Communiqué Street Medic Paris sur la manifestation du 8 décembre 2018

Compte-rendu des blessé.e.s pris en charge la journée du 8 décembre 2018.

Nous, Street Medic Paris sommes des manifestant.e.s mobilisé.e.s contre toute répression policière, notamment en manifestation. Nous ne prétendons pas représenter l’ensemble de celles et ceux qui agissent en ce sens mais travaillons depuis près de 3 ans (COP21 et mouvement Loi Travail) à former et partager notre savoir et nos expériences. Nous participons également à récolter les différents témoignages afin de les mettre en lumière et les diffuser au plus grand nombre.

Contre la répression, la solidarité est notre arme !

Nous tenons à mettre en lumière que plusieurs personnes nous ont relaté des attouchements sexuels lors de contrôles des forces de l’ordre.

Pour le samedi 8 décembre, nous recensons :

  • LBD / flashball :
    • 3 personnes touchées sans précision des localisations
    • 1 suspicion de fracture au pied avec plaie ouverte (évacuation SAMU)
    • 1 personne atteinte à la tête (casquée)
    • 1 personne atteinte dans le dos avec plaie ouverte
    • 2 personnes atteintes au visage avec plaie ouverte
    • 1 personne atteinte à la tête avec plaie ouverte : pose de 4 agrafes
    • 1 personne atteinte au bras : fracture
    • 5 personnes touchée aux membres inférieurs
    • 5 personnes atteintes au niveau de la tête
    • 1 personne atteinte au niveau thoracique avec lésion pulmonaire (crachats de sang)
    • 1 personne atteinte à la cuisse
    • 3 personnes atteintes à l’œil (dont une avec fracture du nez)
    • 6 personnes atteintes à l’abdomen
    • 5 personnes atteintes au membres supérieurs
    • 1 personne atteinte au visage (lèvre)
  • Palet de lacrymogène :
    • 2 fractures du nez dans la longueur avec plaies ouvertes,
    • 1 contusion au pied
  • Gaz :
    • Enfants et bébés de moins de deux ans exposés
    • Plusieurs centaines de soins Maalox et sérum physiologique, avec crises de panique, vomissements (sur plusieurs jours), détresses respiratoires, brûlures, vertiges (sur plusieurs jours), malaises
  • Grenades de désencerclement :
    • Éclats au niveau du pied D,
    • 1 enfant atteint à la tempe
    • Plusieurs dizaines de personnes touchées aux membres inférieurs par projectiles et éclats avec hématomes, plaies et brûlures
    • 1 personne blessée à la tête
    • 1 personne au niveau de l’oreille G
  • Tonfa / matraque :
    • Plaie ouverte à l’arrière du crâne : 7 agrafes
    • plusieurs personnes touchées sur des charges avec multiples blessures, hématomes et plaies ouvertes localisées au niveau du crâne, membres supérieurs et inferieurs
    • 3 personnes avec plaies au crâne
  • Autres :
    • Plusieurs chutes avec plaies et contusions dûes aux charges, bris de verre lors de mouvements de foule,
    • une fracture du nez (origine inconnue),
    • 2 luxations de genou,
    • 1 plaie ouverte au pied sur un mouvement de foule
    • 1 personne atteinte à l’orteil
    • 1personne atteinte à la cheville par un projectile
    • 1 personne atteinte au crâne par un coup de pied
    • 1 chute en moto provoquée par une voiture de police
    • 1 atteinte au niveau des testicules lors de contrôles des forces de l’ordre

À cela, il faut ajouter tou.te.s les blessé.e.s dont nous n’avons pas pris connaissance. Ce bilan ne peut être qu’approximatif et ne reflète qu’une infime partie du nombre de blessé.e.s. Nous ne pouvons nous empêcher de voir dans une telle violence la volonté politique assumée d’intimider les manifestant.e.s de tous bords, de les effrayer, de les dissuader de descendre dans la rue.

Nous remercions les diverses équipes mobilisées lors de cette manifestation.
Ce compte-rendu arrive certes tardivement mais il reflète le temps nécessaire au recueil des divers témoignages. Cela prouve que les chiffres donnés dès le lendemain des mobilisations sont peu fiables.

Force et courage

La solidarité est notre arme

À lire également...