77 - Seine et Marne > Mesnil-Amelot

Infos locales

Contre la construction de prisons pour étranger.e.s, le 19 juin 2021, on marche sur le Mesnil-Amelot !

Écrit conjointement par des personnes avec et sans papiers, voici un appel à manifestation pour lutter contre la création de nouveaux centres de rétention administrative (CRA), en particulier au Mesnil-Amelot. Nous marcherons jusqu'au lieu choisi pour le nouveau CRA en passant par le centre de rétention actuel pour montrer notre soutien aux personnes enfermées.

Infos locales

« Il m’a descendu mon boxer et il a mis sa main, il était en train de me frotter » | témoignage de K. prisonnier agressé par les flics au CRA du Mesnil-Amelot

Pendant les manifestations contre les CRA et pour la régularisation de tout.e.s les sans-papiers, un mouvement collectif à été lancé par les prisonniers du Mesnil-Amelot le samedi 17 octobre. Après plusieurs jours de lutte et de grève de la faim, face au silence de la préfecture, les prisonniers ont décidé de suspendre leur mouvement. La répression a encore une fois été violente, avec des refus de traitements à l’infirmerie même pour des malades chroniques. Dans le témoignage qui suit, K. raconte à L'Envolée comment deux flics de la PAF l’ont agressé pendant une fouille à nu.

Infos locales

Centre de rétention du Mesnil Amelot : Grève de la Faim, Jour 3

Dans le CRA 3 du Mesnil Amelot, une grève de la faim est en cours depuis samedi. La grève a l’air d’être généralisée dans tous les bâtiments et les prisonniers sont solidaires entre eux. Les flics et la direction du centre ne sont pas contents et essaient de casser la grève, par exemple en empêchant les grévistes de prendre leur traitement, comme l’expliquent deux prisonniers

Infos locales

“Tu chantes pas, tu manges pas !” // témoignage des prisonnières du CRA du Mesnil-Amelot

Au CRA du Mesnil-Amelot les prisonnières font face au harcèlement policier raciste et sexiste et à des conditions sanitaires insalubres. Alors qu’une prisonnière est tombée malade suite à une infection (dû au rationnement de serviettes hygiéniques), les prisonnières ont du lutter pour faire intervenir les pompiers. Elles dénoncent les multiples insultes et harcèlements – traitées notamment de « putes » par les flics- et aussi l’humiliation lorsque ils les forcent à chanter « joyeux anniversaire » au chef du centre sous peine de ne pas manger. Elle dénoncent aussi la nourriture périmée qui leur est donnée, qui s’ajoute au froid dans lequel elles vivent. Voici une retranscription de l’émission de l’Envolée du 9 octobre dans lequel une prisonnière raconte tout ça.

| 1 | 2 | 3 | 4 |

Suivre tous les articles "Mesnil-Amelot"