#OuEstLaViolence ? Compte-rendu subjectif d’un médic’ sur la manifestation du jeudi 31 mars

Ce jeudi, une nouvelle manifestation lycéenne et étudiante est organisée en toute autonomie des bureaucraties syndicales et partisanes. Départ Nation à 11h, pour rejoindre la grande manifestation de l’après-midi à Place d’Italie. Dès 10h30, les flics font déjà bien sentir leur présence sur la place de la Nation. Une petite heure plus tard, le cortège se forme, des slogans sont lancés, la manif quitte la place et s’engouffre dans le boulevard Diderot. Des jeunes, déterminé-es comme jamais à battre le pavé sous une pluie battante.

JPEG - 55.4 ko

Il ne s’agit pas ici pour moi de faire un compte-rendu de la manifestation, mais simplement de rédiger un récit des interventions médicales que j’ai pu faire, et d’en profiter au passage pour donner quelques conseils.

GAZ LACRYMOGÈNES

Premier constat : des lacrymos en quantité importante. Les flics avaient, ce jour-là, la main lourde. À la gazeuse ou en grenade, les gaz font mal, mais surtout ils font peur et créent des mouvements de foule désorganisés. La manif s’est souvent vue coupée en deux à cause de cela.

De mon côté, entre la place de la Nation et le pont d’Austerlitz, j’ai utilisé la quasi-totalité des sérums physiologiques, que j’avais pourtant en grande quantité. À chaque coup de gaz, distribution de sérums à faire tourner, tout en en appliquant aux personnes les plus affectées. Deux d’entre elles, qui ne sont pas, à première vue, des habituées des manifestations, sont choquées. L’une d’elle est paniquée et très tachycarde ; l’autre croit s’évanouir. Je les mets à chaque fois sur le côté (à l’abris de la foule, des flics et de leur gaz), leur administre du sérum physiologique, prends leur pouls, les rassure et poursuis mon chemin.

Bien que bénins, les gaz lacrymogènes nécessitent quelques conseils :

1. Premièrement : chacun devrait apporter son propre sérum physiologique. Une boîte d’unidoses à partager entre potes, c’est pas cher et facile à trouver en pharmacie. Et bien sûr, solidarité oblige, faites tourner les sérums.

2. Deuxièmement : lors d’un gazage, il faut évacuer la substance lacrymogène, qui se dépose partout. Donc, d’abord : ne pas se frotter les yeux. Retirer ensuite ses lentilles de contact (avec des doigts non-contaminés), ou nettoyer ses lunettes avec un peu d’eau. Enfin : cracher, se moucher, éternuer et appliquer du sérum physiologique (mettre la tête en arrière, regarder vers le coin interne de l’œil et envoyer un jet puissant).

3. Troisièmement : ne pas paniquer, ne pas s’agiter, ne pas courir. Évitez de rester dans le sens du vent et écartez vous calmement des sources de gaz. Si vous le voulez, vous pouvez jouer un peu au foot en retournant les grenades à l’envoyeur (mais attention, ne pas les ramasser à mains nues : elles brûlent) ; sinon d’autres footballeurs en herbe s’en chargeront sûrement. Veillez surtout à ne pas paniquer, ne pas courir et ne pas scinder le cortège car cela isole et met tout le monde en danger : vous, les autres, la manifestation et, au final, la cause que vous servez. Mieux vaut faire bloc et se serrer les coudes.

GRENADES DE DÉSENCERCLEMENT

En grande quantité également, et davantage utilisées de manière offensive, les grenades de désencerclement ont ponctué tout notre parcours, plus particulièrement à partir de la Gare de Lyon. Ces grenades éclatent et projettent de petits projectiles, principalement au niveau des jambes. Parfois des contusions, souvent des plaies ouvertes peu sanglantes. Cela fait mal et peut parfois brûler. Ces blessures ont occupé la plupart de mon temps.

Après avoir passé la Gare de Lyon, la tête de cortège est calme et tient les banderoles. Derrière, quelques manifestants, encore excités par la tentative d’investir la Gare expriment leur joie un peu trop ouvertement aux yeux des flics. Une grenade détonne aux pieds de la première ligne de manifestants. Quelqu’un crie : « On a un blessé ! » Étant à proximité, quoiqu’un peu sonné par la détonation, je tire le lycéen hors de la manif, à l’abris des flics et de la foule. Complètement désarçonné, il ne semble même plus comprendre ce qui se passe. Je lui parle, il semble absent. Quelques secondes plus tard, il reprend ses esprits. Quelqu’un lui donne de l’eau pendant que j’observe sa plaie au niveau du mollet. Une région de deux centimètres de diamètre à la peau déchirée, fortement gonflée et circonscrite par un cercle violacé. J’ai tout ce qui faut pour traiter la plaie et lui laisser un pansement. À peine ai-je fini que je coure déjà vers d’autres personnes.

JPEG - 75.9 ko

Quelques mètres plus loin, sur le pont d’Austerlitz ; la place d’Italie est au bout du boulevard. Les flics nous barrent la route et ne nous font avancer que centimètre par centimètre. En plus de nous empêcher de manifester comme on le souhaite, ces derniers sont très agressifs, mettant des coups de bouclier et faisant parfois mine de charger. Les esprits s’échauffent légitimement : tout le monde veut atteindre la place. S’ensuit des affrontements, des coups de tonfa, puis grenade sur grenade. Une fois le pont passé, cinq personnes viennent me voir tour à tour pour me signaler des blessés vers la fin de cortège. En les cherchant, je propose mon aide à plusieurs personnes. Certaines boitent, d’autres semblent mal en point. Beaucoup refusent mon aide : « C’est bon c’est pas si grave », me dit une personne ayant du mal à marcher – on s’habitue à tout, même à être blessé lorsqu’on manifeste.

