« La taule c’est la pression, nourrit l’instinct de révolution »

Quelques perspectives anti-carcérales après la rupture de la convention Genepi-DAP.

La taule c’est la pression, nourrit l’instinct de révolution
Donc nique sa mère la réinsertion
Lunatic - "La lettre"

Le Genepi se débarrasse de l’administration pénitentiaire

Dans un article du Monde paru ce lundi 29 octobre, nous avons appris que le Genepi, une des rares associations intervenant en prison en France auprès de détenu.e.s, vient de se faire retirer sa convention de partenariat avec la Direction de l’administration pénitentiaire (DAP), ainsi que l’enveloppe de 50 000€ / an qui accompagnait la convention. Cette convention permettait aux étudiant.e.s militant au Genepi d’intervenir en prison et d’y assurer des ateliers socio-culturels et de l’accompagnement scolaire et universitaire.

La décision prise par la DAP, en accord avec Nicole Belloubet, a été celle de punir le Genepi en représailles de sa communication et des actions, tel qu’une action "L’État enferme, la prison assassine", ou des communiqués de soutien aux révoltes de prisonniers comme à Seysses après la mort de Jawad, ainsi qu’à la Maison d’arrêt de Poitiers-Vivonne, et l’organisation d’événements politiquement marqués telles que les conférences sur "Féminisme et anti-carcéralisme" et "Antiracisme et anti-carcéralisme". Que le Genepi passe pour une association "extrémiste", voilà déjà un signe du fascisme qui vient... Car en effet, si le Genepi s’est fait punir, c’est précisément, comme l’analyse L’Envolée, car il a décidé de ne plus jouer son rôle d’humaniste charitable qui lui avait été assigné au moment de sa création par Lionel Stoleru, sous le gouvernement de Giscard-d’Estaing. L’Envolée, dans un article paru dans leur numéro 49 de juin 2018, intitulé "Il y a des circonstances où le silence est de plomb !", dénonçant notamment le silence de l’OIP, écrivait : "On a vu des membres du Genepi prendre une position claire, allant jusqu’à déclarer publiquement que "la prison tue, la prison assassine"... pourtant eux aussi reçoivent des subventions de l’État mais ils ont préféré dénoncer l’inacceptable, plutôt que de lécher la main qui les nourrit."

L’administration pénitentiaire se radicalise

Car même si "l’inacceptable" est un concept indissociable de la prison et de l’enfermement, il faut concevoir que les conditions carcérales en France sont de pire en pire. Il existe une radicalisation en prison depuis plusieurs années, et c’est bien celle de l’Administration pénitentiaire (AP). Alors que la France vient de battre son propre record historique en terme du nombre de détenu.e.s en dépassant la barre des 70 000 personnes, et que la surpopulation carcérale se fait endémique (tout en augmentant), l’AP et le ministère de la Justice s’embarquent dans la même dérive sécuritaire que l’ensemble des forces répressives de l’État. Suite au mouvement de matons de janvier 2018, ceux-ci ont été entendus sur toute une panoplie de revendications sécuritaires, et notamment sur la création de 2 000 cellules en "quartiers étanches" pour isoler les détenu.e.s radicalisé.e.s. Ces quartiers étanches nous rappellent notamment les Quartiers de haute sécurité (QHS) qui avaient été fermés en 1982 pour leur caractère particulièrement déshumanisant. Cette dérive sécuritaire actuelle se traduit dans les faits par des conditions d’incarcération toujours plus violentes, et où la politique de l’État n’est même plus celle de faire croire à des prisons dorées ou humanistes, avec cette comparaison hasardeuse et médiatiquement relayée qu’est la "prison Club Med". Aujourd’hui, la stratégie de l’État est celle de toujours plus dégrader et de tuer ses indésirables. Face à cette radicalisation, le Genepi a fait le choix de durcir le ton. De son côté, la DAP a choisi la répression.

Si la fin de la convention Genepi-DAP signifie une chose, c’est qu’on est bien dans une ère réactionnaire, où la radicalisation de l’AP jumelée au développement du tout-sécuritaire nous mène vers une politique carcérale intensive. Effectivement, le Plan Prison annoncé par le gouvernement Macron, qui passera devant l’Assemblée nationale dans les prochains mois, prévoit 15 000 places en plus sur les deux prochains quinquennats, soit un agrandissement de 25% du parc carcéral. Il prévoit aussi un certain nombre de réformes pénales, dont le passage de 2 ans à 1 an pour la limite en dessous de laquelle une peine de prison ferme peut être aménagée par un JAP (Juge d’Application des Peines). Enfin, il prévoit l’extension des peines dites « alternatives » complémentairement à la construction de nouvelles places de prison, ce qui veut dire que le code pénal punira toujours plus, et pour des délits de plus en plus « banals ». On voit ainsi se monter une « Agence nationale du TIG (travail d’intérêt général) », pilotée par des start-uppeurs macronistes qui visent le travail gratuit et pénalement encouragé. L’augmentation des recours aux TIG, aux bracelets électroniques et aux contrôles judiciaires, au-delà d’émaner d’une logique budgétaire de la répression (car ces recours coûtent moins cher que l’enfermement), participeront à aggraver la répression des populations cibles du système judiciaire, c’est-à-dire les personnes précaires et racisées.

