Occupation du Carreau du Temple : « Nous appelons tous les chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires dans toutes les communes, à occuper des lieux publics et à organiser avec nous la riposte »

Suite à la manifestation des intermittents et des chômeurs du jeudi 20 mars, contre la suppression d’annexes concernant la protection sociale dans le régime de l’ intermittence, les manifestants ont occupé l’Opéra Garnier jeudi, puis le Carreau du Temple à partir de vendredi midi. Les deux occupations ont abouti à une expulsion ordonnée par la mairie. La lutte continue !

La personne en garde-à-vue a été relâchée. Une prochaine AG est prévue lundi à 18h à la Commune d’Aligre.
Dernière mise à jour : lundi 12h30

Lundi

  • 12h30 La personne en garde-à-vue a été relâchée juste avant le début du rassemblement devant le commissariat.
  • 10h50 Un rassemblement aura lieu à midi devant le commissariat du 3e arrondissement pour exiger la libération d’un occupant du Carreau du Temple mis en garde-à-vue à la suite de l’expulsion. C’est au 3 rue aux ours, métro Rambuteau.
  • 01h20 Le QG de Nathalie Kosciusko-Morizet a également été perturbé par des soutiens à l’occupation. La personne arrêtée a été emmenée au commissariat du 3e, rue aux ours. L’autre personne blessée lors de l’expulsion, un temps embarqué, puis relâché, a de grosses lésions au niveau des poignets.
    Une assemblée est d’ores et déjà prévue, lundi à 18h à la Commune d’Aligre (3 rue d’Aligre, métro Ledru-Rollin)

Dimanche

  • 23h30 Suite à l’expulsion, un groupe d’une trentaine de précaires et intermittents ont fait irruption au QG de campagne de Anne Hidalgo. Ils ont été refoulés et gazés par le service d’ordre de la candidate PS devant les caméras de télévision.

"Nous sommes intervenus ce soir à 20h30 au 10 rue Hyppolite Lebas, Paris 9 lors de la soirée de présentation de la liste conduite par Anne Hidalgo au second tour suite à la fusion de listes présentes au 1er tour des municipales [1]. Des chômeurs, intermittents et intérimaires en lute ont déployé une banderole « C’est l’emploi qui est intermittent » en tentant d’interpeller Anne Hidalgo et ont été expulsés manu militari par le service d’ordre.

Quelque minutes plus tard, Anne Hidalgo et son équipe ont eu la surprise de se faire interpeller à nouveau : « Puisque vous parlez de solidarité et de bienveillance, de quelle solidarité et de quelle bienveillance avez-vous fait preuve en faisant expulser les occupants du Carreau du Temple ce 23 mars peu après la fermeture des bureaux de vote ? [2] De quelle solidarité et de quelle bienveillance avez-vous fait preuve en faisant gazer les précaires venus vous interpeller à votre QG de campagne ? ». Elle s’est également fait expulser de la salle sans qu’aucune réponse ne soit donnée.

Les précaires étaient venus pour dialoguer avec la candidate socialiste à la Mairie de Paris et lui demander de prendre position afin que la majorité gouvernementale refuse d’agréer le récent accord sur l’assurance chômage."

Mais Madame Hidalgo a préféré quitter les lieux par une porte dérobée...

  • 22h45 L’expulsion vient de s’achever de façon assez violente, un des occupants a été blessé par les flics au cours de l’expulsion. Une autre est en garde à vue.
  • 22h15 L’expulsion du Carreau du Temple est en cours. 200 flics seraient rentrés dans le bâtiment.
  • 21h00 Le rassemblement se poursuit...sans expulsion pour l’instant.
  • 19h40 La direction du Carreau et la mairie PS du 3e arrondissement auraient demandé l’expulsion des occupants chômeurs, intermittents et précaires du Carreau.
    L’expulsion est possible dans la soirée.
  • 19h20 Une délégation est envoyée par l’AG à la mairie du 3e pour porter les dernières revendications : que l’occupation en cours puisse continuer et permettre au salon du dessin d’avoir lieu en ouvrant les portes du Carreau au public. [Celles-ci sont actuellement bloquées par les gardes mobiles.]
  • 18h05 Blague : La foire du luxe durable/équitable ! Au Carreau du Temple du 4 au 6 avril. Espérons que ça n’ait pas lieu.
  • 16h40 Au cours de l’après-midi le rassemblement se trouve rejoint par des membres de la liste des Sans-voix du 18e et par le DAL et quelques sans-papiers. Olivier Besancenot (NPA), Jean-Baptiste Eyraud (DAL) et Arlette Laguiller (LO) ont pris successivement la parole. Nouvelle AG dedans et dehors, à 18h !
  • 15h00 L’AG est en cours. Les discussions portent sur les revendications et notamment sur la farce qu’ont été « les négociations » d’hier ou les "organisations représentatives" ont voté l’accord hier soir. Représentatives ? Le Medef représente à lui seul 50% des délégués. Elle est pas belle la démocratie ? Ne dois-t-on pas revendiquer d’être tous des intermittents du travail, à l’heure du chômage de masse ? Ne pas en rester au seul cas des intermittents du spectacle. Discussion sur le « CDD d’usage » de plus en plus répandu...
  • 13h40 Renfort de CRS de 5 ou 6 camions.
  • 13h20 Les gens à l’intérieur communiquent via des slogans aux gens à l’extérieur : "Chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papiers, solidarité ! " ou bien la variante, pour ceux qui sont dehors : "Chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papiers, laissez-nous rentrer !".
  • A noter tout de même qu’un dialogue a eu lieu avec les plasticiens qui chouinent parce qu’on leur a pourri "leur exposition"’. Les occupants ont proposé aux "artistes" de partager la place et de se solidariser. Les plasticiens ont refusé. Non seulement vous faites des trucs moches, mais en plus vous êtes pas solidaires... Nan mais sans blague...
  • 13h20 Communiqué :

