Rock Against Police : des lascars s’organisent 6/6

Episode 6 : on n’a pas fini de marcher.

Le dernier concert Rock against police a lieu en mai 1982, un an avant l’arrivée de la « Marche pour l’égalité et contre le racisme » à Paris. Les tentatives de coordination expérimentées depuis plusieurs années par le réseau Rock against police, se multiplient à l’échelle nationale autour des luttes sur le logement, et à̀ travers les forums-justice. Partout, elles s’accompagnent de la création de leurs propres outils de communication (qu’il s’agisse de journaux papiers, de films vidéo ou d’émissions de radio).
En 1983, la dynamique de la Marche offre une caisse de résonance inédite à ces luttes concrètes et déjà anciennes, mais devient également l’enjeu de stratégies politiciennes qui connaîtront leur apogée avec la création de SOS racisme un an plus tard. La question de l’organisation et de l’autonomie de ces luttes se pose alors avec urgence.

« Le projet principal, c’était de transformer les gens en acteurs de la transformation de leur situation sociale. Faire en sorte que les gens assument cette potentialité qu’ils avaient, et ne plus être dans les discours d’emprunt. Parce qu’on était dans une époque où souvent, pour s’exprimer sur la place publique, soit on rentrait dans le système de délégation, soit les gens intériorisaient eux-mêmes le discours qui existait et qui ne correspondait pas à leur réalité ou à leurs aspirations. » Mogniss

Avec : Rabha Attaf, Mogniss, Mounsi, Samir, Nordine Iznasni et Bernard.
Musiques : Babylon Fighters, Ausweiss, Radical Dance Faction, Gom Jabbar et Puppa Leslie.

Présentation

A la fin des années 70, dans un contexte de crise économique et de chômage, les expulsions de jeunes immigrés et les meurtres en banlieue, qu’ils soient commis par des flics ou des beaufs, se multiplient. Un réseau informel et fluctuant se constitue pour réagir collectivement en organisant une série de concerts Rock against police au beau milieu des cités. De 1980 à 1983, l’initiative fait tâche d’huile. Plusieurs concerts sont organisés en région parisienne : Paris, Vitry, Nanterre, Cergy, Argenteuil. L’idée est également reprise par d’autres groupes en France, notamment à Marseille, Saint Dizier, et Lyon avec les concerts organisés par Zâama d’banlieue.

A travers la recherche d’un imaginaire et d’une identité collective propres, il s’agit très concrètement d’arracher une possibilité d’existence, d’affirmer ses besoins et ses aspirations à une autre vie.

À partir de ces concerts gratuits et auto-organisés, d’une « musique sociale issue du quotidien », l’idée est « de brancher des gens qui vivent dans la même merde, qui partagent les mêmes besoins, les mêmes envies », de créer des occasions de rencontres et de circulations à l’intérieur des cités, mais aussi entre différentes banlieues. Dans une conjoncture particulièrement tendue, face aux meurtres, au racisme et à l’occupation policière, l’enjeu est de se réapproprier « le territoire social » de la cité. Et donc, pour les « jeunes immigrés et prolétaires de banlieue », cible et bouc-émissaire principaux de l’idéologie sécuritaire, de s’affirmer et de prendre la parole de façon autonome, en dehors des cadres et des discours établis. C’est pourquoi le rock, comme mode de vie et langage, mais aussi le théâtre, la radio, les journaux de contre-information, le super 8 ou la vidéo, dès lors qu’ils sont réappropriés par les « lascars », participent pleinement d’une dynamique de lutte. A travers la recherche d’un imaginaire et d’une identité collective propres, il s’agit très concrètement d’arracher une possibilité d’existence, d’affirmer ses besoins et ses aspirations à une autre vie.

Cette série documentaire a été réalisée à six mains. La découverte d’un journal-tract intitulé « Rock against police : concert de jeunes immigrés et prolétaires de banlieue » et la recherche universitaire de l’une d’entre nous, en furent le point de départ. À partir des nombreuses heures d’entretiens déjà enregistrées, la décision a été prise de prolonger la forme orale, et donc sonore, de cette enquête.

L’histoire de l’expérience Rock against police a ainsi été reconstruite à partir des témoignages de personnes y ayant directement pris part : qu’ils soient à l’époque organisateurs ou simples participants, lycéens, militants politiques, musiciens. Leurs souvenirs et analyses dialoguent avec trois types d’« archives » : des lectures des journaux-tracts diffusés lors des concerts ; des extraits sonores tirés de films ou d’émissions de radio réalisés par des proches du réseau Rock against police, ainsi que d’émissions de télé ; des morceaux de musique, parfois issus des groupes ayant joué pendant les concerts, ou qui ont marqué cette période.
Au final, l’histoire proposée reste à la fois partielle et partiale. D’une part parce qu’elle est, à près de trente années de distance, passée au filtre des souvenirs et de la mémoire de ses protagonistes. Mais aussi parce qu’elle est liée à des choix de montage effectués en fonction de nos propres questionnements présents. Le récit reste donc ouvert, à l’image sans doute de toute expérience collective de lutte. Nous n’avons pas abordé l’expérience du réseau Rock against Police comme une lutte exemplaire ou un modèle à suivre, mais plutôt comme un gisement d’affirmations qui résonnent encore fortement aujourd’hui.

