Nanterre, 12 avril : Gaël assigné au TGI !

Après le licenciement de La Poste de Gaël Quirante, syndicaliste dans le 92, permis par le feu vert de Pénicaud, la suite de l’acharnement sans limite de la direction de La Poste qui assigne désormais Gaël au Tribunal de Grande Instance (TGI) de Nanterre ce jeudi 12 avril !!!

Soyons nombreu.se.s à 8h 30 pour lui exprimer notre soutien face à cette répression syndicale qui ne se cache même plus et qui voudrait rendre illégale toutes nos actions de grève et le militantisme syndical dans les entreprises...

Mais depuis le 26 mars c’est la grève reconductible dans le 92 en solidarité ! Faisant du 12 avril un nouveau temps fort de cette grève record sur le département...

Résumé des 12e et 13e jours de grève des postiers du 92, vendredi 06 avril et samedi 7 avril

Vendredi

CLICHY : les grévistes ont eu à gérer une fois de plus la présence du directeur d’établissement, qui a tenté d’obstruer l’accès au site, et a bryamment tenté d’entraver la bonne tenue de la prise de parole, oralement comme physiquement. Les agents ont répoiqué en se réunissant en salle de pause, et ont établi les revendications de leur bureau, qui rejoint celles portées par la grève départementale. Le taux de grève est d’environs 66% tous services confondus, ce qui est une très grosse majorité. L’attitude du chef d’établissement n’est pas pour rien dans ce taux de grève ! Merci patron !

COLOMBES : une délégation de grévistes est allé prendre la parole suite aux événements de mercredi sur le site et d’hier au siège, mais aussi pour rappeler les projets d’avenir du service contestés par les postiers mobilisés. Puis une réunion du personnel s’est tenue, avec une grande partie des titulaires présent.

Gaël a présenté en introduction la situation sur son licenciement, et les détails de ce que la boîte lui reprochait ainsi que les conclusions unanimes des différentes enquêtes.

Après avoir présenté les opportunités que peuvent apporter la mobilisation, les agents ont été invités à s’exprimer, et il leur a été proposé de se mobiliser dès lundi prochain.

NEUILLY : malgré les tentatives de parasiter l’échange de la part des chefs,les collègues ont pu se réunir dans un cadre confidentiel, l’encadrement abandonnant progressivement leur volonté d’écouter ce qui se disait lors de la réunion du personnel. L’encadrement local semble commencer à prendre conscience que leur attitude dessert beaucoup plus leurs intérêts qu’elle ne leur est bénéfique. Un appel à la mobilisation à partir de lundi prochain a été lancé. Un petit détour par le bureau de poste d’Asnières pour échanger avec les collègues à été fait, et le taux de grève de l’ensemble de la « plaque » (groupement de bureaux dirigé par le même établissement) peut même augmenter lundi prochain.

CHATENAY : l’intervention sur le site fut compliquée, le directeur d’établissement ayant exercé une pression permanente sur les collègues en les invitant à de nombreuses reprises à reprendre le travail... Ils ont prétendu que seuls les représentants du personnel de la plaque sont autorisés à accéder au site. Mais l’idée d’une mobilisation fait son chemin dans la tête d’une partie des collègues.

AG LEVALLOIS : l’Assemblée Générale a été introduite par un point sur l’action d’occupation d’hier au siège. Un collègue raconte l’événement en détail, et le succès de cet événement inoubliable et l’impact qu’il a eu en terme d’image et d’attitude, entre une direction sourde et muette à toutes les interpellations et caché derrière la préfecture, la police et les huissiers, et celle des grévistes, respectueuse des personnes et des lieux et ouverte à la négociation. Si cette action a pu se concrétiser avec succès, c’est grâce à un certain nombre de décisions lucides et réfléchies du début à la fin, notamment lors de l’intervention des représentants de la préfecture quand ils ont pris contact avec les grévistes. Le relais médiatique important a pesé dans la réussite de ce moment, d’abord avec le duplex de CNews, et ensuite grâce à la présence des journalistes qui ont couvert et relayé l’ensemble de l’occupation. De nombreux grévistes ayant pris part à l’action ont exprimé leurs impressions et comment ils ont vécu cet après-midi.