Nous, manants, chômeurs, plasticiens, intérimaires, précaires et autres intermittents,

Nous, occupants du Carreau du Temple, avons ouvert ce dimanche 23 mars un tout autre bureau de vote, solidaire et démocratique, ici-même au 3 rue Dupetit-Thouars, Paris 3e.

Nous invitons les électeurs, chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papiers, à venir exprimer leurs revendications et à nous soutenir toute la journée au Carreau du Temple et devant.

Nous avons besoin de lieux pour partager, ne pas rester isolés, nous organiser et fabriquer ensemble et la Ville de Paris a décidé de placer les lieux sous blocus policier....

Nous n’avons toujours pas de réponse de la mairie à nos demandes d’un lieu pour organiser la mobilisation en cours contre la précarisation et pour de nouveaux droits collectifs.

Ce n’est pas nous qui empêchons l’installation de l’exposition d’art prévue dans ces locaux, l’entière responsabilité en incombe a la mairie, qui en ce jour de premier tour d’élection municipale, loin d’affirmer une quelconque sympathie pour les luttes, se dissocie des manants, chômeurs, plasticiens, intérimaires, précaires et autres intermittents.

  • 13h Un caddie rempli de bouffe est (enfin) rentré dans le lieu occupé. Il y a assez peu de monde. Vous êtes tous partis voter ou quoi ?
  • 12h

    Artiste, si tu te considères travailleur précaire, arrête de pleurer le patronat et rejoins la lutte !
    Une pétition lancée par les organisateurs de l’expo Drawing Now Paris, de galleristes et de petits ou grands patrons de l’art circule. Pleurnicheries. Les intermittents prendraient en otage les artistes précaires ! L’occupation aurait des conséquences sociales désastreuses ! Et l’on se félicite de l’accord entre les soi-disants partenaires sociaux et le MEDEF.
    En se faisant passer pour les victimes de l’histoire, le petit patronat de l’art et les artistes qui le relaie défendent les mesures d’austérité gouvernementales. L’accord signé dans la nuit de vendredi ne concerne pas uniquement les intermittents, mais tous les précaires, intérimaires, chômeurs. Et les travailleurs également.

  • 11h Tract distribué aux alentours du carreau du temple :
  • 10h15 Hier, lors de la manifestation contre le racisme et le fascisme, une partie des locaux de la CFDT à Belleville a été repeinte en jaune ! N’hésitez pas à nous envoyer photos, témoignages, infos sur paris-luttes-infos@riseup.net
  • 9h40 Pour en savoir un peu plus sur les revendications des intermittents et précaires ainsi que sur l’accord signé en douce par le Medef et les syndicats jaunes :
    Gueule de bois.
  • Texte lu hier devant le Carreau occupé :

"Nous, chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papier, nous demandons au gouvernement de ne pas agréer l’accord.

Le Medef où a eu lieu les négociations n’est pas neutre.
Nous demandons de refaire les négociations dans un lieu neutre où chacun des partenaires a le droit d’être écouté.

Nous jugeons que cette nouvelle convention réduit les droits des chômeurs tant du régime général que des annexes 4, 8 et 10.

Nous souhaitons aussi disposer d’un lieu pérenne dans le centre de Paris, un lieu fixe, dès ce jour.

Dans ce lieu afin de pouvoir faire émerger un véritable débat démocratique et une écoute des propositions des citoyens, salariés et chômeurs de tous les régimes.

