Violence, vous avez dit violence ?

Depuis quelques semaines, le gouvernement tente de faire passer les gilets jaunes pour des violents. Bien sur des violences ont été commises par des manifestants pour se défendre ou attaquer mais celles-ci n’ont rien à voir avec l’ampleur des violences d’État. L’exemple du traitement médiatique de l’épisode du « boxeur » nous en donne une nouvelle illustration.

Samedi 5 janvier 2019, à Paris une vidéo a fait le tour des réseaux sociaux. C’est celle d’un homme sur la passerelle Sédar-Senghor qui s’en prend seul, avec ses poings, à un gendarme casqué, équipé d’un bouclier et d’une matraque. Dans la foulée le ministre de l’Intérieur a fustigé les violences commises par les manifestant.es et la « lacheté » du « boxeur » comme il a été surnommé sur le web.

Indéniablement la charge contre la police sur cette passerelle a été musclée mais infiniment moins que les violences policières contre les gilets jaunes.

Quelques exemples ? Le même jour à Toulon, un policier entouré de ses hommes armés boxe plusieurs gilets jaunes. Cet homme n’est pas un lâche, il a même été décoré de la légion d’honneur.

Est-il menacé ? Dans un premier temps le procureur n’a pas voulu ouvrir d’enquête en raison du « climat insurrectionnel » à Toulon. Finalement sous la pression des réseaux sociaux où les vidéos avaient largement circulées, l’IGPN (la police des polices) a été saisie.

Un autre exemple ici, à Paris, le 1er décembre des manifestant.es sans défenses se font tabasser salement par des policiers en nombre. Le groupe de gilets jaunes s’était réfugié dans le restaurant car l’air était devenu irrespirable à cause des gaz tirés par la police.

Pour finir, la « haie d’honneur » à la sortie réservée par des policiers courageux.

Toujours à Paris on pouvait voir avec quel « professionalisme » et « sang froid » pouvait opérer un groupe des bac sur-armé contre des manifestant.es.

Nous laisserons les lecteurs juger.

Pour finir quelques questions aux responsables des mutilations, une vidéo édifiante.

À lire également...