[Soulèvements] La révolte n’est pas une expo d’art

Depuis le 18 octobre, et jusqu’au 15 janvier 2017, avec l’expo "Soulèvements", la bourgeoisie parisienne se donne des frissons au Jeu de Paume, centre d’art institutionnel subventionné par le ministère de la Culture et de la Communication ainsi que par des mécènes privés plutôt fortunés et pas tellement connus pour leurs désirs de renverser le système capitaliste (la banque Neuflize OBC et l’entreprise d’horlogerie de luxe Jaeger-LeCoultre).

Dans cette expo, il est "question de désordres sociaux, d’agitations politiques, d’insoumissions, d’insurrections, de révoltes, de révolutions, de vacarmes, d’émeutes, de bouleversements en tous genres." Rien que ça !

Le "commissaire d’exposition" Georges Didi-Huberman, philosophe et historien de l’art, n’est pas vraiment connu pour sa carrière d’agitateur. Et pour cause, ça fait bien longtemps qu’il est au chaud dans le monde de l’art et de l’élite culturelle. Il est donc bien à sa place aussi au Jeu de Paume. Mais qu’est-ce qu’il lui prend d’y parler d’émeutes et de révolutions ? Qu’est-ce qu’il a à voir avec tout ça ?

Dans La société du spectacle, Guy Debord écrivait que "le spectacle n’est pas un ensemble d’images, mais un rapport social entre des personnes, médiatisé par des images". En gros, le problème, c’est pas tant les images elles-mêmes (la production culturelle, de la télé jusqu’à la pub en passant par le ciné et tout le reste) que le monde qui les produit, et avec quels objectifs.

Georges Didi-Huberman, pour son expo, se justifie : "les images sont des actes et non pas seulement des objets décoratifs ou des fantasmes" [1].

En l’occurrence, ces images, ces "actes", agencés dans un musée du coeur bourgeois de la capitale, loin de constituer des "soulèvements", nous rappellent la faculté de récupération du système capitaliste moderne (le "spectaculaire diffus", comme l’appelait Debord). On a affaire ici a quelque chose qui ressemble bien plus à un enterrement de poussées subversives diverses [2] qu’à une incitation à la révolte et à l’insoumission.

Et les essais d’auteur-e-s (re)connu-e-s, cautions vaguement rebelles [3] qui remplissent le catalogue de l’exposition, n’y changeront rien.

Accessoirement, la portée subversive des rappels de moments insurrectionnels à travers l’histoire est neutralisée par un élément inattendu : la présence à leurs côtés d’oeuvres d’artistes contemporains qui sont pour la plupart des représentants apolitiques bien intégrés au monde de l’art et à tout ce qu’il draine d’opportunisme, de grenouillage, de rhétorique et de postures prétentieuses [4].

L’approximation politique de l’exposition est cependant révélée dès le départ par l’image de couverture du catalogue : alors que pratiquement toutes les images "politiques" présentées font partie du spectre "de gauche", la photo de couverture est prise du côté réactionnaire puisqu’on y voit des émeutiers unionistes, favorables à la présence du pouvoir britannique en Irlande du Nord... Bonjour la confusion des genres, mais il faut croire que ce qui a compté avant tout, c’est le swag des lanceurs de pierres plus que leurs objectifs politiques. C’est d’ailleurs confirmé explicitement par Georges Didi-Huberman dans une interview à RFI : "ils sont d’une beauté extraordinaire". Ha bah dans ce cas...

Au final, les photos et documents de soulèvements révolutionnaires ne servent que d’alibis à une exposition sensationnaliste vide de sens, ou pire, dont l’objectif est l’assimilation des aspérités rebelles : dans un monde où la domination étatique et capitaliste est permanente, que signifie l’exposition d’"images révolutionnaires" au sein d’une institution bourgeoise, si ce n’est une tentative supplémentaire de détourner/ridiculiser ceux et celles qui ne veulent pas s’adapter à un monde qui ne leur correspond pas ? Cette exposition, "c’est une façon de recouvrir toute chose d’un vernis et on oublie ce qui est en dessous" [5].

Souley, Ève & Maha

Détournement / Métro République, Paris (IIIe-Xe-XIe), novembre 2016
Détournement / Métro Porte des Lilas, Paris (XXe), novembre 2016 - 271.9 ko
Détournement / Métro Porte des Lilas, Paris (XXe), novembre 2016

Notes

[1Interview dans Philosophie magazine.

[2En vrac on y trouve des photos ou dessins ou peintures ou bouts de vidéos par exemple à propos de la Commune de Paris en 1871, des émeutes parisiennes de mai 1968, des Black Panthers de Chicago en 1969, du soulèvement zapatiste au Chiapas dans les années 1990, ou encore de la révolte de la place Tahrir au Caire en 2011.

[5Pour reprendre les termes mêmes du commissaire d’expositon, qui dans une interview parue dans L’Humanité déplore ainsi ce que peut être l’art "dans le pire des cas"...

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder ! !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net