Argenteuil : non à la destruction de la salle Jean Vilar, stop à la vente d’Argenteuil à la découpe !

Les associations et militant·es réunies en collectif pour la défense de la salle Jean Vilar organisent une réunion publique importante ce mercredi 14 à 20h à la salle Paul Vaillant Couturier (face au Mac Do) afin de faire le point sur les derniers événements et dernières informations.

4e ville d’Île-de-France avec plus de 110.000 habitant·es, Argenteuil est dirigée d’une main de fer [1] par un maire LR, Georges MOTHRON.
Avec le grand Paris, Mothron comme les autres maires se sentent pousser des ailes, chacun y va de son (ou plutôt ses) grand(s) projet(s) immobilier(s)... Ainsi à Argenteuil le conseil municipal du mercredi 30 mars 2016 a déclassé l’ile Héloïse pour pouvoir la vendre au promoteur Fiminco pour y édifier un complexe cinématographique avec restaurants voire commerces ainsi que 150 logements ce qui fait notamment disparaitre la salle Jean Vilar très utilisée par les associations et organisations argenteuillaises.

Deux ans après la décision du conseil municipal de vendre au groupe immobilier Fiminco, cette réunion publique du collectif Jean Vilar intervient à un moment crucial : l’enquête publique [2] va bientôt démarrer d’où une série de 6 réunions publiques organisées par la mairie pour expliquer les différents grands chantiers où l’ile Heloïse est le projet phare. L’expression n’est pas de trop quand on sait que c’est en zone inondable que le maire situe ce grand projet. D’ailleurs le promoteur pas fou a obtenu une clause scandaleuse dans le protocole de vente qui stipule qu’ « Au cas où le vendeur ne régulariserait pas l’Acte de Vente alors même que toutes les conditions suspensives sont réalisées ou que l’acquéreur y aurait renoncé, le vendeur devra verser à l’acquéreur en réparation forfaitaire de son préjudice, la somme correspondant à 10% du prix de vente hors taxe, à titre de clause pénale, conformément aux dispositions des articles 1226 et 1231-5 du Code civil. » ce qui signifie que « si la commission nationale d’aménagement commercial [3] casse la décision initiale, si le promoteur Fiminco s’aperçoit que le projet est trop coûteux, si la mairie renonce finalement … , alors, il faudra verser quoi qu’il arrive 10% des 7,5 millions euros au promoteur Fiminco, soit 750000 euros » comme le détaille le collectif sur son blog. Mais ce n’est pas tout : Engagés pour Argenteuil précise sur son blog que la structure provisoire pour remplacer Jean Vilar coûtera au total près de 2 millions d’€ !

C’est dire si le collectif qui a réuni plus de 6.000 signatures physiques contre la destruction de la salle Jean Vilar a un argumentaire ultra solide que vous découvrirez en détail lors de cette réunion publique.

En attendant souhaitons à ce projet mégalomaniaque le même sort que le port industriel de Triel/Carrières sous Poissy

Notes

[1Notamment par l’usage de la censure, en particulier cinématographique contre deux films parlant de mariage gay et du conflit Israelo-palestinien tout en passant l’éponge sur les propos racistes d’une élue

[2Une précédente enquête publique consacrée à l’époque à l’ile Héloïse condamnait les projets sur cet espace boisé, poumon vert d’Argenteuil

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}