Replacer la lutte anti-carcérale au centre de nos luttes

La fin de cette convention ne signifie pas la fin du Genepi, mais compromet grandement la possibilité pour ses militant.e.s d’intervenir en prison. Alors qu’on peut questionner (et justement) la pertinence politique pour une association qui se dit critique de la prison d’intervenir en détention et en partenariat avec l’AP, on ne peut nier que c’est en entrant en prison que de nombreu.x.ses militant.e.s du Genepi ont adopté un discours de plus en plus critique envers l’AP, envers le système carcéral dans son ensemble et envers le discours incohérent de la réinsertion. Si le Genepi a durci son discours, c’est qu’il a, au contact des taules, constaté la violence du système carcéral et a décidé progressivement de ne plus se taire. Et dans un contexte où les prisons et l’enfermement restent encore aux périphéries de nos luttes, le Genepi est une des rares associations qui permettent à des personnes peu formées sur les questions carcérales de développer un discours critique.
En cette ère réactionnaire, l’enjeu de cette rupture de partenariat va au-delà du maintien ou non de cette convention DAP-Genepi, et même du maintien ou non du Genepi en tant que structure. Nous sommes persuadé.e.s que nous n’avons pas besoin d’une quelconque convention avec l’AP ou de son argent pour dénoncer ce qu’il se passe en prison. Nous sommes persuadé.e.s qu’il est possible de continuer à lutter contre les prisons même sans pouvoir y entrer. Nous sommes persuadé.e.s qu’il est nécessaire de continuer à former des militant.e.s et de sensibiliser largement sur les questions carcérales.

Il est déplorable que les seuls moments où la presse et les partis dits "de gauche" se mobilisent autour des questions carcérales soit à travers le soutien d’une association étudiante. Cela en dit beaucoup de l’abandon de la question carcérale dans les luttes sociales. Ce texte est donc un appel à tou.te.s les militant.e.s de la gauche radicale, aux syndicats de travailleurs et travailleuses ; aux étudiant.e.s en lutte ; à tous les secteurs en lutte : comme le dit Hafed Benotman, taulard et abolitionniste, "la taule est un terrain de lutte sociale" comme les autres. Concrètement, lutter contre la taule, c’est ne pas attendre qu’un.e syndicaliste, un.e autonome ou un.e anarchiste soit poursuivi pour dénoncer l’enfermement ; c’est apporter notre soutien inconditionnel à toutes les personnes détenues en relayant et amplifiant les combats menés à l’intérieur, en exprimant notre solidarité par des lettres, colis, de la thune pour celles et ceux qui le peuvent ; c’est cibler les entreprises qui collaborent avec la DAP et construisent des prisons ; c’est assurer une présence auprès des exilé.e.s lors des rafles et des déportations ; c’est exprimer haut et fort que l’enfermement ne sera jamais une solution pour lutter contre le patriarcat ; et que nous ne serons jamais libres tant que les prisons existeront. Lutter contre la taule, c’est aussi une manière de la démystifier, et ainsi ne plus en avoir une peur panique. La concevoir comme un lieu certes spécifique, mais traversé lui aussi de différents rapports sociaux de force : donc comme un autre terrain des luttes sociales.

Contre les CRA, contre les taules, contre tous les enfermements et en solidarité avec les prisonnier.e.s ; nous nous devons de prendre acte de cette radicalisation de la DAP. De prendre acte des mort.e.s derrière les barreaux. Des humiliations quotidiennes, de la violence des matons et même des "gentils" matons. De prendre acte de la guerre sociale que la prison alimente. Les prisonnier.e.s, tou.te.s les prisonnier.e.s, y luttent tous les jours dans des degrés différents. Iels sont réprimé.e.s et enfermé.e.s car prolétaires ; car racisé.e.s ; car trans ; car iels ont refusé de rester à la place que le racisme d’État et le capitalisme leur avaient réservée dans le système de production. Du dehors, nous nous devons d’afficher notre solidarité avec ces prisonnier.e.s ; avec tous ces prisonniers politiques, sans distinction "politique" ou "de droit commun". En temps de guerre sociale, tou.te.s les prisonnier.e.s sont des prisonniers de guerre ; tou.te.s les prisonnier.e.s sont politiques.

Liberté pour tou.te.s ! Crève la taule ! Car si les prisons brûlent, nous y verrons plus clair. Et que les Centres de Rétention deviennent des cendres de rétention.

Des militant.e.s anti-carcéraux

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}