Ensuite, un bilan à été fait des différentes actions menée en début de matinée dans les bureaux, suivi d’un point d’information sur la caisse de grève. Il reste 15 jours pour compenser au mieux la perte du salaire des grévistes et maintenir les salaires au maximum. Il a été rappelé l’importance de prendre part à la fête de soutien prévue samedi soir, pour honorer la présence des personnes qui auront fait le déplacement mais aussi des camarades de la Compagnie Jolie Môme qui ont permis que cette fête puisse se faire en prêtant leurs locaux.

Enfin, la reconduction de la grève jusqu’à lundi a été le pont final de l’Assemblée Générale. La grève à été, comme à chaque assemblée, très majoritairement reconduite.

Pour finir cette journée et préparer la semaine à venir, des grévistes se sont réunis au local syndical SUDPTT 92 en comité de grève.

Résumé du 07.04

Aujourd’hui, plusieurs grévistes se sont rendus à la journée de coordination des luttes à l’initiative du Front Social, où plus de 350 personnes ont fait le déplacement. L’occasion pour eux d’assister à une réunion plénière où de nombreux secteurs professionnels étaient représentés : cheminots, étudiants, confédération paysanne, EHPAD, Commerce, association d’aide aux migrants, mais aussi postiers puisque l’un d’entre eux a pu prendre la parole. Un appel à la solidarité a été lancé lors d’intervention, auquel ont répondu les sympathisants avec générosité, et solidarité.

Une fois ce temps d’échange terminé, ce collectif pluriel prêt à s’unir sous une bannière commune s’est organisé en petits ateliers de réflexion avec pour sujet de travail la convergence des luttes et comment la concrétiser dans les différents secteurs. L’atelier des postiers s’est tenu en compagnie de plusieurs personnes extérieures à l’entreprise, mais aussi avec la participation de camarades du 78, du 92, du 95 mais aussi en conférence téléphonique de représentants des grévistes du 35, du 33 et du 13. L’idée d’une Assemblée Générale commune, reprenant le même mode de communication, a été proposé et approuvé et sera mis en pratique lundi matin. De plus, un appel à coordination de tous les secteurs en lutte a été lancé pour la journée du 14 avril. Tous les intervenants ont conscience que ce modèle de lutte du « tous ensemble » n’est pas chose facile à construire, mais beaucoup de sections syndicales, politiques et associatives ont à cœur de se donner tout les moyens d’y parvenir, et mesurent déjà le potentiel revendicatif qu’une dynamique comme celle impulsée par le Front Social pourrait générer.

Enfin, pour clore cette journée placée sous le signe de l’unité et du rapprochement, une soirée de soutien aux grévistes à été organisée à la Belle Étoile, le théâtre au cadre atypique et merveilleusement décoré aux couleurs du militantisme de la compagnie Jolie Môme, sans qui ce moment convivial n’aurait pu se faire. De nombreux soutiens de la lutte des postiers ont une fois de plus répondu présents, et ont pu savourer les sandwichs et boissons fraîches servies pour accompagner la musique et les discussions, créant un climat de franche camaraderie ou même la météo s’est montrée agréable.

Différents intervenants ont pris la parole pour rythmer la soirée. Michel, directeur de la Compagnie Jolie Môme a exposé la situation particulière des intermittents, et la précarisation qui en découle et dont se dégage des valeurs fortes, proches des secteurs ouvriers et populaires. Puis plusieurs grévistes se sont exprimés, sur la lutte et les conditions nécessaires à sa réussite, mais aussi sur leur situation personnelle au sein de l’entreprise. De nombreux remerciements ont été transmis, et la détermination, véritable carburant de cette mobilisation, a été le lien de toutes ces interventions.

