92 - Hauts-de-Seine > Nanterre

Analyse et réflexion

Sur la situation des facs. Enquête à l’université de Nanterre en temps de confinement

Avec le confinement, la situation de nombre d’étudiantes et étudiants des universités s’est fortement dégradée. On aurait pu imaginer que celles et ceux-là auraient eu le soutien du corps enseignant pour surmonter la situation et faire face aux directions de facs, aveugles et sourdes à la précarité estudiantine ou qui jettent tout au plus quelques miettes, mais qui veulent surtout maintenir l’ordre universitaire d’avant : examens, cours, présence… [1] Ce soutien aurait semblé logique parce qu’une large majorité de la population estudiantine a soutenu les enseignantes et enseignants chercheur·euse·s entre décembre 2019 et mars 2020 dans la lutte contre la casse du système de retraites et la loi de programmation pluriannuelle pour la recherche (LPPR : une loi essentiellement budgétaire qui va privatiser et précariser encore plus les facs). Or, il n’en est rien, ou presque. Cet article propose d’illustrer cette situation par le cas de l’université de Nanterre.

Infos locales

Double procès en correctionnelle pour Gaël Quirante : ne les laissons pas criminaliser les grèves

Gaël Quirante, secrétaire départemental de Sud Poste 92 — syndicat majoritaire dans le département —, militant ouvrier combatif et défenseur acharné des droits et des intérêts des travailleurs et travailleuses, ayant déjà été en butte à de nombreuses sanctions exercées à son encontre par la direction de La Poste (dix tentatives de licenciement et près d’un an de mises à pied cumulées), a été licencié le 25 mars 2018. Le 18 décembre, prenons au sérieux l'ampleur de l'attaque Mobilisation générale pour la relaxe de Gaël Quirante !

| 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | ... | 19 |

Suivre tous les articles "Nanterre"