Recap de rentrée des luttes anti-olympiques à Paris

Le collectif anti-olympiques Saccage 2024 vous propose un petit récap de ce qui a été dit ou publié cet été sur les Jeux Olympiques.

Bonjour à tous et à toutes, et bonne rentrée.

Le collectif Saccage 2024 lutte contre l’olympisme, à Paris en 2024 et ailleurs.

Pour se remettre dans le bain, on a eu l’idée de vous proposer un petit récap des événements de l’été. Ainsi, voici quelques points saillants concernant la situation des JO 2024 :

1- L’état des divers saccages écologiques :

Jardin à Défendre d’Aubervilliers

Le solarium n’est plus d’actualité. Mais les jardins sont tout de même menacés, par l’emprise du chantier de la gare du Grand Paris Express :

Les camarades qui ont bloqué le chantier le 2 septembre 2021 sont passé.es en procès. Ils et elles risquent 2.500€ d’amende en sursis, on espère l’acquittement : réponse le 16/09/2022

Parc de la Courneuve

On a appris cet été qu’il y avait de nombreuses malfaçons dans la conception du village des médias. Un article Médiapart est en préparation

La dépollution du terrain des essences se fait toujours dans l’opacité la plus totale.

L’échangeur autoroutier autour de l’école Pleyel :

La pétition est à jour :
GreenVoice.fr

Point peu connu : l’utilisation du bois tropical.

Un des engagements de la Solideo est l’interdiction d’utiliser des bois « d’origine exotique ». La protection des forêts tropicales est un enjeu majeur des politiques de lutte contre le dérèglement climatique et de la défense des droits des peuples autochtones.

Toutefois, dans l’appel d’offres concernant l’aménagement des extérieurs du village des athlètes, le bois tropical est cette fois-ci accepté. Pour les bordures des revêtements des sols extérieurs, deux essences sont conseillées, le Tali et l’Okan. Le Tali est un arbre du bassin du Congo résistant à l’humidité et aux insectes, l’Okan vit dans les forêts denses humides tropicales, se régénère difficilement s’il est exploité massivement et est considéré comme un arbre fétiche par certains peuples autochtones.

Au total, cela représente une surface au sol de 4 400 m² , soit environ quatre ou cinq conteneurs de produits à importer. Une goutte d’eau dans le volume de matériaux avalé par les chantiers des JO mais la porte est ouverte. (sources : Médiapart, Jade Lingaard, « Le lobby du bois exotique à l’assaut des JO de 2024 », 29 juillet 2022).

2- Situation financière :

On est passé d’un budget d’environ 6 milliards à 8 (« sources administratives » selon le Canard, conforté par un rapport d’étape de la Cour des Comptes.) Par ailleurs, le projet de la Loi de finances de 2022 prévoit à l’article 39 une « garantie » de 3 milliards du ministère de l’Économie. La part publique du budget était initialement d’un milliard d’euros. De plus, les versements des entreprises soutenant l’événement peinent actuellement à atteindre le milliard d’euros. Enfin, le budget sécurité (un milliard à Londres) demeure dans le flou.

Il est certain que l’inflation actuelle touche nécessairement les dépenses prévues, notamment celles du Grand Paris qui, comme annoncé (par nous au moins) ont vocation à exploser.

Autre point : pour des raisons essentiellement financières, actuellement les Vosges, la Meurthe-et-Mozelle, l’Indre-et-Loire, le Lot-et-Garonne, la Creuse, la Haute-Loire, la Haute-Vienne, la Loire-Atlantique, les Côtes-d’Armor et l’Orne refusent le passage de la flamme olympique (180 000 euros TTC).

Enfin Macron a déclaré « Il n’y aura pas d’impôt JO » (L’Equipe, 26 juillet 2022).

