Appel à soutien pour Antonin Bernanos et les antifascistes réprimés

Depuis plus d’un an et demi Antonin Bernanos, militant à l’Action Antifasciste Paris-Banlieue, fait l’objet d’un acharnement judiciaire en raison de son militantisme. Mis en examen suite à un affrontement entre militants d’extrême-droite et militants antifascistes en marge du mouvement des Gilets Jaunes, le 15 avril 2019, Antonin subit un contrôle judiciaire strict et extrêmement contraignant.

En effet, après avoir été incarcéré pendant six mois dans des conditions inacceptables – placement à l’isolement, transferts répétés d’une prison à une autre, refus de permis de visite au parloir et blocage total du courrier, entre autres – il a finalement été libéré, mais soumis à des conditions et des contraintes strictes. Astreint tout d’abord à une assignation à résidence en Loire Atlantique, à laquelle s’ajoutait une caution de 10 000 euros préalable à sa libération, une obligation de soin et de suivi psychiatrique, et une interdiction de manifester, il est aujourd’hui toujours interdit de déplacement en dehors d’un périmètre de circulation restreint dans sa région. Il est également contraint de pointer deux fois par semaine à la gendarmerie locale et soumis à un suivi particulier auprès d’un conseille pénitentiaire d’insertion et de probation.

Les conséquences de ce contrôle judiciaire, qui dure depuis plus d’un an, sont lourdes. Antonin n’a pas pu valider son année universitaire, ne pouvant suivre les cours en présentiel et n’ayant pas accès à une bibliothèque universitaire. Il pointe également à Pôle emploi, dans l’impossibilité de trouver un travail en raison de son interdiction d’accéder aux bassins d’emploi de sa région (Saint Nazaire et Nantes étant considérées comme des villes « à risque » par les magistrats en charge de son dossier).

Pourtant, ces contraintes et ces mesures liberticides semblent incompréhensibles au regard du dossier judiciaire, qui est complètement vide. En effet, il n’y a aucun élément à charge contre Antonin. De l’aveu même de la juge d’instruction et des policiers en charge de l’affaire, celui-ci n’apparaît pas dans la vidéo qui a pourtant filmé l’intégralité de l’affrontement, seul élément sur lequel s’appuie l’ensemble de cette procédure. Seul le témoignage d’un militant d’extrême-droite, membre de Génération Identitaire et hooligan du Kop of Boulogne, qui affirme qu’Antonin aurait fait partie du groupe d’antifascistes, sans pour autant pouvoir définir son rôle ou sa participation dans la rixe, suffit à justifier l’acharnement continu exercé contre lui.

Nous, organisations et personnalités engagées dans les luttes contre le racisme, pour l’égalité et la justice sociale, réclamons la fin de l’acharnement judiciaire à l’encontre d’Antonin Bernanos.
Nous nous mobilisons ensemble pour réclamer :

  • La levée totale du contrôle judiciaire et des mesures de contraintes contre Antonin
  • Le respect de ses droits à étudier, à travailler, et à circuler librement.
  • L’arrêt des poursuites contre les militants antifascistes poursuivis dans cette affaire.

Nous appelons donc à un rassemblement sur la place Saint Michel le 26 novembre à 13h, pas loin de la cour d’appel de Paris où aura lieu la prochaine audience statuant du contrôle judiciaire d’Antonin.
Liberté pour Antonin ! Liberté pour touTEs !
Pour le soutenir financièrement en attendant l’audience : cotizup.com/liberons-les

Mots-clefs : justice | procès | antifa | prison
Localisation : 1er arrondissement

À lire également...