Soirée de lancement Jef Klak - Selle de Ch’val

Soirée de lancement Jef Klak - Selle de Ch’val

Soirée de lancement Jef Klak - Selle de Ch’val

C’est à partir de 19h, ce vendredi 1 juillet 2016
C’est au Monte-en-l’air
C’est au 2 rue de la Mare à Paris
C’est avec The Mouche en concert !

///

DITO SELLE DE CHVAL

BRIDER / DÉBRIDER

À 4 ans, Jef Klak s’est violemment fait attaquer par un cygne, et à 8 ans, il voulait être vétérinaire. En colo, il découpait les vers de terre et brûlait des fourmis. Jef Klak n’aime pas les zoos, mais elle est bien obligée d’y aller si elle veut voir les girafes et le lamantin. Ça lui a quand même fait quelque chose quand il a dû tuer toute une portée de chatons. Jef Klak ne peut pas avoir de chien dans son appartement, mais des souris vivent dans sa cuisine. Jef Klak mange de la viande, mais n’a jamais tué un animal pour se nourrir – sauf une fois, un oursin, mais il ne sait pas si ça compte. Jef Klak élève des vaches de mère en fille, mais avec la crise, ça va peut- être pas durer. Qui c’est, le pépère à Jef ? Mais oui, c’est le pépère à Jef. Qu’il est beau, le pépère à Jef. Jef Klak fait attention aux œufs qu’il achète depuis qu’elle a vu un documentaire sur les élevages industriels de poules. L’été, Jef Klak écrase les moustiques sans ménagement, mais essaie d’épargner les araignées. D’ailleurs, Jef Klak est végane et mène des actions de sabotage contre la vivisection. Jef Klak aime les chats, mais de loin, parce qu’elle est allergique. Jef Klak ne connaît pas autant de noms d’oiseaux qu’il le voudrait. Quand elle ferme les yeux, Jef Klak aimerait bien être une mésange pour s’envoler loin de sa chienne de vie.

Jef Klak est un humain dont la vie croise sans cesse celles d’autres espèces animales, que ça lui plaise ou non, que ça l’intéresse ou pas.

Notre cohabitation avec d’autres animaux est si commune qu’on ne perçoit plus les étranges beautés de ces liens. Comment ne pas s’étonner que des êtres si différents – un homme et un mouton, par exemple – puissent avoir ainsi scellé leurs destins ?

Compagnons de vie, collègues de travail, marchandises, matières à pen- ser, les animaux partagent notre monde. L’histoire humaine n’épargne pas même les espèces que l’on nomme « sauvages », elle les rattrape jour après jour avec ses marées noires, délires sanitaires, gestion de la biodiversité et campagnes de préservation. En retour, aucune cage, nulle entrave ou technologie dessinée pour un animal qui ne finira par contenir un corps humain.

Sans se caresser dans le sens du poil, Jef Klak s’est reposé la question de ses rapports avec les bêtes : contraindre ou libérer, enfermer ou contempler, brider ou débrider ? De quoi questionner aussi d’autres relations – de pouvoir, d’amour ou de communauté.

Travailler à un monde plus habitable implique de s’attarder sur les liens que nous tissons – des plus joyeux aux plus violents – avec les autres animaux. Peut-être trouverons-nous dans quelque complicité inter-espèces la force de freiner le galop du monde tel qu’il va – ou simplement l’occasion de s’y construire un nid commun.

Localisation : 20e arrondissement

À lire également...