Nous n’acceptons pas le texte de l’unedic ratifié la nuit dernière à notre sens de manière non démocratique.

Nous demandons aux élus et candidats à la mairie de Paris de nous soutenir."

  • 9h30 Pour comprendre ce qui s’est passé hier soir et ce qui a évité l’expulsion, ce compte rendu publié sur le site de la CIP-IDF :

1h20
L’organisatrice de l’expo-vente vient de quitter les lieux, de même pour le camion qui devait décharger…
Intimidation : un huissier est venu dresser constat du blocage de l’expo.

0h30
Plusieurs personnes ont pu entrer au Carreau du Temple avec de la nourriture et d’autres nécessités. C’est bath de vivre des revanches, de constater à plusieurs reprises que, comme la « protection sociale », un blocus policier… se troue.
Intimidation : lors de cette action, un des présents a un moment été arrêté avant d’être relâché.

  • 9h10 Les nouvelles sont plus rassurantes ce matin. Les flics sont toujours là mais le risque d’expulsion a été évité, pour l’instant du moins...
  • Les gens sont toujours à l’intérieur mais les conditions sont pas super bonnes. Les occupants ont dormi dans les toilettes car c’est le seul endroit chauffé. Ils n’ont pas de quoi se laver : si vous passez par là essayez d’amener des savonnettes (qu’on peut passer à travers les grilles).

Samedi

  • 19h30 Les occupants déclarent vouloir partir si la mairie leur refile en échange les locaux que la CFDT avait récupérés, avenue Simon Bolivar (19e), peu après l’expulsion de "Tunisiens de Lampedusa" qui occupaient le lieu en 2011.
  • 19h En fait les flics sont tout près. Très gros risque d’intervention. Les flics veulent vider le terrain avant l’arrivé de camions qui doivent installer vers minuit une suuuuuuppeeeerbbbeee exposition d’art contemporain.
  • 18h30 Une quinzaine de car de CRS viennent de s’installer non loin de l’occupation, à République. Ils sont en train de s’équiper.
    Vers 17h, des journalistes de BFM TV et de France 2 ont demandé un court entretien aux occupants. Ils n’ont semble-t-il guère apprécié la (très courte) déclaration des intermittents qui suit :

Cet accord, c’est une arnaque !
Sous prétexte de « droits nouveaux » des centaines d’intérimaires vont perdre entre 50 et 300 euros d’allocations par mois.
Et personne ne sera épargné, si tous, chômeurs et salariés, ne se soulèvent pas pour être enfin RESPECTÉS !

  • 18h L’AG aura lieu à 19 heure ce soir encore.

L’assemblée générale des occupants du carreau du temple, commencée le vendredi 21 mars 2014 à 22h est toujours en cours.
Actuellement en suspension de séance, la reprise de ces travaux prévus a 15h30 est conditionnée à la levée de la mesure entravant la libre circulation entre le bâtiment du Carreau du Temple et l’extérieur. Laquelle a été remise en place ce matin 22 Mars à 9h30.

Il est dommageable qu’après les accords calamiteux signés cette nuit, la mairie Socialiste de Paris prenne de telles dispositions, et ne se range pas clairement avec les chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papiers que des partenaires sociaux cyniques instrumentalisent et spolient.

Nous demandons la levée immédiate de l’entrave à la libre circulation entre le Carreau du Temple et l’extérieur.

  • 15h L’AG reprendra à 15h30. Dans la nuit un accord a été signé entre le MEDEF et les syndicats, accord qui a l’air de tailler sec dans les droits des chômeurs et des intermittents. Les occupant-e-s avaient déjà annoncé ne pas accepter les futurs résultats des négociations.

Vendredi

  • 18h55 la police lève partiellement le blocus laissant entrer dans le Carreau les personnes rassemblées à l’extérieur
  • 18h30 les camarades qui sont dehors se sont regroupés, ceux de l’intérieur également, nous nous faisons face, séparés par des portes vitrées des grilles, et des policiers, tout le monde réclame que le blocus cesse que l’AG puisse avoir lieu, aux cris de « Chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papiers laissez-les rentrer ! » et « Hidalgo la honte »
  • 18h15 La police fait mine de rentrer dans les locaux puis cesse...
  • 15h55 Un tentative occupation a également lieu à Marseille.

    Ce matin une cinquantaine de personnes a tenté d’investir la Direction de l’emploi, des forces de police en grand nombre les en ont empêché, à suivre...

  • 15h50 La bataille pour la nourriture a été gagnée par les occupants !

