De l’indifférence policière face aux blessés du 1er mai

Ce premier mai à Paris, une personne chute de six mètres depuis l’escalier de l’opéra Bastille. Récit des faits.

Ce lundi premier mai, nous nous étions rendus sur Paris avec quelques amis pour manifester. Après un début de manif un peu mouvementé (nasse, grenades par dizaines, LBD, déjà de nombreux blessés), nous finissons par arriver à Bastille. La pression des CRS et de leur canon à eau a réussi à disperser une bonne partie du black bloc (qui se reconstituera quelques centaines de mètres plus loin).

Nous profitons de la confusion et de la désertion de la place pour aller prendre un peu d’air respirable, loin des affrontements, sur les marches de l’opéra. Une foule de journalistes s’y tient déjà, ainsi qu’une cinquantaine de personnes qui regardaient la manif en toute honnêteté depuis un petit moment. La place est presque déserte. Le cortège syndicaliste est derrière le canon à eau, et s’apprête à la rejoindre. Les CRS décident soudainement que la petite centaine de personnes présentes dans l’escalier étaient de trop, et décident de gazer.

Les palets de lacrymogène pleuvent... en commençant par le bas de l’escalier. La foule panique, et monte l’escalier. Personne n’était préparé à ça, probablement que personne n’avait jamais mis les pieds dans un cortège de tête. Personne ne tente de repousser les palets ou de traverser le gaz pour quitter la zone. Tout le monde se retrouve poussé vers le haut. Nouveaux palets. Du haut de l’escalier, impossible de descendre : trop de monde essaye de monter. Bousculade. Plusieurs personnes au sol, dans l’escalier. Problème : l’opéra est (évidemment) fermé. La place manque vite. Nouveaux palets. L’air devient irrespirable.La présence de quelques médics alertés par la violence des gaz n’y change rien : tout le malox du monde ne saurait disperser un nuage aussi épais. Je me retrouve au sol, à la limite de vomir, malgré mon masque.

Deux minutes passent, je finis par réussir à me relever. Il ne reste plus grand monde dans l’escalier. J’aperçois mon binôme en train de courir, non pas vers le bas de l’escalier, mais sur le coté. Je le rattrape. Il m’explique alors qu’une dame âgée vient de tomber du haut de l’escalier, directement sur le sol en marbre de la place. J’entends ses pleurs à travers les cris sur la place. Elle est tombée de l’autre coté d’une grille, sous l’escalier, dans un endroit ni visible ni accessible depuis la place. Je crois qu’on est les deux seuls à l’avoir vue. Nous grimpons la grille qui nous sépare d’elle, et l’ouvrons de l’intérieur. Nous trouvons la dame allongée au sol, hurlant. On essaye de lui parler. Elle est consciente. Ses deux chevilles sont désaxées, elle nous explique que ses poignets ne sont pas en meilleur état.

Panique. On cherche un médic, trois personnes finissent par arriver. On aperçoit quelques flics à l’intérieur de l’opéra. Ils hésitent. Ils ont l’air tiraillés entre une once de culpabilité et la volonté de nous faire dégager. Étant en minorité, ils semblent opter pour la première option et décident après 5 minutes d’appeler les pompiers. On essaye de leur faire signe, pour décrire les symptômes à travers la porte qu’ils refusent d’ouvrir (peur de représailles ?). Ils haussent les épaules plusieurs fois face à nos demandes, l’air de dire qu’ils n’y peuvent rien. C’est probablement vrai, mais ça nous énerve.

Les medics immobilisent la personne, placent une couverture de survie. Il n’y a pas grand chose de mieux à faire que d’attendre... Et plutôt que les pompiers, c’est un cordon de CRS qui finit par nous rejoindre. Finalement, laisser la porte ouverte n’était peut-être pas la meilleure stratégie. Pas pressés, ils commencent par voler notre matériel abandonné au sol, manifestement beaucoup plus important à leurs yeux que la personne blessée... Pour ensuite nous demander de dégager. Les secours n’étant pas arrivés, les médics demandent à rester sur place. C’est à coup de tonfa qu’ils se feront dégager moins de deux minutes plus tard.

JPEG - 177.7 ko
JPEG - 81.7 ko

À notre retour sur la place, on essaye d’interpeller les journalistes. On parle à une dizaine d’entre eux, beaucoup nous ignorent. L’une d’elle nous a répondu cash, "si ça brûle pas, ça m’intéresse pas". La seule qui semble s’intéresser à la situation n’arrivera pas à s’approcher, et se retrouve en joue de deux LBD. Elle renonce rapidement... Un CRS tente de nous faire dégager de la place. On l’insulte copieusement. Il n’en démord pas : "Vous savez, c’est pas notre faute, on contrôle pas la direction des gaz, c’est à cause du vent"...

Bah oui. Bien sûr. Tirer 30 palets dans un escalier rempli de journalistes, méthodiquement de bas en haut, mais c’est la faute du vent. C’est toujours la faute du vent, comme pour la grenade qui a tué Rémi. C’est le vent qui l’a lancée. C’est toujours la faute du vent, comme le tir de LBD que je me prendrai dans la clavicule moins d’une heure plus tard - à hauteur de tête pour n’importe quelle personne de taille moyenne. C’est le vent qui a déréglé leur viseur laser. Ça doit être le vent qui nasse, frappe, viole, mutile, tue.

C’est avec toute cette colère en tête que nous somme retournés dans le cortège de tête. Même une heure de plus dans le bloc n’ont pas su nous défouler, et c’est un souvenir de plus qui, je pense, marquera chacune de mes rencontres avec les forces de l’ordre.

Flics. Violeurs. Assassins.
ACAB

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net