Au Gabon, face au soulèvement populaire, la Françafrique a encore sévi !

Le Gabon a été en prise à des « troubles post-électoraux », selon les mots repris dans la plupart des médias. Il s’agit en réalité d’une répression sanglante visant à mater la révolte provoquée par l’annonce des résultats officiels de l’élection présidentielle, qui s’est tenue le 31 août dernier. Analyse et communiqué de la CGA, par le groupe de Lyon

Au Gabon, face au soulèvement populaire, la Françafrique sévit encore

Le Gabon est aujourd’hui en prise à des « troubles post-électoraux », selon les mots repris dans la plupart des médias. Il s’agit en réalité d’une répression sanglante visant à mater la révolte provoquée par l’annonce des résultats officiels de l’élection présidentielle, qui s’est tenue le 31 août dernier.

Cette révolte s’est notamment traduite par l’incendie de l’Assemblée Nationale à Libreville, la capitale, et l’attaque d’autres lieux de pouvoir.

Le ras-le-bol de la population qui s’exprime ainsi est légitime : cela fait maintenant près de 50 ans que la famille Bongo est au pouvoir, avec d’abord Omar Bongo de 1967 à la date de sa mort en 2009, puis son fils, Ali Bongo, élu selon un scrutin contesté.
Malgré cela, Nicolas Sarkozy, à l’époque président de la République française, l’a congratulé en lui rendant visite. Actuellement la réélection d’Ali Bongo est validée par la Cour Constitutionnelle du Gabon.

Le Gabon est un des nombreux pays souffrant de la politique françafricaine néo-coloniale.
Cela s’est traduit notamment par l’affaire Elf, entreprise maintenant rattaché au groupe Total, et qui a éclaté en révélant des détournements d’argent et un système de corruption à grande échelle.
Le PDG d’Elf-Gabon était d’ailleurs à l’époque André Tarallo, un ancien camarade de classe de Jacques Chirac à l’École nationale d’Administration. Les intérêts pétroliers de la France en Afrique continuent de guider les relations diplomatiques de la France avec ses ex-colonies.

Lire sur le site de la Coordination des Groupes Anarchistes - groupe de Lyon repris par le groupe CGA -région parisienne

Note

Pour plus d’info : cga-rp.org
Pour nous suivre : cga région parisienne sur facebook et sur twitter

Mots-clefs : Gabon

À lire également...