Les travailleurs sans-papiers occupent les locaux de Chronopost à Alfortville depuis 3 semaines

Tract et communiqué des travailleurs en lutte pour leur régularisation. Un nouveau rassemblement est prévu mardi 9 juillet.

Régularisation des Postiers sans papiers en lutte ! Ce qui se cache derrière Chronopost ...

Chronopost est une marque de La Poste, spécialisée dans l’envoi du courrier express : les produits Chronopost sont vendus dans tous les bureaux de Poste. Les envois de courrier en Chronopost, aux tarifs élevés, rapportent beaucoup d’argent à La Poste.

Mais derrière ces produits vantés par La Poste pour leurs délais de livraison express, derrière la marque Chronopost, se cache une réalité sordide et inhumaine ! La Poste, c’est l’État (100% de capitaux publics) ... Et pourtant !!! Pour décharger les camions transportant les envois Chronopost et pour trier ces envois afin de permettre leur distribution, La Poste utilise en toute connaissance de cause des travailleurs sans-papiers privés des droits élémentaires dont bénéficient les autres salarié.e.s en France.

La Poste profite des menaces d’expulsion du territoire qui pèsent sur eux pour imposer des conditions de travail qui ne respectent ni le droit du travail ni la dignité humaine. Ces travailleurs embauchent à 3 ou 4 heures du matin. Employés à temps partiel, leur salaire mensuel s’élève à 600 euros. Les heures supplémentaires ne sont pas payées ! S’ils réclament, c’est la porte, sans possibilité de se défendre à cause de leur situation de sans-papiers ! De même en cas de maladie ou de revendications.

Depuis le 11 juin, plusieurs dizaines de travailleurs sans-papiers employés par Chronopost sont présents jours et nuits devant l’agence d’Alfortville pour demander leur régularisation.

  • Venez les rencontrer devant l’agence Chronopost - 2 chemin de Villeneuve St Georges à Alfortville (94 Val de Marne) RER Maisons –Alfort/Alfortville bus 103 arrêt Val-de-Seine
  • Versez à la caisse de solidarité qui permet d’organiser le piquet et de tenir jusqu’à satisfactionde leurs revendications !

Après 3 semaines de lutte, les travailleurs sans-papiers de Chronopost enfin invités à une table ronde !

Alors que la lutte des sans-papiers de Chronopost s’inscrit dans la durée, alors que le Groupe La Poste et Chronopost restent sourds et muets, une table ronde a réuni à la mairie d’Alfortville le mardi 2 juillet le député Luc Carvounas, le maire Michel Gerchinovitz, un représentant du préfet du Val-de-Marne, avec les délégués des travailleurs sans-papiers de Chronopost, le Collectif des Travailleurs Sans-papiers de Vitry, l’Union Syndicale Solidaires du Val de Marne et la Fédération Sud-PTT.

Cette rencontre, précédée d’une manifestation de près de 200 camarades en direction de la mairie, fut l’occasion pour les travailleurs en lutte et leurs soutiens de dénoncer une nouvelle fois les pratiques scandaleuses de La Poste et de Chronopost en matière de sous-traitance en cascade et d’exiger la régularisation et l’embauche en CDI de l’ensemble des travailleurs en lutte.

Si à ce stade, aucun engagement n’a été pris par la Préfecture, les travailleurs et leurs soutiens espèrent que dans le cadre du travail initié avec les élus et les collectivités, un véritable dialogue s’engage et aboutisse à un règlement positif global de l’ensemble des situations.

Pour cela, il est indispensable de maintenir la pression et la mobilisation. Des initiatives sont d’ores et déjà programmées, en particulier un rassemblement mardi 9 juillet à partir de 16h devant le siège national de Chronopost, 3 boulevard Romain Rolland Paris XIVe (métro Porte d’Orléans).

Les travailleurs sans-papiers et leurs soutiens tiennent à saluer la victoire des camarades postiers des Hauts de Seine, venus apporter leur soutien sur le piquet de Chronopost, qui après 15 mois de grève ont obtenu la satisfaction de leurs revendications.

Une preuve, s’il en fallait que seule la lutte déterminée peut conduire à la victoire

Coordination des travailleurs sans-papiers de Vitry, Sud PTT, Solidaires 94, CNT - Solidarité ouvrière

Localisation : 14e arrondissement

À lire également...