Le collectif Pas d’enfant à la rue va se faire entendre à la sous-prefecture !

Mal-logement à St Denis = danger pour les élèves ! Pas d’enfant à la rue ! Pas d’enfant dans les taudis ! Communiqué n° 8 du collectif Pas d’enfant à la rue et appel à manifestation le mardi 2 juin à 17 heures devant le mairie de Saint Denis (métro 13, Basilique) pour aller devant la sous préfecture.

JPEG - 242.2 ko
Gamins du 5 rue du Landy en 1947. Fonds Pierre Douzenel

Des expulsé-e-s prioritaire DALO à la rue où menacé-e-s de l’être !?
Saint-Denis n’est pas une zone de non droit !

Il y a urgence ! Plusieurs familles du collectif sont menacées de se retrouver à la rue, sans relogement, sans aucune solutions. Certaines sont prioritaires DALO (droit au logement opposable), la préfecture veut les expulser lors que c’est illégal, quand on est reconnu prioritaire DALO et elle refuse de nous recevoir.

Une victoire pour en arracher d’autres
 ! Après un mois et demi de piquet contre l’expulsion du bâtiment 27 rue Cristino Garcia, où se sont relayés familles, enseignant-e-s dès 5h30 du matin, l’expulsion d’une famille de quatre enfants a été suspendue !
En plein mouvement de grève chez les enseignant-e-s de Saint-Denis, le collectif Pas d’enfant à la rue qui réunit des parents, enseignant-e-s des groupes scolaires La Roseraie-de Chambrun, Opaline-Lacore et Doisneau-Casarès, des militants du DAL, du RSL, du centre-social Attiéké, se met en marche !

En marche contre le plomb qui empoisonne et l’humidité qui rend asthmatique les élèves de nos écoles.
En marche contre des logements dangereux où des enfants jouent avec un casque de chantier sur la tête parce que le plafond risque de s’écrouler.
En marche, car chaque matin des élèves font plusieurs heures de transport pour aller à l’école, seul véritable endroit de stabilité et de sécurité pour ces enfants.
En marche contre les expulsions
En marche car trois familles peuvent se retrouver à la rue du jour au lendemain.
Nous affirmons que les mauvaises conditions de logement empêchent les apprentissages et sont responsables en grande partie de l’échec scolaire ou de comportements perturbateurs. Dans le centre-ville, un tiers des logements sont insalubres. Notre expérience montre que, bien souvent, quand un enfant perturbe la classe, lorsque l’on creuse on découvre des problèmes de logements graves.
Une grande solidarité s’est exprimée sur la ville avec le collectif pas d’enfant à la rue. L’école Doisneau-Casarès a été occupée le 16 avril par près de 50 familles et enseignants. Dehors une cinquantaine d’habitants et de familles étaient venues nous soutenir. La sous-préfète ne veut pas nous recevoir. Elle continue de demander l’expulsion de la famille DALO, sans respect des lois ni des familles .
A la veille des grandes vacances, nous voulons amplifier cette mobilisation. Jeudi, nous partirons de la mairie de Saint Denis à 17h pour aller nous faire entendre à la sous-préfecture et réclamer des conditions décentes de logement pour nos élèves et nos enfants.

MANIFESTATION MARDI 2 JUIN

17h devant la maire de Saint-Denis (Métro 13,Basilique) pour aller goûter devant la sous-préfecture 
Facebook : Pas d’enfant à la rue !

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}