Retour sur la mobilisation des étudiantEs sans papiers du 30 novembre

Les étudiantEs sans papiers et leurs soutiens se rassemblent depuis plusieurs semaines devant la Cité Universitaire pour exiger l’obtention d’un titre de séjour. Voilà le compte rendu de notre dernière réunion de mobilisation, datée du 30 novembre 2017, à l’Université de Tolbiac (Paris 1). Nous avons besoin de soutien, rejoignez-nous !

Jeudi 30 décembre, nous nous nous sommes rassemblé.e.s devant la Cité Universitaire pour exiger la régularisation de TOUTES et TOUS les étudiant.e.s sans titre de séjour.

Comme la dernière fois, la police était présente et visible. Trois camions de CRS pour maximum 80 personnes, c’est impressionnant. Ça ressemble même à un effort de dissuasion à l’encontre de celles et ceux qui n’ont pas de droits. Alors bravo, bravo à toutes celles et ceux qui ont eu le courage de venir, malgré une peur légitime de la police. Manifester quand on n’a pas de papiers n’a rien de facile. Et pourtant, pour la deuxième fois, vous étiez, nous étions beaucoup d’étudiant.e.s sans titre de séjour, et même pour certaine.s sous OQTF (obligation de quitter le territoire français), à exiger le droit d’étudier sans peur d’être expulsé.e. Bien sûr, ces rassemblements devant la Cité Universitaire sont déclarés et autorisés par la préfecture de police. Bien sûr, nous faisons tout ce que nous pouvons pour que d’autres camarades sans papiers puissent participer à ces manifestations sans trop de risques. Mais ce n’est pas facile. C’est même très stressant. D’autant que pour l’instant, peu de syndicats et de camarades « avec papiers » sont à nos côtés. Encore une fois, bravo à nous, bravo à vous, bravo à toutes celles et ceux qui ont vaillamment surmonté leur peur de la police et qui sont venu.e.s.

Nous avons distribué des tracts à toutes les personnes qui entraient ou sortaient de la Cité Universitaire. Nous avons chanté ensemble « Des papiers pour toutes et tous, ou plus d’papiers du tout ! », mais aussi « Pierre par pierre, et mur par mur, nous détruirons...les centres de rétention ! ». Nous avons discuté, nous nous sommes convaincus que nous devions être de plus en plus nombreuses et nombreux dans cette mobilisation. Nous avons eu la visite et le soutien de deux députés de la France Insoumise : Danièle Obono et Eric Coquerel. À défaut de bénéficier d’une couverture médiatique, nous avons été interrogé.e.s par deux étudiantes en école de journalisme. Merci à elles de s’être intéressées à nous, et de visibiliser notre combat.
Puis nous nous sommes rassemblé.e.s à Tolbiac, en comité de mobilisation, pour organiser la suite du mouvement. La majorité des étudiant.e.s présent.e.s venaient de Paris 8, mais Paris 13 également était représenté, ainsi que Paris 1. Nous avons ensemble formulé des constats et des propositions. Les voici :

JPEG - 462.7 ko

1) PEUR et ISOLEMENT. Il est difficile pour les étudiant.e.s sans papiers de s’organiser car nous sommes isolé.e.s, dans nos classes comme dans nos universités. Beaucoup se croient tou.te.s seul.e.s dans leur cas et un des objectifs de cette mobilisation est de nous rencontrer pour lutter ensemble. Surtout, la majorité d’entre nous ressent une grande peur et n’ose pas participer aux rassemblements. L’angoisse à l’idée d’être contrôlé.e.s et arrêté.e empêche beaucoup de nos camarades de rejoindre la mobilisation. Il nous faut trouver des moyens de les rassurer et de les convaincre de surmonter leur peur car seule notre lutte commune peut nous protéger. Après deux rassemblements, nous l’avons vu : personne ne peut nous arrêter !

2) ENCORE INCONNU.E.S. À la différence des travailleur.e.s sans papiers, qui ont réussi à faire connaître leur situation et leur combat, nous n’avons qu’une très faible existence médiatique. À nous de changer cela en écrivant des textes et en organisant une conférence de presse avant le 12 décembre, date du prochain rassemblement.

3) APPEL AUX LICENCES. Alors que nos camarades inscrit.e.s en licence forment les trois quarts du chiffre des étudiant.e.s sans papiers, nous constatons et déplorons leur absence lors des deux rassemblements organisés devant la Cité Universitaire. Si nous comprenons bien leur désarroi, puisqu’à la suite des attentats de 2015 il leur a été de plus en plus difficile, puis même impossible de déposer leur demande de régularisation, nous les encourageons à rejoindre à cette mobilisation. Nous exigeons une régularisation de toutes et tous les étudiant.e.s sans papiers, à partir de la L1 !

4) PARIS 8 : Les étudiant.e.s de Paris forment le plus grand nombre des étudiant.e.s sans papiers mobilisé.e.s. Des actions auprès de la présidence de Paris 8 sont nécessaires et des tracts et événements spécifiques à cette université doivent être organisés, notamment un rassemblement mercredi 6 décembre après midi. Nous devrions organiser une réunion en plein air pour faire connaître notre mobilisation et encourager d’autres étudiant.e.s à nous rejoindre ! Si notre régularisation passera par la préfecture du 93, nous choisissons de continuer à nous rassembler devant la Cité Universitaire car c’est là que cela dérange.

5) RÉUNIONS PUBLIQUES : En plein air à Paris 8, dans des salles, et avec l’appui de syndicats, nous voulons organiser dans chaque universités des réunions d’information sur notre mobilisation pour encourager un grand nombre d’étudiant.e.s à nous rejoindre. À Paris 7, le syndicat Solidaires va nous réserver une salle avant le 12 décembre et nous y interviendrons. À Paris 13, nous avons besoin d’être mis en contact les uns avec les autres et demandons aux étudiant.e.s sans papiers de Paris 13 d’écrire à esp.paris13@outlook.fr !

6) RASSEMBLEMENT LE MARDI 12 DÉCEMBRE. Nous appelons à un prochain rendez-vous dans dix jours, devant le Cité Universitaire (17 boulevard de Jourdan, 75014 Paris), de 10h à midi, juste devant la sortie du RER B (voir : https://www.facebook.com/events/1994887390769455/)

Le comité de mobilisation pour la régularisation de tou.te.s les étudiant.e.s sans papiers

P.-S.

Vous pouvez suivre notre mobilisation sur les pages fb :
RUSF P1 : https://www.facebook.com/search/top/?q=rusf%20paris%201%20panth%C3%A9on-sorbonne
RUSF P8 : https://www.facebook.com/RusfParis8/

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}