JPEG - 7.3 ko

Je trouve quelqu’un, porté par deux personnes. Plaie ouverte, très douloureuse, un peu en-dessous du genou. La manif avance, les flics sont partout : pas de temps à perdre, je dois prodiguer quelques soins et lui faire un pansement tout en marchant.

Je poursuis ma route, puis m’arrête au niveau de quelqu’un, également porté par ses camarades. Je lève son jean du côté gauche et constate une plaie impressionnante : une brûlure de plus de 10 cm, beaucoup de sang. La grenade a dû exploser juste à côté de lui. Je ne lui prodigue que peu de soin, n’ayant pas le matos nécessaire pour faire face à une telle brûlure, et lui conseille fortement d’aller aux urgences. « Je reste ! » insiste-t-il. Sa phrase résonne comme une affirmation politique : la violence policière, aussi foudroyante soit-elle, nous fera mal, mais ne nous fera pas fuir.

Quelques mètres plus loin, quelqu’un me retient par le bras et me mène à son pote. Une explosion sous le pied le rend quasiment incapable de marcher. La semelle de sa chaussure est un peu brûlée. Dans la rue, sous la pluie, les conditions de prise en charge ne sont pas optimales, mais je n’ai pas le choix.

FLASHBALL

Pendant que je m’occupe de lui, un jeune homme se poste à côté de moi, sans rien dire. Je ne le perçois qu’après m’être occupé du pied du précédent. Je lève les yeux : la pommette gauche du visage est en sang, extrêmement gonflée et totalement bleu-violacé. L’espace de quelques secondes, le temps de comprendre, je crains d’être face à une lésion oculaire. Heureusement, la balle de flashball est passée 1 cm en-dessous, ce qui n’enlève rien à l’impressionnante blessure. « J’ai pas un truc ici ? » me demande-t-il, naïvement. Je lui prodigue quelques soins primaires, et lui conseille toutefois d’aller voir un médecin. De même que le précédent, il refuse catégoriquement. Ça chauffe devant, je bouge pour rejoindre la tête de cortège, il m’accompagne en scandant « Regardez ce que fait la police ! » Les blessures se transforment en slogans : que la police nous tire dessus, cela ne fera que décupler nos forces. Deux autres personnes me diront ensuite s’être également fait toucher par un tir de flashball.

JPEG - 17.3 ko

CONDITIONS DE SOINS

Remontant la manif, je croise sur la route un autre blessé par grenade de désencerclement. Les flics nous cernant des deux côtés, je le prends en charge sur la route. La plaie est classique, mais au moment même où je sors mon matos, accroupi par terre, une grenade lancée par la ligne de CRS latérale éclate juste à côté. La personne blessée et moi sommes sonnés. Fort heureusement, nous ne recevons aucun projectile. Après avoir été déboussolé quelques secondes, je finis mes soins et m’en tire avec des acouphènes pour 10 minutes. Les flics sur le côté me voyaient parfaitement, accroupi et m’occupant de quelqu’un : pas de discernement ; ici, on tire dans le tas.

APRÈS LA MANIF, ON COMPTE LES BLESSÉS

Arrivé à place d’Italie, le taf n’est pas terminé. Les personnes qui ne s’étaient pas manifestées dans le cortège viennent me voir. Deux d’entre-elles sont blessées à l’entrejambe, une grenade ayant à chaque fois explosé sous leurs pieds. Une autre est ouverte au niveau du crâne – c’est la deuxième personne touchée à la tête que je vois.

Après la grande manifestation de l’après-midi, un homme boite beaucoup. Porté par son pote, il a très mal et a l’air salement amoché au niveau de la jambe gauche. Trois plaies ouvertes, dont une énorme, très gonflée et violacée, beaucoup plus inquiétante que les autres. Je le prends en charge avec ce qu’il me reste de matos, lui fais quelques pansements, mais lui conseille de bien surveiller sa lésion. Pour calmer la douleur, ce sera paracétamol codéiné.

Du point de vue médic’, la manifestation est assimilable à un champ de bataille. J’ai passé une bonne partie de la manif à courir de blessé-e en blessé-e. J’espère qu’à travers ces lignes, j’ai réussi à vous faire ressentir cette ambiance quasi-guerrière. En tout, ce sera une grande majorité d’interventions bénignes, liées aux gaz lacrymogènes ou à des contusions peu graves. Peut-être une vingtaine concernaient des contusions plus importantes ou des plaies ouvertes, dont 3 vraiment inquiétantes et 2 à la tête. À cela, il faut bien sûr ajouter tous-tes ceux-celles que je n’ai pas croisé ou qui ne se sont pas manifesté.

Mais personne n’est dupe : derrière le tonfa se cache des consignes réfléchies. Pas de bavures, pas de dérapages, pas d’abus. Je ne mets pas en cause les « excès » d’une police qui se croirait tout permis, mais le fonctionnement normal d’une institution policière à qui l’on permet tout. La police fait très bien son travail : elle fait ce qu’on lui demande ; et c’est précisément la fonction policière en elle-même qui doit faire l’objet de nos critiques. À travers les violence policières, c’est une violence politique qui s’exprime : brûler la peau, briser les os et tuer les espoirs d’une jeunesse, parfois en voie de politisation.

On remet ça le mardi 5 avril à 11h Nation !

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}