sort lentement par endroits. Il reste beaucoup de monde

  • Reprise des affrontements à l’intérieur

    Grosse charge de 200 keufs, tirs de LBD.
    Arrestations avec tabassage offert.

  • Impossible de sortir de la place

    Il ya toujours des gazages sporadiques sur certaines parties de la place. Pas mal de mouvements d’ambulances en-dehors

  • Les arrestations se multiplient

    Et les blessé.e.s aussi... Pendant ce temps, l’eau du canon est bleue ??

  • L’hélico arrive !

    Bientôt les canadairs !? Toujours très tendu et gros lacher de bacqueux. Encore des blessé.e.s

  • Charges et contre-charges !

    Les flics sont présents en masse sur la place, mais les camarades aussi !
    Gros gazages mais les gens sont déters, les keufs se font charger à leur tour !

  • Des équipes de civil commencent à entrer sur la place !

    Gaffe à vous, ça va commencer à faire du chiffre !

  • Arrestation(s) véner dans le Go Sport

    Un petit groupe de flics surmatossés, surement pas au point sur les dates des soldes, sont entrés en force dans le GoSport en cours d’autoréduc et ont défoncé au moins une personne avant de l’embarquer. On attend les vidéos de remplissage de sacs de mailots « comme pièces à conviction »

  • Nasse ouverte !

    Les voltigeurs tournent pas loin, un canon à eau aussi, gaffe à vous !
    « On est là ! On est là ! Pour l’honneur des travailleurs, même si Macron veut pas, on est là ! »

  • Nasse et gazage, Toulouse réprésente !

    Une nasse d’un bon millier de personne se fait gazer copieusement à l’angle de Richard Lenoir, c’est le (relativement) nouveau concept de la dispersion dans la nasse ! Les asthmatiques c’est pas de bol, les autres le deviendront... Encore beaucoup de monde sur le faubourg du Temple

0 | 10

Après des mois de silence, Macron a sorti les violons et les grandes formules dramatiques… pour annoncer qu’il n’a rien à dire ! Tous les prétextes sont bons pour éviter d’affronter la vague jaune !

Et maintenant c’est la sainte alliance : les grands patrons (Pinault, Bouygues, Arnault…) et les grands groupes (L’Oréal, Total, Apple…) mettent la main au portefeuille pour reconstruire une toiture censée symboliser l’unité nationale. Les grands seigneurs financent une cathédrale pour cacher la misère… bienvenue au Moyen Âge !

Pire encore, Macron a délégué toute sa communication de crise – la vraie crise, celle des #GiletsJaunes – en faisant fuiter son discours post-Grand-Débat dans la presse, esquivant ainsi sa séance d’humiliation publique. Car les mesures proposées laissent entrevoir une double humiliation : elles sont le signe d’une défaite sans précédent de l’orgueil macronien ; mais elles n’ont aucune chance de faire rentrer les Gilets jaunes à la maison.

L’État se déciderait donc à lâcher un peu de fric, en revenant sur la désindexation pour les petites retraites (décidée en aout 2018), en abaissant l’impôt pour les ménages modestes, en prolongeant la prime défiscalisée pour les salarié·es et un créant un fond de garanti pour les mères célibataires.

Sauf qu’on ne sait pas d’où viendra l’argent, ce qui est tout l’enjeu de la « justice fiscale » brandie par les Gilets jaunes. Les niches et l’évasion fiscales sont juste mentionnées (sans plus de précisions) et rien sur l’ISF à part un énième "moratoire". Mais Macron évoque au détour d’une phrase « la nécessité de travailler davantage », c’est-à-dire une future réforme des retraites (ou des 35 heures). Revoilà le bon vieux « travailler plus pour gagner plus », c’est-à-dire un gros jackpot pour le capital et un État chargé de gérer les dégâts (sur la santé par exemple).

Pour l’éducation (en lutte), Macron promet la création d’un nouveau seuil de 24 élèves par classes jusqu’au CM2. Très bien, sauf qu’il faudra créer des postes et non en supprimer 120 000 comme c’est toujours prévu. Et pour verser dans l’émotion, promesse également de ne plus fermer ni écoles ni hôpitaux d’ici la fin du quinquennat : facile à tenir, puisque ce sont des services ou des classes qui sont fermés, rarement des écoles ou des hôpitaux entiers.

C’est sur le volet démocratique que Macron veut souffler tout le monde, mais là aussi tout n’est qu’ambiguïté. D’abord, on peut savourer la promesse de supprimer l’ENA, l’école qui l’a formé ! Mais finalement c’est très cohérent avec son projet de « start-up nation » et son rêve d’une élite dirigeante formée dans des écoles de commerce à 10 000 euros l’année.

Autre grande surprise : Macron promet le RIC ! Oui, mais un tout petit RIC, seulement sur des « sujets locaux ». On pourra donc décider de la couleur de nos boîtes aux lettres, sans avoir un mot à dire sur la privatisation de La Poste. Le RIP sera quant à lui simplifié, mais s’il faut encore passer par les députés + le Conseil constitutionnel, ce sera toujours "Rest In Peace" pour nos droits à participer.

Macron propose aussi une baisse du nombre de parlementaires et une dose de proportionnelle aux législatives. Mais, quel que soit le mode d’élection, les députés viendront toujours des quartiers bourgeois et des partis « déjà morts » dont les Gilets jaunes ne veulent plus entendre parler. Dernière surprise : la création d’une Assemblée Citoyenne de 300 personnes tirées au sort (mais juste pour parler d’écologie). Problème : les Gilets jaunes ont déjà leurs assemblées locales, qui marchent très bien et où on parle de tout, selon un principe de base : « Fin du monde, fin du mois, même combat ! »

Ce premier recul du pouvoir montre clairement que les Gilets jaunes sont en train de former un contre-pouvoir puissant et sonne comme un véritable encouragement à poursuivre. Réponse de la foule à Monseigneur samedi dans les beaux quartiers parisiens, pour un #ActeXXIII qui s’annonce plus joyeux que jamais !

La Plateforme d’Enquêtes Militantes
@platenqmil

Publié le 17 avril sur la page facebook : https://www.facebook.com/platenqmil/posts/1267974626688151

Note

On apprend à l’instant, toujours par voie médiatique, que Macron voudrait finalement revoir son discours et modifier les mesures prévues. Bonjour l’embrouille…

Discours de Macron au complet disponible sur lundimatin

Localisation : région parisienne

À lire également...