Refus de distribuer un tract FN : répression syndicale à la poste !

Des postiers du 7e arrondissement ont récemment refusé de distribuer des tracts du FN. Licenciement, sanctions et intervention policière viennent de suivre. SUD appelle à la grève.

Dix facteurs de la plate-forme de distribution du courrier de Paris 7 (Paris 7 PDC), site délocalisé dans le 15e arrondissement, ayant refusé de distribuer des tracts du Front National la semaine dernière, se retrouvent sous le coup de procédures disciplinaires. Un jeune embauché en contrat d’avenir vient d’être licencié sans forme pendant sa période d’essai.

Ce licenciement a profondément choqué les postiers de Paris 7 PDC, et avec l’arrivée des plis électoraux - surcharge de travail quasiment gratuite dégradant considérablement la qualité du service rendu aux usagers - des facteurs de ce centre ont exprimé leur colère et leur souhait de faire grève pour demander la réintégration de l’agent en contrat d’avenir.

Ce matin, mercredi 19 mars, une quarantaine de postiers grévistes des Hauts de Seine se sont rendus à Paris 7 PDC pour participer à l’assemblée générale prévue par le personnel et commencer à établir les nécessaires liens de solidarité.

Des CRS pour empêcher de simples prises de paroles syndicales !

Afin d’empêcher les militants syndicaux de SUD et les grévistes du 92 de pénétrer dans ce centre de distribution pour tenir cette Assemblée Générale, La Poste a déployé des moyens démesurés. Bureau cadenassé, nombreux vigiles privé et cadres sécurité de La Poste, 3 huissiers et enfin CRS casqués et boucliers, ont empêché les syndicalistes d’entrer parler aux facteurs.

A cause de ce dispositif, un bon tiers des facteurs s’est retrouvé bloqué à l’extérieur du centre dès 6h20 pendant que le reste du personnel n’avait même plus le droit de sortir pour effectuer les remises précoces aux sociétés CEDEXées.

Finalement, la prise de service de ces facteurs s’est effectuée sous une haie de vigiles privés, de cadres et de CRS. Des facteurs ayant vécu cette expérience nous ont affirmé avoir vécu un véritable traumatisme.

En période électorale, La Poste veut éviter tout mouvement social et déploiera les moyens les plus démesurés pour empêcher le personnel de revendiquer de meilleures conditions de travail.

L’ambiance du piquet de grève de jeudi 20 mars à Paris 7 PDC s’annonce déjà extrêmement tendue, d’autant plus que les postiers grévistes des Hauts de Seine seront massivement présents pour encourager leurs collègues à les rejoindre dans la lutte.

Note

Le premier communiqué des postièrEs : http://paris-luttes.info/article696
Un témoignage d’unE postièrE du Centre de Tri du 7è arrondissement : http://paris-luttes.info/article726

Sur la lutte des postierEs du 92 :

En grève depuis 36 jours : Rassemblement et fête en soutien aux postiers du 92

Les postiers du 92 (et du 78) sont en grève depuis 36 jours ! Et la grève s’étend dans les bureaux et les centres de tri du département. Rassemblement le vendredi 7 et fête de soutien le 8 mars !

Postiers du 92 : le travail ça prend du temps

Plusieurs dizaines de salariés de La Poste des Hauts-de-Seine mènent une action escargot ce matin entre la plateforme colis de Gennevilliers et la mairie, entre 10 h et 11 h.
Les postiers, en grève pour certains depuis le 29 janvier, revendiquent l’arrêt des restructurations et des suppressions d’emplois, une prime de vie chère de 500 € par an, et refusent toute tâche supplémentaire non payée.
Ils et elles ont bien raison : à bas les cadences infernales !
N’oubliez pas, rassemblement de soutien ce (...)

92, postiers et enseignants dans la lutte

Émissions sur deux luttes importantes dans les Hauts de Seine avec 4 invités, enseignants et postiers.

Mots-clefs : grève | Front National | la Poste
Localisation : 7e arrondissement

À lire également...