Luttes concrètes sur les préoccupations immédiates de la jeunesse précaire et immigrée, elles ne cadrent pas avec l’image d’une société multi-culturelle alors façonnée de toutes pièces par certains partis et associations de gauche

Si la Marche pour l’égalité et contre le racisme de décembre 1983 est reconnue comme le moment d’émergence de la dite « seconde génération » immigrée, l’histoire officielle retient peu les luttes et les mouvements qui ont amené des dizaines de milliers de personnes à marcher derrière des jeunes brandissant les portraits de leurs compagnons assassinés. Luttes concrètes sur les préoccupations immédiates de la jeunesse précaire et immigrée, elles ne cadrent pas avec l’image d’une société multi-culturelle alors façonnée de toutes pièces par certains partis et associations de gauche comme SOS Racisme. Elles collent à la vie quotidienne des cités : harcèlement policier, menaces d’expulsions, conditions de logement pourries, difficultés à circuler, manque d’argent, le tout aggravé le plus souvent par une gestion municipale ouvertement raciste et sécuritaire… Mais elles collent d’abord et avant tout aux comportements diffus de révolte, de refus, de créativité, qui traversent alors le jeune prolétariat métropolitain, et croisent de ce fait d’autres expériences de rupture de l’époque comme les coordinations lycéennes, le mouvement squat, les luttes anti-carcérales ou les luttes de femmes. Ces luttes autonomes ont pour point commun d’affirmer des comportements et des besoins sociaux spécifiques et de refuser les organisations politiques traditionnelles. Elles affrontent le compromis social et productif issu des Trente Glorieuses, à un moment où celui-ci est en train de craquer de toutes parts. C’est particulièrement vrai de ces « jeunes immigrés et prolétaires de banlieue » qui mettent à nu les contradictions de l’histoire ouvrière et immigrée dont ils sont le produit. Chômeurs qui refusent bien souvent le travail et le destin de leurs parents, enfants d’immigrés qui s’affirment pleinement d’ici et non d’ailleurs, délinquants « sociaux » qui s’assument comme tels, mais aussi apprentis-journalistes ou cinéastes, musiciens, « écrivains de l’ombre » qui prennent la parole pour eux-mêmes…

Entre intervention militante et expérience sociale, entre rage de vivre et volonté de s’organiser, il nous a semblé que cette histoire collective, assez peu connue, n’avait pas encore dit son dernier mot et valait la peine d’être racontée.

En ce début des années 80, l’initiative des concerts Rock against police sera l’une des expressions de ce courant de révolte et d’affirmation subjective. Une caisse de résonance parmi d’autres, mais aussi une tentative de « transcription politique » plus large de cette dynamique à l’œuvre à l’intérieur des cités et des quartiers populaires. L’histoire de Rock against police semble s’être écrite dans cette tension : comment s’en sortir (vivre et non plus survivre !) sans sortir, sans quitter le terrain social quotidien ? Comment s’affirmer « tel qu’on est », appuyer les dynamiques déjà existantes dans la jeunesse prolétaire et immigrée, tout en les reliant à d’autres composantes sociales de la cité et de la société : luttes des familles dans les cités de transit, luttes de l’immigration autour des « papiers », du droit au séjour, et contre les conditions d’exploitation dans les usines, luttes anti-carcérales, luttes des chômeurs et précaires… Comment organiser une riposte collective face aux meurtres et à l’occupation policière, tout en évitant le piège mortel, tendu par le pouvoir, du face-à-face et de l’isolement ?
A travers cette série de montages sonores, nous avons avons cherché à rouvrir ces questionnements ainsi qu’à documenter les pratiques sociales et politiques qui s’y sont confrontées. Entre intervention militante et expérience sociale, entre rage de vivre et volonté de s’organiser, il nous a semblé que cette histoire collective, assez peu connue, n’avait pas encore dit son dernier mot et valait la peine d’être racontée.

Bonne écoute !

P.-S.

Ce documentaire est le dernier d’une série de six documentaires sonores, composés d’entretiens, d’archives et de musiques, qui racontent l’expérience politique du réseau Rock against police.
Ils ont été intiallement publiés sur http://rapdocsonores.org/
Un grand merci pour leur travail.
Logo : Marche pour l’égalité et contre le racisme, Paris, 1983

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}