L’un d’entre eux a fait le point sur les éléments contre lesquels les grévistes se sont engagés, entre la situation de Gaël, les suppressions d’emploi et de tournées, la précarisation et les annonces de transformation du service postal, et a expliqué que cette lutte qu’ils ont engagé est une réaction de contestation forte et dont l’ampleur s’accroît à chaque jour qui passe, mobilisation que le patronat postal n’avait sûrement pas anticipé. Il a aussi présenté les conflits dans les autres départements et les autres secteurs en lutte, si bien que la mobilisation sociale s’est imposée au premier plan de l’actualité. Les enjeux sont très élevés, surtout concernant la situation particulière de Gaël, car si cette lutte venait à être un échec et qu’il ne pouvait plus intervenir dans les centres courriers, alors l’avenir tel qu’il nous est présenté deviendrait une réalité, et un véritable enfer quotidien, ou il n’y aurait plus de limites à l’exploitation outrancière des hommes et des femmes qui exécutent le service. D’où cette volonté forte de tout faire pour lui permettre de continuer d’agir dans le sens des intérêts des agents, car il a cette capacité formidable de pouvoir lier les hommes entre eux, alors que rien ne les aurait rapprochés, et de faire que ces personnes croient en leur capacités de mobilisation et de revendications.

Puis l’intéressé a pris la parole, et a expliqué que la grève reconductible était une condition du succès, il a aussi exposé la situation d’autres bureaux de poste parisiens dont l’avenir est annoncé comme sombre et inquiétant, et a exposé sa vision du syndicalisme dans la boîte, qui s’affranchit des étiquettes pour se concentrer sur la communication et la mobilisation des agents, avec les conséquences disciplinaires qui en découlent parfois. Il incarne un syndicalisme qui est peut-être radical et combatif, mais il est aussi majoritairement reconnu dans le département, et qui a déjà revendiqué de nombreuses victoires. Il a aussi ouvert la porte à l’ensemble des soutiens pour qu’ils viennent découvrir par eux-mêmes la vie quotidienne des postiers, et invité à ce que ce modèle d’action devienne celui de ce front uni que tous et toutes, au Front Social comme dans les autres groupements interprofessionnels et inter-lutte travaillent à construire. Enfin, deux factrices ont renouvelé les nombreux remerciements adressé à la compagnie Jolie Môme par les intervenants précédents, aux soutiens venus nombreux, mais aussi aux trois représentants départementaux sans qui rien de tout ça n’aurait été possible.

Des chants récurrents dans les manifestions ont été lancés en réponse à ces interventions. Un soutien a exprimé son respect vis à vis de la profession de facteur, et Mickael Wamen a prophétisé la suite de la répression syndicale, non sans une pointe d’humour, et a appelé à viser directement les acteurs de cette violente répression.

La soirée a ensuite repris son cours, entre discussion cordiale et rigolades. Votre humble reporter de la grève a eu le plaisir de visiter l’ensemble du théâtre en compagnie du chef de la compagnie, de découvrir leur engagement politique et militant, ainsi que leur lutte pour revendiquer leur indépendance et leur liberté de penser et d’agir, dont ils sont fiers et leur vaut le respecter de beaucoup de militants de tous bords, mais aussi de présenter leur nouvelle pièce dont la première se tiendra à la fin du mois et qui s’inspire du monde du football féminin.

La soirée s’est terminée tranquillement, mettant un terme à cette journée placée sous le signe de l’unité, de la camaraderie et de la lutte.

P.-S.

LA GRÈVE DU 92 CONTRE LE LICENCIEMENT DE GAEL ET POUR LES CONDITIONS EST RECONDUITE !

DONNEZ À LA CAISSE DE GRÈVE !

https://www.lepotcommun.fr/pot/kgmfkl66

Ou envoyez vos chèques à SUD POSTE 92
51 rue Jean Bonal
92250 La Garenne-Colombes
Avec la mention « Solidarité grévistes » au dos

Publiez !

Comment publier sur Paris-luttes.info ?

Paris-luttes.info est ouvert à la publication. La proposition d'article se fait à travers l’interface privée du site. Quelques infos rapides pour comprendre comment y accéder et procéder !
Si vous rencontrez le moindre problème, n’hésitez pas à nous le faire savoir
via le mail paris-luttes-infos chez riseup.net

}