    L’annonce que les occupants allaient rédiger un communiqué de presse informant du fait que la Ville refusait de laisser passer la nourriture, et entendant déjà quelques sonores « on a faim, les socialistes nous affamant » retentir dans ces rues plutôt tranquilles du 3e arrondissement de Paris (on est à deux pas du futur ancien siège de Libération), la Mairie a autorisé l’approvisionnement… Cela entraîne chez certains une digestion rêveuse : rendre hebdomadaires, voire permanentes les élections municipales et les autres serait-ce un plus pour les luttes sociales ?

  • 15h40 Les intermittents et précaires de tout poils et de tous genres vous invitent à une assemblée générale à 18h, 4 rue Eugène Spuller, métro Temple ou fille du Calvaire !
  • 15h20 L’occupation du carreau du Temple continue ! La mairie de Paris est visiblement pas contente du tout parce qu’ils attendaient ce soir 20 semi-remorques pour l’installation d’une super expo branchouille sur "Le dessin contemporain". C’était sans compter sur les intermittents. Les flics forment toujours une nasse autour des manifestants. Toute sortie est définitive. Par contre il y a du monde autour de la nasse. On vous invite à venir pour participer au rapport de force.
  • 13h10 À11h45 Les occupants de l’opéra Garnier, rejoints en assemblée générale ce matin, ont décidé de s’installer au Carreau du temple, 4 rue Eugène Spuller, Paris 3e, M°République ou Temple.

La police a essayé d’empêcher l’occupation, allant jusqu’à pénétrer dans les locaux sans réquisition de la Ville de Paris, propriétaire des lieux. Nous avons contacté la Ville de Paris afin que ce lieu soit mis à disposition afin que la riposte puisse continuer à s’organiser. Nous refusons par avance toute décision issue de leurs « négociations » antisociales.

Pas un jour chômé sans une allocation au moins égale au SMIC jour !

Nous appelons à rejoindre l’occupation en cours, une AG devrait avoir lieu pour prendre connaissance des orientations des partenaires sociaux. Rien n’assure encore qu’ils concluent aujourd’hui...

Chômeurs, précaires, intermittents, intérimaires, avec ou sans papiers, solidarité !

  • 12h30 Les intermittents ont quitté l’AG de l’opéra et sont allés occuper le Carreau du Temple pour en faire un lieu d’organisation de la lutte. Le Carreau du Temple est un ancien marché couvert transformé en espace "lounge" (restaurant chic, salles d’expos) qui doit ouvrir fin avril. C’est aux Enfants Rouges (métro République ou Temple). Les intermittents sont encerclés par les CRS.
  • 10h30 Assemblée Générale à l’opéra Garnier occupé.

Jeudi

  • 00h20 La direction finit par donner son accord pour que l’assemblée générale prévue vendredi à 10h30 puisse se tenir dans les lieux.
  • 20h L’occupation se poursuit, un assemblée est en cours à l’intérieur pour décider de la suite.
  • 18h Un blocus policier est mis en place pendant que des manifestants rassemblés au MEDEF rejoignent l’Opéra
Occupation de l’Opéra Garnier, jeudi 20 mars 2014.
  • 17h Opéra Garnier occupé, alors qu’il se confirme que leurs « négos » se poursuivent demain... Appel à rejoindre l’assemblée en cours à l’Opéra
  • 14h Place de l’Odéon pour aller au MEDEF derrière une banderole Contre le patronat, la précarisation, la concurrence, Solidarité ! De nouveaux droits , avec les associations de chômeurs et précaires en tête de manif.

Quelque soit l’issue de leur « négociation », on sait que le Médef attend le moment opportun pour supprimer les annexes 8 et 10, l’annexe 4 des intérimaires et plus généralement tous les dispositifs offrant une protection sociale dans l’intermittence de l’emploi. Il ne fait pas de doute que sous prétexte de « sauver l’assurance chômage » la CFDT signera à nouveau un protocole dégradant le sort des chômeurs.
Nous ne pouvons accepter qu’à chaque négociation les droits des chômeurs et précaires sombrent peu à peu.
Si un accord est signé sans que nos propositions soient retenues, nous devrons amplifier la mobilisation pour que le gouvernement n’agrée pas un accord entérinant à moyen terme la destruction programmée des droits sociaux.
Nous exigeons que les propositions des premiers concernés soient entendues et appliquées lors de cette négociation.
Les festivals approchent. Un préavis de grève reconductible a été déposé pour le 20 mars, des actions, des assemblées générales et des manifestations sont prévues dans toutes les régions.

Plus d’infos sur le site de la Coordination des Intermittents et précaires (avec des rassemblements et occupations dans plusieurs ville du pays).

Localisation : 9e arrondissement

À lire également...