3- Situation sécuritaire :

La présentation du défilé d’ouverture (sur des barges flottant sur la Seine devant 600 000 personnes en gradins sur les berges) suscitent des interrogations, voire des critiques virulentes (tonitruantes pour certaines). L’ancien préfet Papon Lallement y est aussi allé de sa critique. Au-delà de ces déclarations, il est vrai que les graves incidents en marge de l’organisation des la Ligue des Champions au Stade de France ont révélé toute l’incapacité dans laquelle se trouve la France pour assurer un événement moins important.

Le 16 juin 2022, suite au fiasco de la finale de la Ligue des Champions, Michel Cadot, délégué interministériel aux grands événements sportifs et aux JO, a été auditionné au Sénat. L’ancien préfet de Paris a plaidé pour un système d’intelligence artificielle de détection des mouvements de foule en vue des JO 2024. Ce système « sans aucune technique de reconnaissance faciale » permettrait « d’identifier plus vite et en amont des situations d’engorgements progressifs ».

Par ailleurs, il existe actuellement un problème de recrutement des agents de sécurité privé. D’une part, ces agents sont payés au SMIC par des entreprises peu réputées pour leur générosité. D’autre part, ils doivent être agréés par le Conseil national des activités privées de sécurité (la Cnaps). Or la Loi Sécurité globale interdit le recrutement de ce type d’agents qui ne soient pas ressortissants de l’UE et ne justifient pas de 5 ans de présence en France, et la Cnaps a jugé bon de soumettre ces agents à des exigences en connaissance de langue française. Il semble que cela décourage les vocations. Le ministère envisagerait de diminuer le nombre d’heures de formation (source : Canard enchaîné, 22 juillet 2022).

Quoiqu’il en soit le recours à l’armée est présenté comme inévitable.

4- Situation sociale :

Durcissement des modalités du droit de grève :
Suite à un Conseil olympique, E. Macron a rendu hommage au travail de l’ancien dirigeant de la CGT Bernard Thibault, désormais membre du comité d’organisation et qui a poussé à l’adoption de la Charte sociale en 2017. Puis il a indiqué vouloir éviter toute grève notamment dans les transports pendant les JO : "Tout sera fait afin que l’on ne soit pas tributaire et exposé à un risque de mobilisation sociale pendant cet événement." En ce sens, Emmanuel Macron n’exclut pas de renforcer la législation. "Des lois portent déjà des exigences à l’égard des professionnels : le service minimum en cas de grands événements par exemple". "Le ministre va regarder les voies et moyens pour les renforcer". (L’Equipe, 26 juillet 2022.)

L’Inspection du travail a découvert le 24 mars 2022 que sept personnes travaillaient sans papiers sur le chantier du Village des athlètes à Saint-Ouen. Elles sont toutes employées de sous-traitants de Xe rang, pour ne pas changer. La Solideo est responsable final du chantier.

5- Situation culturelle :

Le théâtre Mouffetard (subventionné par la Ville de Paris) a organisé plusieurs spectacles de marionnettes « « à l’occasion de la Journée olympique et paraolympique » dans les 13e et 18e arrondissements les 23 et 24 juin.

Le programme Paris-été, subventionné par la Ville de Paris propose un programme « danse-projet satellite » labellisé "Génération 2024" pour les Jeux Olympiques et Paralympiques de Paris avec le concours de la boxeuse Aya Cissoko dont l’autobiographie a été co-écrite par Marie Despleschin, et aussi avec le concours de la compagnie théâtrale Le 5e quart / Katia Ferreira. Ce programme est mis en œuvre dans plusieurs lycées.
Voir : https://www.parislete.fr/fr/la-melee-1₁

Depuis la candidature, les enseignants sont « invités » à promouvoir les « valeurs du sport ».

6- Sites :

Dans le cadre des Jeux verts, le site de Teahupoo à Tahiti est choisi pour accueillir la compétition de surf. Quatre aménagements sont annoncés : l’hôtel Puunui sur les hauteurs de Taravao et, à Teahupoo, la Marina, l’embouchure au bout de la route ainsi que le Domaine Rose à la Pointe. Parmi ces quatre chantiers, un point noir : l’aménagement à l’embouchure d’un petit pont permettant d’enjamber en voiture la rivière Fauoro, laquelle se jette dans le lagon au niveau de la plage publique qui fait face à la puissante vague de Teahupoo. À cet endroit précis, une passerelle existe déjà. Mais elle est piétonne et ne permet pas aux véhicules de passer d’une rive à l’autre pour accéder aux terrains de la pointe Fare Mahora. Seule une petite route, qui est en réalité une voie en terre, permet aux quelques habitants du coin de se rendre chez eux en traversant la rivière côté montagne les roues dans l’eau.

D’importants travaux sont sur le point de commencer à la Marina (le port de Teahupoo). Un nouveau ponton sera construit, un dragage côté littoral va être lancé afin de profiter de davantage de fond pour accueillir des gros bateaux tandis que le parking va, lui, être agrandi pour l’entreposage des bateaux et des remorques. À la pointe, soit au bord de l’eau et face à la vague au loin, une grande tribune et un écran géant devraient être installés.

Par ailleurs, treize kilomètres séparent Puunui du spot de Teahupoo, et il n’y a qu’une seule route : une départementale pittoresque qui borde le lagon paradisiaque. Un accès qu’il n’est pas possible d’élargir et qui pourrait devenir un véritable casse-tête à la moindre affluence fin juillet 2024.

Pour suivre la mobilisation :

Rendez-vous sur les réseaux de Saccage 2024 :
Rendez-vous sur notre site pour aller plus loin
Et rendez-vous a nos prochains événements !

Revue de presse de cet été :

Des piscines municipales aux mégacentres aquatiques : Apprendre à nager n’est plus donné à tout le monde. Le Monde Diplomatique. Juillet 2022

Reportage Grand Format Giv Anquetil : retour sur les chantiers des JO 2024. France Inter. 1 Juillet 2022

Retour sur les rencontres anti-olympiques internationales (mai 2022). Zoom Ecologie. 2 Juillet 2022

Paris 2024 : tir, boxe… une nouvelle carte des sites olympiques pour la Seine-Saint-Denis. Le Monde. 21 Juin 2022

Limitation du droit de grève et forces policières : sous pression, Macron prépare des JO répressifs. Révolution Permanente. 26 Juillet 2022

« Paris 2024, peurs sur les Jeux » : pourquoi le budget des JO est celui de tous les dangers. Le Parisien. 7 Juillet 2022

Jeux olympiques : Paris 2024 face au risque de dérapage budgétaire. Le Monde. 5 Juillet 2022

JO de Paris 2024 : un rapport pointe une « tension » budgétaire et suggère de « renoncer » à certaines opérations. France Info. 13 Juillet 2022

Fraudes patronales et accidents du travail sur les chantiers des JO : « On est inquiets pour la suite, vraiment ». Basta !. 15 Juillet 2022

JO-2024 : des travailleurs migrants victimes collatérales des travaux du village olympique. H24 Info. 22 Juillet 2022

Paris 2024 : prix des places, calendrier… Découvrez tous les détails de la billetterie des Jeux olympiques et paralympiques. France Info. 25 Juillet 2022

Jeux olympiques Paris 2024 : le gouvernement commande un laser anti-drones. Capital. 4 aout 2022

Paris 2024 : des Jeux Olympiques pas très écolos. Arte. 11 Aout 2022

Vrai danger ou opposition de principe : les chantiers olympiques de Paris 2024 divisent toujours . Actu.fr. 9 Aout 2022

Teahupoo pas encore en chantier en vue des JO de Paris 2024. L’équipe. 27 Juillet 2022

Vecinos de la periferia parisina se alzan contra el « saqueo » de los Juegos Olímpicos. EFE (Média Espagnol). 17 aout 2022

The 2028 L.A. Olympics Are Already Creating a Housing Disaster. New Republic. 19 aout 2022.

À lire également...